Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Science et technologie

ChatGPT fait ses premiers pas dans l’industrie automobile

[ad_1]

Le constructeur premium DS va tester pendant six mois l’intelligence artificielle générative ChatGPT associée à son assistant vocal embarqué. Avec l’espoir d’améliorer la communication entre la voiture et ses passagers.

« Hey Iris, donne-moi des informations sur le parc de Saint-Cloud. » Une voix au son robotique du GPS se lance alors dans une histoire du célèbre parc de banlieue parisienne, sous la forme d’une conversation fluide, dans l’habitacle de cette DS3.

Depuis mi-octobre, le constructeur premium DS propose à ses clients volontaires de tester une version de son assistant vocal Iris augmenté de l’intelligence artificielle générative ChatGPT (c’est-à-dire une IA capable de créer des images ou des textes).

« C’est comme une conversation »

L’un des premiers bêta-testeurs n’est autre que le directeur logiciel de Stellantis, propriétaire de DS. «Cela m’aide à rechercher, par exemple, un restaurant qui présente de telles caractéristiques», explique Yves Bonnefont dans En Route Pour Demain. « C’est un dialogue autour de ma demande, qui s’affine dans la conversation puis une fois que je trouve le bon restaurant, on transfère directement sur le GPS ». Autre fonctionnalité : ChatGPT permet à Iris d’inventer de toutes pièces une histoire pour divertir les passagers.

Si ces fonctions paraissent un peu « gimmicky » à première vue, elles apportent un réel confort, selon Yves Bonnefont.

« Ce qui est bien, c’est de maintenir le contexte dans la discussion avec la voiture », poursuit ce dernier. «C’est comme une conversation. Sur la deuxième question, la machine connaît le contexte de la première.

Et d’éviter, par exemple, de chercher sur son smartphone, afin de trouver le bon restaurant, puis de le saisir dans le GPS, une attitude dangereuse au volant.

« C’est un pilote. »

L’un des biais de l’expérimentation porte aussi sur la fiabilité de l’intelligence artificielle. Comment pouvons-nous être sûrs que ChatGPT ne racontera pas des choses scandaleuses avec aplomb, comme peut le faire l’IA générative ?

« Un certain nombre de filtres sont introduits dans le système, c’est pour cela que nous souhaitons travailler uniquement avec 20 000 clients volontaires qui souhaitent tester cette nouvelle technologie et nous apprendrons ensemble, explique Yves Bonnefont. Mais je ne peux pas garantir que il n’y aura pas 100 %. C’est pourquoi c’est un pilote. »

De cette première phase dépendra peut-être une intégration plus ou moins poussée. DS mènera des entretiens approfondis avec ses clients, mais aussi des analyses de données génériques à l’issue des six mois de tests.

«Nous avons donc prévu tout un dispositif pour les interroger et comprendre leur satisfaction et leurs attentes», nous explique Yves Bonnefont. « Nous interrogerons les personnes qui ont participé, puis nous aurons également une analyse statistique complètement anonymisée des types de questions qui seront posées. être demandé par ChatGPT à nos clients. Nous aurons des statistiques par grands domaines : les clients l’utilisent-ils principalement pour raconter des histoires aux enfants, pour demander des informations sur la météo, les lieux qui les entourent. »

Pour l’utilisation des données liées à des recommandations plus précises, selon le profil du client, ce sera « avec l’accord du client », explique le directeur logiciel de Stellantis, qui y voit une stratégie d’entreprise technologique, ce qui prétend devenir le groupe automobile.

Au cœur du métier des constructeurs de demain ?

DS n’est-il pas particulièrement susceptible de conduire à un outil sans en bénéficier ? Tout dépendra de l’utilisation de cette intelligence artificielle, selon Yves Bonnefont. « Tout le domaine de la reconnaissance vocale du dialogue, de l’IA générative qui permet ce dialogue contextualisé, n’est pas spécifique à l’automobile. On les retrouvera de plus en plus dans la vie de tous les jours », souligne-t-il.

« Ce n’est pas notre cœur de métier dans le secteur automobile et donc, dans ces domaines, nous avons intérêt à travailler avec des personnes qui ont une vision qui s’étend largement au-delà du secteur automobile et qui seront capables d’avoir des modèles qui comprendront les besoins du client. vie entière. »

« Il y a ensuite des applications d’IA qui sont beaucoup plus cœur de métier pour nous, comme la conduite autonome, avec perception autour du véhicule », explique Yves Bonnefont. « Là, nous sommes le ‘core business’ du constructeur et là, nous avons internalisé chez Stellantis. » Autre trait caractéristique d’une future entreprise tech ?

Mercedes teste ChatGPT aux États-Unis

Le constructeur star a également choisi d’inclure ChatGPT dans ses véhicules, mais outre-Atlantique. Comme DS, l’IA sera couplée à la reconnaissance vocale dans le véhicule.

Mais la marque allemande ajoute une brique, car elle souhaite l’utiliser dans ses usines. L’objectif est de mieux traiter les données remontées par le système de production, tout en facilitant l’interface de communication pour les ouvriers de l’usine. Cette phase de test a été lancée au début de l’été. Mercedes n’a pas encore fait son retour.

Les plus lus

[ad_2]

Gn Ca tech

Back to top button