Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Bourse : Wall Street conclut en hausse, tirée par la technologie

[ad_1]

(Photo : 123RF)

REVUE DU MARCHÉ. Portée par la technologie, la Bourse de New York a clôturé en hausse mardi, poursuivant le rebond de la semaine dernière, aidée également par une légère baisse des taux obligataires.

Les pertes dans le secteur de l’énergie ont pesé sur la Bourse de Toronto mardi, alors que les principaux indices boursiers américains ont clôturé en hausse.

Pour (re)consulter l’actualité du marché

Indices boursiers à la clôture

À Toronto, le S&P/TSX a chuté de 168,35 points (-0,85%) à 19.575,59 points.

À New York, le S&P500 a augmenté de 12,40 points (+0,28%) à 4.378,38 points.

LE Nasdaq a gagné 121,08 points (+0,90%) à 13.639,86 points.

LE DOW a augmenté de 56,74 points (+0,17%) à 34.152,60 points.

LE plongeon a chuté de 0,0038 $ US (-0,523,1 %) à 0,726,5 $ US.

LE huile a chuté de 3,58 $ US (-4,43 %) à 77,24 $ US.

L’or a terminé en baisse de 13,30 $ US (-0,67 %) à 1 975,30 $ US.

Le Bitcoin est passé de 599,70 $ US (+1,71 %) à 35 629,00 $ US.

Contexte

Le secteur technologique a mené la hausse mardi avec des gains notables pour Microsoft (MSFT) dont l’action a atteint un nouveau sommet historique en clôturant à 360,53 $ US (MSFT, +1,12%)mais aussi Amazone (AMZN, +2,13%) Et Pomme (AAPL, +1,45%).

Celui des semi-conducteurs a également été bien soutenu, notamment Intel (INTC, +2,16%)après un article du Wall Street Journal affirmant que le géant des microprocesseurs recevrait des milliards de dollars au nom du « Chips Act ».

Cette loi d’un montant de 53 milliards de dollars américains (US$G) et adoptée par l’administration Biden vise à stimuler la production et la recherche américaines dans le secteur des puces électroniques.

Le secteur de l’énergie a en revanche été « fortement plombé par la chute des prix du brut », a souligné Peter Cardillo de Spartan Capital.

Le baril de Pétrole texan WTI est tombé à son plus bas niveau depuis plus de trois mois en raison de signes de ralentissement de la demande en Chine, le plus grand importateur mondial de brut.

Les grands noms du secteur ont subi le coup dur car Chevron (CVX, -1,76%), Exxon Mobil (XOM, -1,57%), Conoco (COP, -2,72%).

Sur le marché obligataire, les rendements à dix ans se sont encore détendus à 4,56% contre 4,64% la veille « ce qui a aidé la Bourse », a relevé M. Cardillo.

Les investisseurs ont également apprécié les différentes interventions des responsables de la Banque centrale américaine.

Un gouverneur de la Fed a estimé mardi qu’une nouvelle hausse des taux pourrait être nécessaire pour freiner l’inflation, si celle-ci ne ralentit pas suffisamment dans les mois à venir.

« Je m’attends toujours à ce que nous devions augmenter encore les taux pour ramener l’inflation à notre objectif de 2,0% », a déclaré Michelle Bowman, connue pour ses positions « hawkish » en faveur d’une politique monétaire stricte. .

Une autre membre de la Fed, Lorie Logan, présidente de la branche de Dallas, a estimé qu’en raison de la résilience de l’économie, nous aurions « continuer à avoir besoin de conditions financières strictes pour ramener l’inflation à 2,0% ».

En termes de données économiques, le déficit commercial américain de septembre a augmenté plus que prévu pour atteindre 61,5 milliards de dollars (+5 %) en raison d’une augmentation des importations. Ce chiffre reflète le stockage des entreprises américaines avant les fêtes de fin d’année.

Mais à ce rythme sur l’ensemble de l’année 2023, le déficit s’annonce au plus bas depuis trois ans, ce qui pourrait être le signe du ralentissement de l’activité économique.

Du côté des consommateurs, la Fed de New York a publié des données trimestrielles sur l’endettement des ménages américains qui montrent un nouveau record avec 17 300 milliards de dollars de dette, dont l’augmentation ces derniers temps est principalement due aux cartes de crédit.

Sur le plan des valeurs, Nous travaillons a disparu de la bourse alors que l’ancienne star du bureau partagé a déposé son bilan lundi soir.

Le groupe s’est placé sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites et espère réussir à négocier une réduction « significative » de sa dette et à « mettre fin aux baux d’un certain nombre d’emplacements » qui ne lui génèrent aucun revenu. . pas assez d’argent.

WeWork (NOUS) était autrefois valorisé jusqu’à 47 milliards de dollars, mais son titre ne valait que 80 cents lundi soir à la clôture de la Bourse de New York, pour une capitalisation boursière de 44,49 millions de dollars.

La plateforme de réservation de véhicules avec chauffeurs (VTC) et de livraisons de repas Uber a annoncé des résultats moins bons que prévu pour le troisième trimestre avec un chiffre d’affaires de 9,3 milliards de dollars contre 9,5 milliards de dollars. C’est encore 11% de plus que l’année précédente. L’action Uber (UBER) bondi de 3,66%, celui de son concurrent Lyft (LYFT) de 2,85%.

Abonnez-vous à notre newsletter thématique :

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les actualités pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Bourse : Wall Street conclut en hausse, tirée par la technologie



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button