Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Cela commence à sentir les élections à Ottawa : le différend oppose le NPD et les Libéraux…

[ad_1]

Un différend idéologique entre les libéraux et le NPD pourrait conduire à des élections plus tôt que prévu. Le NPD vient de rejeter la première version d’un projet de loi que les libéraux s’étaient engagés à présenter cet automne et les négociations s’annoncent difficiles.

On dit qu’il ne faut jamais gâcher une crise.

Sur fond de crise autour des salutations à un nazi à la Chambre des communes et d’horribles sondages pour les libéraux, le NPD de Jagmeet Singh fait planer le spectre de l’annulation de son accord avec Trudeau, en raison d’un désaccord sur l’assurance médicaments.

Trudeau doit faire attention à ne pas échouer en ne prêtant pas suffisamment attention aux détails, car nous sommes dans un cycle électoral où l’issue est tout sauf certaine pour lui et ses troupes.

Rôle des provinces

Commençons par une évidence : la santé est de compétence provinciale. Par ailleurs, depuis une cinquantaine d’années, les ententes fédérales-provinciales attribuent un rôle majeur au gouvernement fédéral.

Pour maintenir l’universalité, la gratuité et la transportabilité des soins de santé d’une province à l’autre, le gouvernement fédéral met beaucoup d’argent sur la table et les provinces l’ont.

La Loi canadienne sur la santé est considérée, surtout à l’extérieur du Québec, comme l’un des meilleurs attributs de notre société. Nous aimons nous comparer avantageusement aux États-Unis, où c’est essentiellement chacun pour soi.

Au Québec, cette loi est perçue comme une source de revenus supplémentaire, mais on se méfiera toujours de l’ingérence fédérale…

Pour preuve, Québec n’a toujours pas signé d’entente individuelle avec Ottawa après la dernière ronde de négociations.

Théorie contre réalité

Ce qui est intéressant dans ce nouveau débat impliquant le NPD et qui se jouera surtout au Canada anglais, c’est que le Québec se trouve dans une situation enviable.

Nous avons le système d’assurance médicaments le plus complet au pays. Advenant qu’Ottawa décide de jouer un rôle, le Québec pourrait s’attendre à recevoir un transfert direct, sans conditions, comme dans le cas des garderies.

Lorsque Trudeau a créé le système pancanadien de garderies, le Québec n’avait aucune leçon à tirer. Notre système de garderies était beaucoup plus vaste et complet que celui du gouvernement fédéral. Ottawa a donc fait un chèque.

Mais attention, car dans ces grands programmes sociaux, il y en a qui diront toujours que les systèmes mis en place doivent être 100 % gouvernementaux.

Au Québec, un tel débat a eu lieu pour les garderies et pour l’assurance médicaments. Dans les deux cas, nous avons choisi d’avoir un système mixte, en gardant une place au secteur privé.

C’est là que l’approche de Singh risque de poser problème à Trudeau.

Même si d’importants partenaires sociaux comme la FTQ poussent fort pour que le système d’assurance médicaments du Québec devienne 100 % public, la réalité est que nous avons un bon système et parfois, « le meilleur est l’ennemi du bien ». « .

Trudeau ne peut pas se permettre de proposer un système qui offenserait le Québec et provoquerait une guerre avec les compagnies d’assurance et leurs actionnaires.

Il pourrait faire comme dans le cas des garderies et envoyer un chèque sans oser toucher au modèle québécois.

Reste à savoir si l’approche de Singh sera empreinte du même respect.

Cela commence à sentir les élections à Ottawa : le différend oppose le NPD et les Libéraux...



[ad_2]

Fr- local

Back to top button