Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

C’est vrai qu’on chauffe nos maisons avec des grille-pain

[ad_1]

Le deuxième mandat du gouvernement Legault nous révèle un nouveau Pierre Fitzgibbon.

Le superministre de l’Économie et de l’Énergie s’était bâti une réputation d’arrogance. Il faut désormais lui reconnaître la vertu d’oser dire les vraies choses, celles que l’électorat n’a pas vraiment envie d’entendre mais qui sont essentielles.

Cet été déjà, il osait admettre que le Québec devait se sevrer de sa dépendance à l’automobile et réduire son parc automobile.

Maintenant, il revient pour s’attaquer à un autre tabou : notre boulimie électrique. Pour preuve, dit-il, nous « chauffons nos maisons avec des grille-pain ».

Et il a raison ! Et il a tout aussi raison de revenir à la charge avec l’urgence pour le Québec de lancer un véritable projet sur l’efficacité énergétique.

  • Écoutez la rencontre politique Latraverse-Abdelfadel avec Emmanuelle Latraverse via Radio QUB :
Accro

Le grille-pain, bien sûr, ce sont nos plinthes électriques avec leur fil conducteur de chaleur. Un système très inefficace d’un point de vue énergétique.

Et ce n’est que la pointe de l’iceberg d’un véritable problème.

Les Québécois sont accros à l’électricité bon marché. C’est là que nous consommons le plus d’électricité par habitant au Canada. Pire, c’est 20 % de plus qu’en Suède, qui a un climat similaire au nôtre.

Le secteur résidentiel représente 18 % de toute la consommation d’énergie au Québec. C’est énorme. Et le chauffage se taille la part du lion, 57 %.

Alors, avant de nous demander de mettre l’alarme en pleine nuit pour commencer à laver, il va falloir que le gouvernement s’attaque au nœud du problème, l’efficacité énergétique des bâtiments.

Et c’est là le problème.

Remplacer les plinthes traditionnelles par une thermopompe coûte très cher. Et les subventions accordées ne suffisent pas à la famille moyenne.

Dans le même ordre d’idées, pour arrêter de chauffer l’extérieur en hiver, il faut bien plus que calfeutrer les fenêtres. Ils doivent être changés. Il est nécessaire d’isoler les combles, les murs et les fondations. La chaleur captée par la climatisation doit être réutilisée.

La liste des options est longue, mais surtout très coûteuse.


C'est vrai qu'on chauffe nos maisons avec des grille-pain

Photo d’archive, Agence QMI

Demi-mesures

Cependant, lutter contre l’inefficacité des bâtiments constitue également une étape essentielle dans la réduction des gaz à effet de serre.

Le gouvernement le sait. C’est pourquoi il s’apprête à imposer des normes d’efficacité énergétique.

Le problème est que, selon Radio-Canada, on préférerait cibler uniquement les immeubles institutionnels et commerciaux et les grandes tours résidentielles.

Congés pour les maisons unifamiliales et les « plex ».

La raison est simple. Même sur un horizon de 5, 10 ou 15 ans, imposer de tels investissements aux petits propriétaires et aux familles s’avérerait un choix très impopulaire.

Après le dégel à Jean-Talon, le gouvernement Legault ne prendra pas le risque de lancer un projet aussi controversé.

Elle défie toute logique environnementale, mais elle respecte scrupuleusement la logique politique.

De plus, toutes les mesures structurelles qui permettraient d’augmenter significativement l’efficacité énergétique de nos bâtiments coûtent cher, très cher.

C'est vrai qu'on chauffe nos maisons avec des grille-pain



[ad_2]

Fr- local

Back to top button