Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Cette personne âgée a vendu sa maison en raison de la hausse des taux d’intérêt. Maintenant, il ne trouve pas de location abordable

[ad_1]

John Cufflin a un peu plus d’une semaine avant de devoir quitter la maison qu’il possède depuis trois décennies – et le manque de logements abordables à Calgary signifie qu’à l’heure actuelle, l’homme de 76 ans n’a nulle part où aller.

Il impute sa situation à la Banque du Canada récente série de hausses des taux d’intérêt.

« Auparavant, l’argent que je dépensais pour mon prêt hypothécaire était d’environ 1 000 $ par mois. Et l’année dernière, ce montant est passé à 2 600 $ par mois », a déclaré Cufflin, qui gagne 2 200 $ par mois grâce au soutien du gouvernement.

« (Cela) est prohibitif pour quelqu’un avec un seul revenu. Cela me laisse donc maintenant dans une position où je dois envisager la possibilité de vendre la maison. »

La maison a été vendue dans le mois suivant sa décision. Maintenant, il a une tâche encore plus difficile : trouver un endroit où vivre parmi des dizaines de milliers de nouveaux Albertains faire de même, dans une ville avec le les loyers connaissent la croissance la plus rapide et un baisse du taux d’inoccupation des logements locatifs.

« C’est extrêmement difficile en ce moment… J’ai besoin de quelque chose qui soit abordable en fonction des revenus que je reçois. »

Antiquités sur une commode.
Certaines des antiquités de John Cufflin. Il a vendu les pièces dont il est prêt à se séparer et a trouvé un espace de stockage pour le reste. (Karina Zapata/CBC)

Le collectionneur passionné d’antiquités envisage d’emménager avec un colocataire et même de retourner sur le marché du travail à 76 ans pour, avec un peu de chance, s’offrir à nouveau sa propre maison un jour.

Ceux qui aident les personnes âgées à trouver un logement affirment que Cufflin est loin d’être le seul. Ils affirment que les hausses des taux d’intérêt ont créé un problème croissant à travers le pays, laissant certaines personnes âgées se démener pour trouver un toit au milieu d’une crise nationale du logement abordable.

Un problème croissant

Laura Tamblyn Watts, PDG de l’organisation nationale de défense des personnes âgées CanAge, affirme que des histoires comme celle de Cufflin deviennent trop courantes.

« Avec la montée en flèche de l’indice des prix à la consommation et la fluctuation des taux d’intérêt, les gens qui pensaient avoir suffisamment d’argent n’en ont plus », a déclaré Tamblyn Watts.

C’est une arme à double tranchant. Si certaines personnes âgées sont obligées de vendre leur logement, il devient également plus coûteux de gérer une propriété, ce qui se traduit souvent par une augmentation des loyers des locataires.

« De très nombreuses personnes âgées se retrouvent sans logement ni abri adéquats, après avoir déjà été propriétaires de leur propre maison. Et cela n’est jamais arrivé auparavant ici en Alberta.

Une femme blonde vêtue d’une veste rouge et noire regarde directement la caméra.
Laura Tamblyn Watts est la PDG de CanAge, l’organisation nationale de défense des personnes âgées du Canada. (Laura Tamblyn Watts/CanAge)

Mais il ne s’agit pas seulement de l’Alberta, dit-elle.

« Certainement, d’autres points de pression importants, comme Vancouver, Toronto, Montréal et, de plus en plus, Halifax, se heurtent au même problème. »

Elle dit que cela se produit également dans les communautés rurales du Canada.

« De plus en plus de personnes âgées vont se retrouver sans abri et sans abri. »

La demande d’aide explose

Larry Mathieson, PDG d’Unison for Generations 50+, qui gère le Kerby Centre à Calgary, a observé tout cela se dérouler.

Il dit qu’il voit chaque jour de plus en plus de personnes âgées qui se trouvent dans une « situation financière désastreuse », certaines se retrouvant sans abri parce qu’elles ne peuvent pas trouver un logement qu’elles peuvent se permettre à temps.

Même la demande pour leurs marchés alimentaires gratuits a explosé. Il attirait autrefois une foule d’une douzaine de personnes. Aujourd’hui, plus de 200 personnes âgées font la queue deux fois par semaine pour obtenir de la nourriture gratuite, dit-il.

« (Cela) frappe nos personnes âgées, que vous soyez propriétaire ou locataire. Les deux ont des implications légèrement différentes. Mais la pénurie de logements et la crise du logement ont un impact sur toutes les personnes âgées de ces catégories », a déclaré Mathieson.

Un quai de train avec un panneau indiquant "Zone de dépôt du centre Kerby"
Centre Kerby de Calgary. La demande pour leur marché alimentaire gratuit pour les personnes âgées a explosé. Il attirait autrefois une foule d’une douzaine de personnes. Aujourd’hui, plus de 200 personnes âgées font la queue deux fois par semaine pour obtenir de la nourriture gratuite. (Soumis par le Centre Kerby)

Selon lui, jusqu’à présent cette année, 1 044 personnes se sont rendues au Centre Kerby pour chercher de l’aide pour se loger. Cela représente une hausse de 23 pour cent par rapport à l’année dernière, lorsque 852 personnes ont demandé de l’aide.

Et même lorsqu’ils demandent de l’aide, Mathieson dit qu’ils pourraient attendre longtemps.

« La plupart des organisations avec lesquelles nous travaillons proposent des logements pour personnes âgées à moindre coût. Il y a une liste d’attente de six à huit mois. »

« La réalité est que, vous savez, les calculs ne fonctionnent tout simplement pas. Il n’y a tout simplement pas assez de stages abordables », a déclaré Mathieson.

L’un des plus importants fournisseurs de logements abordables pour personnes âgées de Calgary, Silvera for Seniors, compte actuellement 599 personnes sur sa liste d’attente.

Des solutions de logement insolites

Pour y faire face, certaines personnes âgées ont recours à des solutions inhabituelles, explique Mathieson.

Comme « des personnes âgées louant une chambre dans un sous-sol ou quelque chose comme ça, ou du couch surfing, ou tout ce que les gens peuvent faire pour s’en sortir », a-t-il déclaré.

Dans certaines régions du pays, certaines personnes âgées sont vivre avec des étudiants internationaux, qui ont souvent aussi du mal à trouver un logement. Ou partager une maison avec d’autres amis plus âgés.

Laura Tamblyn Watts de CanAge affirme que cette créativité est nécessaire, mais que, à mesure que la population canadienne vieillit rapidement, il est temps de trouver des solutions à plus long terme, comme se concentrer davantage sur le logement pour personnes âgées dans la Stratégie nationale sur le logement et rendre les nouveaux développements plus accessibles.

« Nous avons besoin d’un investissement important, non seulement dans le logement et l’abordabilité, mais également dans les services qui permettent aux gens de rester chez eux », a déclaré Tamblyn Watts.

« Nous devons faire en sorte que les gens puissent vieillir chez eux, chez eux. »

« Je crois que tout ira bien »

Quant à Cufflin, il essaie de rester positif.

Jusqu’à présent, il a trouvé un endroit pour stocker sa collection d’antiquités bien-aimée et ses autres biens. Mais il lui manque encore un espace partagé dans lequel emménager d’ici le 1er novembre.

« Il y en a un bon nombre qui sont abordables. Donc je pense qu’avec le nombre, je devrais pouvoir trouver quelque chose. »

Mais il espère qu’il s’agit d’une mesure temporaire. Cufflin dit qu’il veut redevenir propriétaire de sa propre maison un jour, comme il l’a fait pendant la majeure partie de sa vie.

À 76 ans, il envisage de retourner au travail pour atteindre cet objectif.

« Si je parviens à trouver un emploi dans la vente de nouvelles maisons ou de biens immobiliers, ce serait mon objectif à long terme. »

Pour l’instant, il dit qu’il trouve un maigre réconfort en sachant qu’il n’est pas seul.

« Je crois que tout ira bien. Je trouverai quelque part. Mais tout le monde n’a pas les moyens dont dispose une personne comme moi, et il y a beaucoup de gens qui n’ont pas cela et pour lesquels je me sentirais très inquiet. »

[ad_2]

En LOcal

Back to top button