Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Carole Laure : « J’ai eu une très belle vie »

[ad_1]

Carole Laure a eu une vie et une carrière bien remplie. Au cours des 50 dernières années, elle est apparue dans plus de 30 films et a sorti 7 albums.

A travers ses projets et ses réussites, la comédienne s’est toujours posée des questions qui resteront sans réponse. Sa mère biologique est décédée alors qu’elle n’avait que deux semaines et son père l’a abandonnée en adoption.

Elle rejoint alors une famille qui compte déjà six enfants.

À quoi aurait ressemblé ma vie si j’avais vécu avec mes vrais parents ? À quoi aurait ressemblé ma vie si j’avais été adoptée par une autre famille ? J’ai essayé d’imaginer ce que ça aurait pu êtreelle dit.

C’était une famille extrêmement aimante, donc j’étais aimée. C’est ce qui compte.

Les belles années du cinéma québécois

Sa rencontre avec Gilles Carle, alors qu’elle avait 23 ans, fut le point de départ de sa carrière. C’est un homme que j’ai beaucoup aimé, je pense que c’est lui qui m’a fait découvrir le cinémaelle dit.

Entre 1973 et 1983, l’actrice joue dans six films de Gilles Carle, qu’elle qualifie de grand cinéaste. Son apparence, avec tous les contrastes, c’est ce que j’ai tant aimé, explique-t-elle. Il mettait l’horreur à côté de la beauté, et cela m’a toujours fasciné.

C’est (Gilles Carle) qui m’a fait découvrir le pouvoir du cinéma. (…) Il m’a complètement fasciné.

Dans le film La mort d’un bûcheron, publié en 1973, Carole Laure incarne Marie Chapdelaine. C’est l’histoire personnelle de Carole qui a inspiré le scénario de Gilles Carle.

Son entrée fracassante dans le monde du cinéma lui permet de tourner avec les plus grands, comme les réalisateurs Bertrand Blier et Jean-Charles Tacchella, en plus de jouer aux côtés d’acteurs comme Jean-Louis Trintignant et Patrick Dewaere.

UN #Moi aussi avant l’heure

Si l’actrice a participé de son plein gré à plusieurs scènes racées, elle a également vécu un événement qui s’apparente aux faits dénoncés lors du mouvement #MeToo (#MeToo).

Pendant le tournage du film Film douxCarole Laure a dû quitter le plateau suite à des demandes inappropriées du réalisateur Dušan Makavejev.

C’est une longue histoire d’horreur, au point que j’avais très peur et que je ne voulais plus faire de films.elle dit.

Elle souligne également son soutien au mouvement #MeToo. C’est extraordinaire que les femmes dénoncent et se révoltentelle dit.

Un besoin d’amour et de stabilité

Carole Laure estime que son milieu familial a eu un effet sur son besoin de longévité et de stabilité dans sa vie amoureuse. Cela a probablement joué un rôle dans le fait que j’ai vécu avec le même homme toute ma vie.elle analyse.

Ils m’ont donné tellement d’amour que j’ai eu le courage de vouloir l’amour, et j’ai trouvé l’amourrésume-t-elle.

Carole Laure rencontre le musicien Lewis Furey en 1977. Pour elle, le moment était foudre.

Je l’ai aimé dès le premier jour où j’ai posé mes yeux noirs sur ses yeux verts.

Avec Lewis, Carole a eu deux enfants : Clara et Thomas. Elle est aujourd’hui grand-mère, rôle qu’elle chérit particulièrement. C’est le meilleur rôle, parce que maman, ce n’est pas facile. Je ne sais pas si j’étais une bonne mère, je n’avais pas de vraie mère modèleelle dit.

Le plus grand bonheur en ce moment, ce sont Tom et Lucas, mes deux petits-enfants, qui accourent chez moi, mentionne-t-elle en souriant. Je n’aurais jamais pensé qu’être grand-mère me procurerait autant de joie.

Passionné de musique

La série audio Entre Carole et Lewisqui a été présenté sur ICI Musique à l’hiver 2023, permet d’entrer dans l’univers musical des deux amoureux.

La musique a également pris une grande place dans la vie du couple. J’étais tellement amoureuse de la musique de Lewis que j’ai chanté à cause d’elle, a-t-elle déclaré. Je n’étais pas chanteur, je n’avais pas une voix extraordinaire, mais sa musique me parlait et j’avais envie de chanter avec lui, alors j’ai chanté.

Ses enfants évoluent également dans le milieu : sa fille danse et son fils joue de la musique. Ils ont été élevés en voyant beaucoup de spectacles, ils ont été élevés en musiquesouligne l’actrice.

La mort fait partie de ma vie

J’avais la peur de ne pas vivre au-delà de 32 ans, car ma mère est décédée à 32 ans, raconte Carole Laure. J’avais peur d’avoir 33 ans et j’avais hâte que mes enfants aient 33 ans aussi.

En plus de la mort de sa mère, l’artiste a dû pleurer son premier enfant, décédé en couches.

Je n’en ai pas beaucoup parlé dans ma vie, mais j’en ai été très brisée, confie-t-elle. Qu’est-ce qui m’a permis de fonctionner ? C’est vraiment grâce à Lewis.

Carole Laure travaille actuellement à l’écriture d’un livre. Il s’agit de moi et de mon enfance, mais c’est une fictionelle explique.

[ad_2]
journalmetro

Back to top button