Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

«C’est vraiment un gros désastre»: Phyllis Lambert dénonce le projet Hydro à côté de la Grande Bibliothèque

[ad_1]

La fondatrice du Centre canadien d’architecture (CCA), Phyllis Lambert, n’en revient pas qu’Hydro-Québec envisage de construire un immense poste de transformation électrique juste à côté de la Grande Bibliothèque à Montréal.

• Lire aussi : Hydro-Québec veut construire une station de 315 000 volts à côté de la Grande Bibliothèque

• Lire aussi : Pour réduire les pannes et les délais de raccordement, Hydro-Québec dépensera jusqu’à 50 milliards de dollars

« Ce sera vraiment une grande catastrophe car il s’agit d’un volume important, de murs aveugles (sans fenêtres). Ça va changer le quartier», dénonce Mme Lambert lors d’un entretien téléphonique avec Le journal.

Entente entre BAnQ et Hydro

Le jardin adjacent à la Grande Bibliothèque, à Montréal, où Hydro-Québec prévoit construire un poste de transformation de 315 kV.

Photo Sylvain Larocque

La semaine dernière, Le journal a révélé qu’Hydro-Québec envisage de reconstruire le poste Berri, actuellement situé entre les rues Ontario et Sherbrooke, sur le terrain adjacent à la Grande Bibliothèque. Le propriétaire du terrain, Bibliothèque et Archives nationales Québec (BAnQ), a déjà accepté de le vendre à Hydro.

Rappelons qu’en 2000, Phyllis Lambert présidait le concours international d’architecture pour la Grande Bibliothèque.

« C’est très triste et même si Hydro-Québec essaie de faire quelque chose de fantastiquement créatif, il sera impossible de faire quelque chose de magnifique », déplore-t-elle.

L’architecte déplore que BAnQ ait décidé de vendre à huis clos à Hydro le terrain qui aurait pu servir à un éventuel agrandissement de la Grande Bibliothèque. La transaction devrait permettre de financer en partie la future Maison de la chanson et de la musique, rue St-Denis.

« Pourquoi vendent-ils le terrain ? elle demande. Je ne comprends pas du tout. »

Station de métro?

Mme Lambert exhorte Hydro-Québec à envisager sérieusement d’enterrer la future centrale.

« Est-ce qu’on a vraiment fait une bonne étude pour voir si on ne pouvait pas le mettre en sous-sol ? Ils disent que c’est difficile. C’est toujours très difficile de mettre des choses au sous-sol, mais il y a des endroits où il faut absolument le faire », dit-elle.

Celle que l’on surnomme « Jeanne d’Architecture » espère que de nombreux Montréalais auront leur mot à dire sur le projet.

« Nous pouvons tuer une ville avec de tels éléments parce que la ville, c’est la vie des gens », affirme-t-elle.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button