Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Changement d’heure : à quoi ça sert et quand faut-il le faire ?

[ad_1]

Les Québécois devront reculer leur montre d’une heure le 5 novembre pour participer à ce curieux rituel que la province pratique chaque année depuis 1940, aux côtés d’environ 70 autres juridictions à travers le monde. Voici pourquoi.

• Lire aussi : Changement d’heure: le PQ relance le débat et veut entendre des experts sur le sujet

• Lire aussi : Le changement d’heure nuit à la santé, selon un expert

• Lire aussi : Mythes et réalités du changement de temps

Chaque année, le Québec revient à l’heure normale de l’Est le premier dimanche de novembre. Ce fuseau horaire est inférieur de cinq heures au Temps Universel Coordonné (UTC – 5 heures du matin), c’est-à-dire l’heure de référence adoptée par la majorité des pays dans le monde.

Un deuxième changement d’heure a lieu le deuxième dimanche de mars, jour où le Québec passe à l’heure avancée d’été (UTC – 4 h).

Pourquoi changer l’heure ?

Essentiellement, le changement d’heure a été introduit pour augmenter la production pendant la Première Guerre mondiale. En plus d’économiser l’énergie, l’objectif est de profiter au maximum de la lumière du jour. Autrement dit, sans changement d’heure en été, le soleil se lèverait et se coucherait plus tôt, donc nos habitudes sociales ne nous permettraient pas d’en profiter pleinement.

C’est également par souci de compatibilité avec d’autres systèmes, notamment dans le sud du pays, que l’heure locale officielle est modifiée, notamment pour faciliter les échanges commerciaux transfrontaliers, les opérations bancaires et juridiques et la régulation du trafic aérien.

Certains experts pensent également que les économies d’énergie ne sont pas si significatives, notamment grâce aux nouvelles technologies plus écologiques.

« Au moment de sa mise en œuvre, l’éclairage représentait une part bien plus importante dans la consommation électrique d’un foyer. Les ampoules étaient moins efficaces qu’aujourd’hui et le chauffage n’était pas électrique», a expliqué Marc-Antoine Pouliot, attaché de presse d’Hydro-Québec, au «Journal de Montréal».

Impacts sur la santé

Habituellement, passer à l’heure d’été est plus stressant que passer à l’heure d’hiver, car on « perd » une heure de sommeil.

De nombreux experts s’interrogent sur l’intérêt de changer l’heure, soulignant que notre horloge biologique, qui détermine par exemple quand nous avons faim ou quand nous sommes fatigués, n’est pas très flexible.

Le changement d’heure peut perturber le cycle du sommeil, entraînant d’autres problèmes de santé importants. Un sommeil non régulé peut entraîner des risques de diabète, d’obésité, de maladies cardiovasculaires, d’accidents du travail ou d’accidents de la route, entre autres.

Les bébés et les seniors, pour qui la routine est plus importante que pour les autres populations, sont les plus impactés par le changement d’heure. Les animaux domestiques pourraient également être contrariés par les changements d’heure.

« Pour les enfants, cela va perturber leur temps de sieste. Les personnes âgées, notamment celles en institution, mangent à une heure précise qui est perturbée. Leur ventre gargouillera le matin au cours des prochains jours. Tout cela affecte l’humeur des gens», a cité en exemple Roger Godbout, directeur du laboratoire et de la clinique du sommeil de l’Hôpital psychiatrique de Rivière-des-Prairies, en entrevue à LCN.

Ce n’est pas le cas partout

C’est au XIXème siècle qu’apparaissent dans les esprits les débuts du changement d’heure pour économiser l’éclairage grâce au soleil.

Si le changement d’heure a été adopté au Québec en 1940, c’est en 1916 que les premiers pays européens l’ont adopté : l’Allemagne, l’Angleterre et la France. Les États-Unis suivirent à la fin de la Première Guerre mondiale.

Dans les années 1920, il est arrivé dans quelques endroits du pays, puis a été standardisé dans les années 1950 partout au Canada.

En 2007, la Loi sur l’heure légale a été adoptée au Québec afin d’allonger la période d’été pour correspondre au calendrier américain, rapporte « Le Journal ».

Cependant, certains pays ont décidé par la suite de l’abandonner, voire de ne jamais l’adopter. Parmi ces pays qui ne changent pas d’époque, on retrouve l’Argentine, l’Inde et le Japon.

Les Russes ont également aboli le changement d’heure en octobre 2014. La Russie vit désormais à l’heure standard (heure d’hiver) toute l’année.

Au Canada, certaines provinces ont également décidé de ne plus participer, notamment le Yukon, la Saskatchewan et certaines parties de la Colombie-Britannique.

Il existe également des différences au sein de la province. La Minganie, qui comprend l’île d’Anticosti, vit à l’heure normale de l’Est ou à l’heure d’été, tandis que la Basse-Côte-Nord vit à l’heure normale de l’Atlantique toute l’année.

Au Québec, les régions situées à l’est du 63 degrés de longitude Ouest, près du Labrador, ne changent pas l’heure. C’est le cas à Blanc-Sablon. Lorsque Québec avance l’heure, la ville partage l’horloge avec Québec. En hiver, c’est plutôt à l’heure des Maritimes, comme aux Îles-de-la-Madeleine.

Blanc-Sablon est située près de Terre-Neuve, elle-même en retard de 30 minutes sur l’heure des Maritimes, explique « Le Journal ».

Le cas des États-Unis

En mars 2022, le Sénat américain a approuvé à l’unanimité un projet de loi visant à abolir le changement d’heure aux États-Unis, proposant d’utiliser l’heure d’été toute l’année.

Réintroduit par le sénateur Marco Rubio, le projet de loi Sunshine Protection Act n’a toujours pas été approuvé par Joe Biden, qui dispose d’un veto et peut décider de transformer ou non ce projet de loi en loi. Le projet de loi n’est pas encore parvenu à la Chambre des représentants.

Voici quelques conseils pour faciliter votre adaptation au changement d’heure :

1. Ne changez pas votre rythme et gardez les mêmes horaires pour vos repas ou votre sommeil. Profitez de la lumière naturelle et du soleil pour aider votre horloge biologique interne à s’adapter plus facilement et plus rapidement. Se préparer progressivement et à l’avance peut également être une bonne idée ;

2. Essayez la luminothérapie, la lumière artificielle qui vous permettra de resynchroniser votre cycle veille/sommeil. Utilisez-le de préférence entre 30 et 60 minutes par jour, à heures régulières et le plus tôt possible après le réveil ;

3. Favorisez au maximum la qualité de votre sommeil en réduisant votre consommation d’alcool et en faisant un minimum d’exercice, de préférence à la lumière du jour.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button