Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Chances improbables pour Jonathan Huberdeau de redevenir le joueur qu’il était autrefois

[ad_1]

La chute de Jonathan Huberdeau se poursuit avec les Flames, au point où il a été sur le banc pendant toute la troisième période, mardi soir face aux Predators. À ce stade, sur la base de diverses statistiques et opinions des recruteurs, les chances sont minces qu’il redevienne l’attaquant productif qu’il était il y a à peine deux saisons.

• Lire aussi : Jonathan Huberdeau a pris une soirée de congé, affirme son entraîneur

Tout a été dit sur la dernière campagne difficile qu’a connue Huberdeau, sa première à Calgary, sous les ordres de Darryl Sutter. Avec l’échange qui l’a fait passer des Panthers aux Flames, sa production a chuté de façon spectaculaire, passant de 115 à 55 points. Jamais un joueur dans l’histoire de la LNH n’a connu une baisse de performance aussi radicale.

Depuis le départ de Sutter – que certains aiment qualifier de dinosaure –, plusieurs s’attendaient à ce que le Québécois rebondisse. Toutefois, même si la saison demeure très jeune avec seulement 12 matchs joués, Huberdeau est en passe d’amasser seulement 41 points.

« Tout ce qu’il a connu ne peut pas être effacé d’un seul coup. Je pense qu’il reviendra à un calibre supérieur à celui de l’an dernier, même s’il ne redeviendra peut-être plus jamais le joueur qu’il était en Floride», glisse un recruteur d’une équipe de formation. « L’Est de la LNH que nous avons consulté et qui a demandé à ne pas être identifié.

Révéler des statistiques

Getty Images via AFP

La firme de statistiques avancées Sportlogiq a étudié la performance d’Huberdeau cette saison et est arrivée à la conclusion que l’attaquant « ne réalise pas autant de passes vers les zones dangereuses de la glace et qu’il est moins impliqué lorsqu’il s’agit de reprendre la possession pour son équipe en zone offensive ». .

Les chiffres fournis illustrent clairement cette conclusion. C’est au niveau des passes complétées vers la fente que le jeu d’Huberdeau souffre plus que tout. En 2021-2022 avec les Panthers, il a complété 3,17 passes vers la machine à sous par match, ce qui le place au cinquième rang dans toute la LNH. L’année dernière, il a complété 2,13 par match (28e) et cette saison, la baisse se poursuit à 1,83 par match, ce qui la fait glisser à 46e rang.

Pour les passes complétées en zone offensive, l’ailier est passé du deuxième en deux ans (18,2 par match) à 87.e (13,1 par match).

Sportlogiq a fait allusion à une faible implication dans la reprise de possession de la rondelle en zone offensive. Encore une fois, lors de sa magistrale campagne 2021-2022, il a remporté 1,27 duels en zone offensive. C’est bien mieux que 0,9 la saison dernière et 0,83 cet automne.

Pourquoi tous ces indicateurs offensants baissent-ils ? Les dépisteurs consultés estiment que « Hubby » s’épanouit davantage en Floride, dans un système de jeu plus axé sur la possession de la rondelle que sur l’échec-avant.

« En Floride, il était en mouvement tout le temps, c’était plutôt un style de possession de rondelle où on entre en zone offensive avec contrôle », a mentionné un dépisteur d’une équipe de l’Ouest.

« Jonathan, ce n’est pas le genre de gars qu’on envoie toujours en ligne droite. Il peut garder la rondelle, la protéger et se déplacer pour créer des occasions parce qu’il a de si bonnes mains et une bonne vision», a analysé un autre de ses pairs, cette fois dans l’Est.

Sportlogiq semble confirmer cette analyse en démontrant que depuis qu’il est à Calgary, Huberdeau possède la rondelle 35 s par match en zone offensive (105 se rang), contre 55 s lors de sa dernière saison en Floride (14e).

Des signes encourageants ?


Chances improbables pour Jonathan Huberdeau de redevenir le joueur qu'il était autrefois

Getty Images via AFP

Les statistiques montrent toujours des signes encourageants. Pour les tirs tentés, Huberdeau semble plus offensif que l’an dernier (3,5 par match contre 2,96 la saison dernière). Il génère ainsi plus d’occasions de marquer (2,17 par match contre 1,67).

« Ce qu’on voit de ses statistiques offensives avancées, c’est que ce n’est pas ce qu’on a vu de lui en Floride, mais ce n’est pas un désastre », conclut un éclaireur d’une équipe de l’Ouest.

Pour ce même éclaireur, il ne faut pas croire que le fait qu’Huberdeau ait été mis sur le banc ait un lien avec sa baisse de production offensive.

« Il y a autre chose dans son jeu, que ce soit son jeu défensif ou son niveau de compétitivité, ce n’est pas là. Il faut oublier la partie offensive, qui est alignée avec le reste de l’équipe. Ce qui se passe envoie un message au reste de l’équipe », dit-il.

Difficile de rebondir


Chances improbables pour Jonathan Huberdeau de redevenir le joueur qu'il était autrefois

AFP

Dans l’histoire de la LNH, parmi les 15 joueurs qui ont connu la plus forte baisse de points d’une saison à l’autre, aucun n’est revenu avec une production égale ou supérieure à celle de sa plus grosse saison par la suite. Seul le grand Wayne Gretzky, après être passé de 163 points à 121 avec les Kings de 1991 à 1992, s’en est approché avec une autre saison de 130 points deux ans plus tard.

C’est le signe que pour Huberdeau, il sera extrêmement difficile de retrouver un niveau de jeu similaire à celui de sa campagne de rêve en 2021-2022.

« Il a besoin d’un bon entourage. Lorsqu’il sortira enfin de ce trou, il se sentira encore plus fort. Probablement plus fort que jamais. Je crois en lui», mentionne son compatriote québécois de Détroit David Perron, attristé à distance de voir son ami pointé du doigt.

« J’ai vu le clip où il a la tête entre ses deux jambes sur le banc des Flames. Je n’ai pas aimé voir ça. J’ai toujours apprécié mes conversations avec Jo. Si je lui parlais, je ne dirais probablement pas un seul mot du hockey. Sa tête doit bourdonner. Il doit juste penser au hockey. Je le sortirais pour prendre une bière au restaurant. On parlerait de tout et de rien. Mais si cela devait revenir au hockey, cela viendrait de lui. Et je l’écouterais.

–Avec la collaboration de Jean-François Chaumont à Détroit

LE PLUS GRAND POINT TOMBE DE L’HISTOIRE

Jonathan Huberdeau

2021-2022 : 115 points

2022-2023 : 55 points

Meilleure saison prochaine : ?

Bill Barbier

1975-1976 : 112 points

1976-1977 : 55 points

Meilleure saison suivante : 89 points

Dennis Maruk

1981-1982 : 136 points

1982-1983 : 81 points

Meilleure saison prochaine : 60 points

Bob MacMillan

1979-1980 : 108 points

1980-1981 : 61 points

Meilleure saison suivante : 63 points

Reggie Leach

1976-1977 : 91 points

1977-1978 : 46 points

Meilleure saison prochaine : 70 points

Chuck Lefley

1976-1977 : 85 points

1977-1978 : 41 points

Meilleure saison prochaine : 12 points

Sergueï Fedorov

1996-1997 : 107 points

1997-1998 : 63 points

Meilleure saison suivante : 83 points

Mats Naslund

1989-1990 : 84 points

1990-1991 : 41 points

Meilleure saison prochaine : 22 points

Pete Mahovlich

1976-1977 : 105 points

1977-1978 : 62 points

Meilleure saison suivante : 66 points

Václav Nedomanski

1980-1981 : 74 points

1981-1982 : 32 points

Meilleure saison prochaine : 40 points

Wayne Gretzky

1991-1992 : 163 points

1992-1993 : 121 points

Meilleure saison prochaine : 130 points

Joe Mullen

1989-1990 : 110 points

1990-1991 : 69 points

Meilleure saison prochaine : 87 points

Mike Modano

2003-2004 : 85 points

2004-2005 : 44 points

Meilleure saison suivante : 77 points

André Boudrias

1975-1976 : 78 points

1976-1977 : 38 points

Meilleure saison suivante : 43 points

Brian MacLellan

1985-1986 : 85 points

1986-1987 : 45 points

Meilleure saison prochaine : 48 points

Bryan Trottier

1982-1983 : 129 points

1983-1984 : 89 points

Meilleure saison prochaine : 111 points



[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button