Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Chez l’Ami des fragiles

[ad_1]

Je me promenais dans la campagne. A mon heure préférée : celle du soleil auréolant l’horizon de ses premières lueurs pour nous apporter lumière et vie. J’ai réfléchi. Un jeune cerf était sorti d’un fourré et détournait ma contemplation. Dans ma poitrine, j’ai senti un doux calme s’installer. Et je me suis levé en chantant plein de joie. Alors que je redescendais vers mon village, la sonnerie de mon téléphone portable s’est mise à vibrer. J’ai pris. Une connaissance d’Arras m’a annoncé le meurtre abominable d’un professeur, le matin même, dans un lycée de la ville : « Vous, le croyant, quel sens donnez-vous à cela ? « , elle m’a appelé. Abasourdi par cette terrifiante information, j’ai répondu sans trop réfléchir : « La barbarie n’a aucun sens. Ce qui a du sens, c’est de le combattre en vous et autour de vous. »

Durant les derniers mètres de marche qui me séparaient de chez moi, j’ai ressenti un immense vide. Dehors, j’étais seul malgré le roucoulement des colombes, le chant du vent dans les peupliers, le bourdonnement des dernières abeilles de ce début d’automne. A l’intérieur, je m’entendais crier dans le désert, du haut d’une falaise abrupte : « Mais où es-tu Seigneur ? Pourquoi nous abandonnes-tu ? Pourquoi ce sang, ces larmes, cette cruauté ?» Lorsque j’ai franchi le seuil de ma maison, un silence de plomb remplissait également ma maison.

J’ai alors pris ma tête entre mes mains. Et c’est seulement alors que je l’ai vu. Il sanglotait en même temps que moi, comme un enfant perdu, dévasté, abandonné. J’avais oublié cette promesse : Celui en qui je crois est l’ami inséparable des fragiles. Notre Dieu est fragile. Il a besoin de moi comme j’ai besoin de lui.

[ad_2]
Fr1

Back to top button