Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

« C’est assez surprenant » : plus de 70 échecs en 4 ans pour obtenir son permis camion

[ad_1]

Un homme a échoué à son examen théorique de conduite poids lourd plus de 70 fois en quatre ans, selon les données de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) obtenues par notre Bureau d’enquête.

• Lire aussi : «Ça n’a pas de sens»: une Québécoise a échoué 120 fois au permis de conduire théorique

«C’est assez surprenant», s’exclame la directrice du Centre de formation routière de Montréal (CFRM), Laetitia Debrun. Elle admet qu’elle n’a jamais vu de tels chiffres auparavant.

Laeticia Debrun, directrice du Centre de formation des conducteurs de Montréal, s’étonne qu’un apprenti camionneur ait échoué 70 fois à l’examen de la SAAQ.

Photo Pierre-Paul Poulin

L’homme, qui est maintenant dans la cinquantaine, a complété ses tests à Montréal. Sa première tentative remonte à 2019.

Un camionneur peut repasser l’examen dans les sept jours suivant un échec.

D’autres cas sont similaires. Un autre quinquagénaire a désormais 68 anse tentative.

Au total, au moins trois personnes ont passé leur test à choix multiples plus de 60 fois.

Pour l’examen pratique, deux hommes ont échoué 11 fois à leur cours de conduite en compagnie d’un évaluateur de la SAAQ.

Pas de cours obligatoire

Au Québec, aucune formation n’est requise avant de passer un examen de conduite pour obtenir un permis de classe 1.

« L’absence actuelle de formation obligatoire pour la conduite de véhicules lourds pourrait expliquer le nombre de tentatives d’examens théoriques par certains candidats », affirme Gino Desrosiers, coordonnateur des relations avec les médias et porte-parole de la SAAQ.

« Il faut absolument avoir une formation obligatoire », estime le directeur du CFRM.

Elle souhaite qu’un apprentissage d’au moins 100 heures soit imposé aux camionneurs québécois, comme c’est le cas en Ontario.

En août dernier, la ministre des Transports, Geneviève Guilbault, annonçait sa volonté de rendre la formation obligatoire pour les apprentis camionneurs dans son Plan d’action en sécurité routière.

«La mise en place d’une formation obligatoire (…) préparera mieux les candidats à la conduite sécuritaire de tels véhicules, et donc, à la réussite des examens», réitère M. Desrosiers.

Pas mieux pour les bus

Quant aux chauffeurs d’autobus, un quinquagénaire de la région de Montréal a échoué 37 fois à son examen théorique en six ans.

Au moins quatre personnes ont passé plus de 30 fois les ordinateurs de la SAAQ pour tester leurs compétences de conduite.

« De notre côté, nous n’avons jamais vu cela », confesse Isabelle Debrun.

Des gens ont déjà réussi l’examen théorique après plus de 30 échecs, précise la SAAQ.

En septembre dernier, notre Bureau d’enquête a révélé qu’une femme avait échoué 120 fois à son examen théorique de conduite automobile.

Les 5 plus grands numéros d’échecs à l’examen

  • 51 à 55 ans : 71 fois
  • 56 à 60 ans : 68 fois
  • 61 à 65 ans : 61 fois
  • 36 à 40 ans : 59 fois
  • 41 à 45 ans : 46 fois

Source : SAAQ

Faut-il imposer une limite ?

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) réfléchit à des mesures à prendre envers les conducteurs qui passent trop souvent leur examen de conduite.

«Le travail de veille et de réflexion est effectué par les employés de la SAAQ», explique Gino Desrosiers, coordonnateur des relations avec les médias et porte-parole de la société d’État.

La SAAQ n’a pas voulu être plus précise à ce sujet.

« Soyez assurés que la sécurité routière demeure la priorité de l’entreprise », a déclaré Marie-Claude Thibault, responsable du soutien administratif et répondeuse aux plaintes à la SAAQ, en réponse à notre demande d’accès à l’information.

Bienvenue nouvelle

La directrice du Centre de formation routière de Montréal (CFRM), Laetitia Debrun, est favorable à ce que la SAAQ impose une limite aux tentatives pour une période donnée.

Cela permettra aux gens d’étudier davantage avant de tenter leur chance sans avoir fait le travail nécessaire, ajoute M.moi Débrun.


Cargaison lourde sur la route.  Un camion transportant des marchandises sur une autoroute

Photo Pierre-Paul Poulin

Marc Thompson, directeur général de l’Association des écoles de conduite du Québec, est également favorable à limiter les examens. Il s’inquiète toutefois de l’aspect juridique de l’initiative.

« Avez-vous le droit d’empêcher quelqu’un de passer son permis de conduire autant de fois que nécessaire ? Je pense que ça va être difficile d’empêcher cela », s’interroge M. Thompson.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button