Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

Ce que le président Joe Biden compte faire s’il obtient un second mandat

[ad_1]

WASHINGTON (AP) – Président Joe Biden a un discours de réélection simple aux électeurs : laissez-le « finir le travail ».

Alors qu’est-ce que cela signifie? Que lui reste-t-il à faire ?

Contrairement à Donald Trumple favori pour l’investiture républicaine à la présidentielle de 2024 qui a publié des vidéos et des déclarations détaillant son programme, Biden n’a pas officiellement dévoilé ses projets dans le cadre de sa campagne.

Mais ses ambitions ne sont pas un secret et ses objectifs en matière de garde d’enfants, de collèges communautaires et de médicaments sur ordonnance ont été exposés en détail au cours du premier mandat du démocrate. Il a également des promesses non tenues en matière de droits civils, telles que la protection de l’accès aux urnes, la prévention des comportements abusifs de la police et le rétablissement du droit national à l’avortement. L’interdiction des armes à feu appelées fusils d’assaut reste également une priorité.

Le résultat est un programme pour le deuxième mandat qui pourrait ressembler beaucoup à celui du premier mandat de Biden, avec certains des mêmes défis politiques. Presque rien de tout cela ne peut être réalisé sans la coopération du Congrès, et bon nombre de ces objectifs ont déjà été bloqués ou réduits à cause de l’opposition au Capitole.

Biden a remporté des victoires bipartites sur des projets d’infrastructure et des financements publics pour l’industrie nationale des puces informatiques. Mais les démocrates devraient obtenir de larges majorités à la Chambre et au Sénat pour ouvrir la voie au reste de ses projets.

« Nous allons terminer autant de travail que possible au cours de l’année prochaine », a déclaré Bruce Reed, chef de cabinet adjoint de Biden. « Et finis le reste après ça. »

La campagne de Biden a exprimé sa confiance dans le fait que le programme du président se comparerait bien à celui des républicains lors des élections de l’année prochaine. Kevin Munoz, un porte-parole, a décrit l’élection comme « un choix entre se battre pour la classe moyenne ou se battre pour les riches intérêts particuliers » et a déclaré que « c’est un contraste que nous sommes plus qu’heureux de faire ».

Une autre différence entre Biden et Trump ne rentre pas parfaitement dans les livres blancs politiques, mais elle est au cœur de leur fondement politique. Biden a fait de la défense de la démocratie américaine la pierre angulaire de son administration, tandis que Trump a tenté d’annuler sa défaite électorale en 2020.

Le résultat de la campagne de 2024 pourrait remodeler non seulement la politique gouvernementale mais aussi l’avenir des institutions fondamentales du pays.

IMPÔTS

Les projets de Biden coûtent cher et il ne veut pas augmenter le déficit, ce qui signifie qu’il cherche à augmenter les impôts des riches.

Il a déjà réussi à mettre en place un impôt minimum de 15 % sur les entreprises dont le revenu annuel dépasse 1 milliard de dollars.

Biden a proposé de relever le taux d’imposition le plus élevé à 39,6 %, le taux d’imposition des sociétés à 28 % et la taxe sur les rachats d’actions à 4 %.

Il souhaite un impôt minimum de 25 % pour les Américains les plus riches, un prélèvement qui s’appliquerait non seulement aux revenus mais aussi aux plus-values ​​latentes. L’idée, que Biden a appelée la « impôt minimum sur le revenu des milliardaires » Cela pourrait s’avérer difficile à mettre en place, sans parler de l’extrême difficulté à faire adopter par le Congrès, compte tenu de l’opposition républicaine à une augmentation des impôts.

SERVICES SOCIAUX ET SOINS DE SANTÉ

Le plan de signature initial de Biden était connu sous le nom de Reconstruire en mieuxune corne d’abondance de propositions qui auraient radicalement changé le rôle du gouvernement fédéral dans la vie des Américains.

Il a été réduit à cause de résistance du sénateur Joe Manchin, un démocrate de Virginie-Occidentale qui représente un vote clé dans un Sénat étroitement divisé et a annoncé la semaine dernière qu’il ne se représenterait pas. Le résultat fut la loi sur la réduction de l’inflationqui comprenait des incitations financières pour l’énergie propre et des limites sur les coûts des médicaments sur ordonnance, mais pas de nombreux autres programmes.

Biden voudra ramener les idées qui ont été laissées dans la salle de montage. Cela comprend la gratuité des frais de scolarité de deux ans dans les collèges communautaires, l’offre d’une école maternelle universelle et la limitation du coût de la garde d’enfants à 7 % du revenu pour la plupart des familles.

Il souhaite également ressusciter le crédit d’impôt élargi pour enfants. L’American Rescue Plan, la législation de secours en période de pandémie, a augmenté le crédit à 3 000 $ pour les enfants de plus de six ans et à 3 600 $ pour les enfants de moins de 6 ans. L’agrandissement est devenu caduc après un an, il a ramené le crédit à 2 000 $ par enfant, alors que son forfait initial était bloqué.

Il reste encore du travail à faire sur les médicaments sur ordonnance. Le coût mensuel de l’insuline était plafonné à 35$ pour les bénéficiaires de Medicare. Biden veut la même limite pour tous les patients.

VIOLENCE PAR ARMES À FEU

La Maison Blanche a récemment annoncé la création d’un nouveau bureau dédié à prévenir la violence armée. Biden aussi législation signée cela vise à aider les autorités à garder les armes hors de portée des agresseurs domestiques et d’autres personnes dangereuses.

Mais le plus grand objectif de Biden, une interdiction des armes dites d’assaut, reste hors de portée en raison de l’opposition républicaine. Une telle interdiction a été en vigueur de 1994 à 2004, mais elle n’a pas été prolongée après son expiration. Bien que la proposition n’ait pas été détaillée, elle affecterait probablement les armes populaires de grande puissance telles que l’AR-15, qui peut tirer des dizaines de balles à un rythme rapide.

Un autre élément sur la liste de souhaits concerne la vérification universelle des antécédents, qui accroît le contrôle des ventes effectuées dans le cadre d’expositions d’armes à feu ou d’autres moyens sans licence.

DROITS CIVIQUES

Biden a pris ses fonctions à une époque de bouleversements nationaux concernant le rôle du racisme dans le maintien de l’ordre et l’avenir de la démocratie. George Floyd, un homme noir de Minneapolis, a été assassiné par un policier blanc et Trump a tenté d’annuler la victoire électorale de Biden, ce qui a conduit à l’émeute du 6 janvier 2021 au Capitole des États-Unis.

Biden a promis de résoudre ces deux problèmes par le biais d’une législation historique, mais il n’a pas atteint ses objectifs.

En ce qui concerne le maintien de l’ordre, les négociations bipartites au Capitole n’ont pas abouti à un accord, en particulier lorsqu’il s’agissait de faciliter les poursuites judiciaires pour allégations de mauvaise conduite. Alors Biden à la place rédigé un décret avec la contribution des militants et de la police. La version finale modifie les règles d’application de la loi fédérale, mais elle ne change pas grand-chose à la manière dont les départements locaux font leur travail.

Il a également publié un décret sur le droit de vote qui vise à étendre les efforts d’enregistrement. Mais la législation démocrate destinée à consolider l’accès aux urnes n’a pas progressé lorsque certains membres du parti ont refusé de contourner les règles d’obstruction systématique du Sénat pour l’adopter.

La présidence de Biden a été bouleversée par la décision de la Cour suprême d’annuler Roe v. Wade, qui garantissait l’accès à l’avortement dans tout le pays. Cela s’est avéré être un enjeu de campagne potentiel pour les démocrates, mais ils ont eu moins de succès au Congrès. Biden a déclaré que si son parti remportait plus de sièges, il ferait pression en faveur d’une législation codifiant le droit à l’avortement.

IMMIGRATION

Dès le premier jour de son mandat, Biden a envoyé au Congrès sa proposition de refonte du système d’immigration du pays. L’idée n’a abouti à rien.

Mais le président voudrait prendre une nouvelle tournure sur la question lors d’un second mandat. Ce sujet s’avérera particulièrement urgent alors que les migrants continuent de traverser la frontière entre les États-Unis et le Mexique et que le pays recherche la prochaine génération de travailleurs pour atteindre ses objectifs économiques.

Biden veut permettre aux personnes qui se trouvent illégalement aux États-Unis de demander un statut légal et éventuellement la citoyenneté. Il souhaite également un processus de visa plus fluide et élargi, notamment pour les diplômés étrangers des universités américaines. Ces mesures seraient associées à des ressources supplémentaires pour le contrôle des frontières.

UKRAINE ET ISRAËL

Biden est confronté à deux guerres sur deux continents, et les retombées de chaque conflit façonneront un second mandat même si les combats se terminent avant cela.

L’invasion russe de l’Ukraine dure depuis près de deux ans et Israël et le Hamas ont commencé leur dernier affrontement il y a environ un mois. Biden veut envoyer un soutien militaire à l’Ukraine et à Israël, ce qui il qualifie de « vital » aux intérêts de sécurité nationale des États-Unis.

« L’histoire nous a appris que lorsque les terroristes ne paient pas le prix de leur terrorisme, lorsque les dictateurs ne paient pas le prix de leur agression, ils provoquent davantage de chaos, de morts et de destructions », a-t-il déclaré récemment dans un discours prononcé dans le Bureau Ovale.

Ses projets nécessiteront des négociations difficiles au Congrès. Certains républicains s’opposent à une aide accrue à l’Ukraine après que le Congrès a déjà approuvé 113 milliards de dollars pour la résistance sécuritaire, économique et humanitaire.

Les deux conflits nécessiteront probablement des années d’implication américaine. Par exemple, Biden cherche une nouvelle opportunité pour promouvoir une solution à deux États au Moyen-Orient, créant un pays palestinien indépendant aux côtés d’Israël.

CLIMAT

La lutte contre le réchauffement climatique est l’un des domaines dans lesquels Biden a eu le plus de succès. La loi sur la réduction de l’inflation prévoit près de 375 milliards de dollars pour le changement climatique, dont une grande partie sera consacrée à des incitations financières pour les voitures électriques, les énergies propres et d’autres initiatives. Biden pousse également des réglementations plus strictes sur Véhicules et centrales électriques.

Mais les États-Unis ne sont pas encore sur la bonne voie pour atteindre l’objectif ambitieux de Biden en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, selon des analystes indépendants. Et il y a beaucoup de travail à faire pour garantir que les nouveaux programmes atteindre leur potentiel.

Un obstacle est bureaucratie pour les projets énergétiques. La Maison Blanche affirme qu’il est trop difficile de construire des infrastructures telles que des lignes de transmission, mais une législation pour résoudre ce problème nécessiterait probablement des compromis avec les républicains, qui y voient une opportunité de graisser les rouages ​​d’un développement supplémentaire des combustibles fossiles.



[ad_2]

Gn En

Back to top button