Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Canadien: Enfin du hockey significatif pour le CH (Chronique de François Gagnon)

[ad_1]

MONTRÉAL – La victoire fait du bien. Il est clair. Pas au point de repartir dans la frayeur et de prétendre que cette victoire 3-2 arrachée en prolongation aux dépens des Red Wings, à Détroit, fait du Canadien un club qui peut sérieusement lorgner les séries éliminatoires.

Non!

Mais après quatre défaites de suite, cela permet de souffler un peu et de redonner confiance à plusieurs joueurs et au coach principal. Du souffle et de la confiance qui seront sérieusement demandés en fin de semaine avec les arrêts successifs des Bruins et des Canucks, samedi et dimanche, au Centre Bell.

La victoire fait du bien, oui, mais c’est la façon dont le Canadien s’est tenu face aux Wings qui est la plus importante à mes yeux.

Car jeudi soir, à Détroit, le Canadien s’est donné des chances de gagner au lieu d’aider ses adversaires à le battre comme il l’avait fait lors des trois derniers matchs.

Ses dirigeants, du capitaine Nick Suzuki au vétéran défenseur Mike Matheson en passant par Cole Caufield, ont joué un hockey significatif.

Enfin!

Ils ne se sont pas contentés de marquer un point ici ou là, ni de profiter d’une attaque massive alors que le match était hors de portée. Ils ont pris les choses en main. Ils ont donné le ton dès le début du match et l’ont maintenu tout au long de 60 minutes de temps réglementaire et 4 min 16 s en prolongation avant que Cole Caufield ne marque le but vainqueur.

Tout le contraire du hockey de rattrapage des derniers matchs.

« Notre plus grand défi ce soir était de jouer une bonne première période ; marquer le premier but ; Il ne faut pas prendre trop de risques pour arriver», a assuré Martin St-Louis après le duel entre son club et les Wings.

Suzuki et Caufield se séparent

Martin St-Louis n’espérait pas seulement que les dieux du hockey exauceraient ses vœux.

Il a accru ses chances de les obtenir avec la décision aussi surprenante qu’inattendue de séparer Nick Suzuki et Cole Caufield qui, jusqu’alors, formaient le duo le plus uni du Tricolore.

Suzuki et Christian Dvorak changeaient donc de trio. Le premier s’est donc retrouvé entre Alex Newhook et Josh Anderson tandis que le second a hérité de Caufield et Slafkovsky.

«Parfois, le «jeu» vous parle», a évoqué l’entraîneur-chef du Tricolore pour justifier cette décision.

Il est difficile de quantifier les effets positifs de cette décision. Mais ne serait-ce que pour mieux répartir la menace offensive, pour bousculer ses joueurs et déstabiliser le plan défensif de l’adversaire qui n’avait sans doute pas anticipé ce coup, les changements opérés par St-Louis n’ont certainement pas nui.

Matheson a marqué le premier but du match. Il est venu appuyer une poussée d’Alex Newhook après que le nouveau trio Suzuki ait pris à contre-pied les Wings à la ligne bleue du Tricolore.

Matheson a passé près de 29 minutes sur la glace. C’est énorme. C’est peut-être même un peu trop. Mais après des performances décevantes selon sa propre analyse, performances dans lesquelles il a pris trop de risques offensivement et s’est rendu beaucoup trop vulnérable défensivement, Matheson s’est bien repris jeudi.

C’était efficace.

« C’est plus agréable de gagner. Nous avons bien commencé le match. Nous n’avons donc pas eu besoin de forcer les choses pour revenir», a expliqué le vétéran défenseur qui a forcé les choses lors des trois derniers matchs.

Des matchs que le Canadien a perdu.

« Mike a bien géré ses risques lors de ses apparitions. Il a joué un match fort. Il en avait besoin», a reconnu Martin St-Louis après la rencontre.

Nick Suzuki a profité des 31 dernières secondes d’une attaque massive pour remettre le Canadien devant (2-1) dès les premiers instants de la troisième période.

En prime, il a réalisé deux échappées durant le match. Il a heurté le poteau à la fin du premier but alors que le CH prenait un penalty. James Reimer doit encore se demander comment il a réussi à réaliser l’arrêt sur le deuxième.

Cole Caufield a également profité de l’attaque massive offerte par James Reimer – le gardien des Wings pensait-il sérieusement qu’il s’en tirerait en s’appuyant sur le bâton de Caufield pour l’empêcher de se retirer en zone défensive? – pour sceller l’issue du match en prolongation.

Jusque-là, Caufield n’avait rien cassé. Mais des gars comme Caufield doivent faire la différence dans les moments importants. Et il n’y a pas de meilleur moment pour gagner pour un tireur d’élite qu’en prolongation. Et c’est ce que Caufield a fait pour la troisième fois déjà en 13 matchs cette saison. Il l’a fait aux dépens des Capitals et des Blue Jackets le mois dernier au Centre Bell.

Primeau : 1euh gain en 2 ans

Réserver les explications de la victoire aux seules performances de Matheson, Suzuki et Caufield serait aussi injuste qu’injustifié.

Car derrière les leaders, plusieurs autres joueurs ont offert des performances significatives.

À commencer par Cayden Primeau qui a repoussé 27 des 29 tirs des Wings pour signer sa première victoire de la saison. Sa première depuis près de deux ans – victoire 3-2 en fusillade le 16 décembre 2021 aux dépens des Flyers de Philadelphie – dans la LNH.

Primeau n’a pas eu à multiplier les miracles. Il était également bien soutenu par ses coéquipiers. Mais le jeune gardien qui joue le troisième rôle avec le Tricolore semblait en pleine maîtrise devant son filet. On peut lui reprocher quelques retours généreux. On peut aussi lui reprocher le but égalisateur (2-2) marqué par JT Compher qui lui a fait mal paraître en glissant la rondelle par-dessus son épaule droite alors que le gardien couvrait mal le côté proche.

Mais Primeau a « survécu » à ce but en restant imposant devant son filet au lieu de devenir vulnérable comme cela lui est arrivé à quelques reprises au cours des dernières années.

Il sera intéressant de voir si cette performance permet à Primeau de voir plus d’action au lieu de se cacher dans l’ombre de Samuel Montembeault et de Jake Allen. A moins que cela puisse servir de tremplin à une transaction…

Entre les lignes

  • Ce sont les responsables de la salle de contrôle de Toronto et non Martin St-Louis qui ont vérifié le but égalisateur de Christian Fischer en fin de seconde période. «Nous voulions vérifier si le joueur des Wings avait ou non frappé la rondelle avec sa main pour l’envoyer au fond du filet. À la relance, on voit que la rondelle touche le gant, mais il n’y a aucun mouvement volontaire pour la rediriger», m’a expliqué un manager joint à la salle de contrôle de Toronto…
  • Une fois la confirmation donnée par les arbitres, Martin St-Louis et le Canadien auraient pu contester le but sous prétexte de l’obstruction de Fischer sur Cayden Primeau. La révision initiale a permis au Canadien d’avoir plus de temps pour bien analyser le jeu et éviter une contestation qui aurait entraîné une pénalité. Car tous les replays proposés ont confirmé l’absence d’obstruction sur la pièce…
  • Des six victoires du Tricolore, trois ont été le résultat d’un but marqué par Cole Caufield en prolongation et une autre en tirs de barrage après un but décisif marqué par Nick Suzuki…

[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button