Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Science et technologie

Cette comète à cornes reprend à nouveau son activité volcanique !

[ad_1]

Pour la troisième fois depuis cet été, le astronomesastronomes signaler une augmentation soudaine luminositéluminosité de la comète 12P/Pons-Brooks, la faisant briller le 2 novembre dernier d’une magnitude 12 dans la constellation d’Hercule. Signes d’émission de gaz, résultant de son échauffement à l’approche du Soleil.

Des éruptions cryovolcaniques qui augmentent sa luminosité

Repérée pour la première fois en 1812 par l’astronome français Jean-Louis Pons, puis redécouverte en 1883 par l’astronome américain William Robert Brooks, 12P/Pons-Brooks est une comète dite périodique, c’est-à-dire qu’elle effectue une orbiteorbite complète (ou révolution) dans un intervalle de temps relativement régulier. Comme tous les 71 ans environ, il est sur le point d’atteindre son point le plus proche du Soleil, ce qui a tendance à le réchauffer à mesure qu’il se rapproche de notre planète. étoileétoile.

En se réchauffant, le noyau glacé de la comète se sublime, passant deétat solideétat solide auétat gazeuxétat gazeux. On parle alors d’activité cryovolcanique : les gaz se frayent un chemin vers la surface de la comète et s’échappent vers l’espace, formant derrière elle une traînée de gaz et de poussières qui augmente brutalement sa luminosité. Dans le cas de la comète 12P/Pons-Brooks, la luminosité a été multipliée par près de 100 en quelques jours seulement ! Son apparence de monstre cornu semble être due à la forme irrégulière de son noyau.

Activité cryovolcanique imprévisible

À mesure qu’il s’approche du point de son orbite le plus proche du Soleil – le périhéliepérihélie, qu’elle atteindra au printemps 2024, on peut s’attendre à une reprise de l’activité cryovolcanique. Mais son activité est difficile à prévoir, et les astronomes amateurs gardent leurs télescopestélescopes destiné à ce visiteur.

Après avoir atteint son périhélie, 12P/Pons-Brooks retrouvera à nouveau les confins du Système solaireSystème solaireavec une distance maximale au Soleil (ou aphélieaphélie) de 33,8 unités astronomiquesunités astronomiquesou au-delà de l’orbite de NeptuneNeptune. Elle atteindra à nouveau le périhélie en 2094. Vous pouvez suivre en direct l’évolution de la comète grâce au Sky Guide, ainsi que sa position actuelle dans notre système solaire.


Article de Nathalie MayerNathalie Mayerpublié le 17 octobre 2023

En juillet dernier, la comète P12/Pons-Brooks a attiré l’attention des astronomes en gagnant subitement en luminosité. Le résultat d’une éruption, ont alors expliqué les chercheurs. Et maintenant, elle vient de recommencer. Une fois de plus, elle s’est parée de drôles de cornes de glace qui la font ressembler au Faucon Millenium.

La comète P12/Pons-Brooks avait déjà fait la Une des journaux cet été. Alors qu’il poursuivait tranquillement sa route vers la Terre – il devrait atteindre son point le plus proche du Soleil en avril 2024 – sa luminosité a soudainement augmenté de façon spectaculaire. La cause était une explosion survenue à sa surface.

Des éruptions répétées sur la comète cryovolcanique

Ou plutôt il faudrait parler d’éruption. Parce que la comète P12/Pons-Brooks est ce que les astronomes appellent une comète cryovolcanique. Elle peut entrer en éruption lorsque le Soleil réchauffe son noyau. Là pressionpression puis monte jusqu’à ce qu’un nuagenuage de glace est éjectée dans l’espace à travers des fissures dans le croûtecroûte de la comète.

C’est ce qui est arrivé au P12/Pons-Brooks en juillet dernier. Et encore ce 5 octobre, ont annoncé des chercheurs du Association astronomique britannique. Après une autre éruption, les astronomes ont constaté que la comète était devenue des dizaines de fois plus brillante. Dans les jours qui suivirent, elle se retrouva une nouvelle fois parée d’une sorte de cornes.

Cornes dues à une forme irrégulière de la comète

Les chercheurs estiment que la forme particulière que prend la comète P12/Pons-Brooks au moment de ces éruptions – forme qui rappelle forcément celle du Faucon Millenium de Guerres des étoiles — est dû à une irrégularité dans la forme de son noyau. Lors de l’éruption de juillet, son comacoma s’était ainsi dilaté jusqu’à atteindre 7 000 fois la taille dudit noyau. Et même si les chiffres ne sont pas encore connus, cette éruption semble avoir été deux fois plus intense.

À mesure qu’elle se rapproche de notre Soleil, la comète P12/Pons-Brooks devrait connaître davantage d’éruptions de ce type.


Le Faucon Millenium photographié dans l’espace ? Non, une comète géante qui a explosé !

Article de Dorian Schaepmeester publié le 30/07/2023

Un événement inattendu a surpris les astronomes observant le Constellation du dragonConstellation du dragon au cours des derniers jours. La comète P12/Pons-Brooks connaît une brusque augmentation de sa luminosité, peut-être due à une explosion : le halo de l’étoile se pare désormais d’une paire de « cornes » lumineuses.

Une « comète à cornes ». C’est le surnom donné par les médias anglo-saxons à la comète 12P/Pons-Brooks depuis le 19 juillet. Ce jour-là, les astronomes du monde entier ont observé une explosion à la surface de l’astre, augmentant considérablement et soudainement sa luminosité. L’événement a eu lieu sur le noyau cométaire de 12P/Pons-Brooks, d’un diamètre de 34 kilomètres sur 12 (soit des dimensions similaires à celles du La comète de HalleyLa comète de Halley). Sa brillance a augmenté, dépassant de cinq fois sa moyenne habituelle. Les internautes, grâce au projet Télescope virtuelphotographié la comète : cette dernière présente désormais une particularité, la soulignersouligner formant deux aspérités pointues, semblables à des cornes. Traversant le système solaire et se trouvant actuellement à 3,9 unités astronomiques (environ 448 millions de kilomètres), bien au-delà de Mars, le ampleur apparenteampleur apparente de 12P/Pons-Brooks est passé de 16,6 à 11,6 lors de l’explosion. En conservant une magnitude de 11,6, la comète reste invisible aux yeux du public.œilœil nu. Elle est néanmoins perceptible avec une lunette astronomique ou un télescope.

Approche imminente des confins de la Terre

Peut-être observé au XIVe et XVe siècle, P12/Pons-Brooks a été formellement identifié par l’astronome français Jean-Louis Pons en 1812. Avec une trajectoire elliptique, le période orbitalepériode orbitale de la comète est de 71 ans. En avril 2024, elle devrait atteindre le périhélie, son point le plus proche du Soleil. Il se rapprochera du voisinage de la Terre quelques jours plus tard : il sera alors potentiellement visible dans le ciel nocturnenocturneatteignant hypothétiquement une magnitude de 4,5.

Avis aux astronomeshémisphère nordhémisphère nord, P12/Pons-Brooks est actuellement situé dans la « tête » de la constellation du Dragon, près de la Petite Ourse. Compte tenu de sa faible magnitude, la comète n’est visible qu’avec de puissants télescopes. Pour les plus patients, il faudra attendre onze mois pour admirer l’objet qui illuminera la voûte céleste pendant quelques jours, d’avril à juin 2024.

[ad_2]

Gn Ca tech

Back to top button