Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Bilan de la semaine politique | Le carnet des collines

[ad_1]

De Québec à Ottawa, découvrez ce qui a retenu l’attention de nos correspondants parlementaires cette semaine.




Bonne semaine à Seamus O’Regan et au NPD

Sous la pression du Nouveau Parti démocratique (NPD), le ministre fédéral du Travail, Seamus O’Regan, a déposé un projet de loi contre les scabs. Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, avait pour condition de soutenir le gouvernement libéral. Le parti d’opposition a pris soin de définir clairement la définition du travail, est-il indiqué. Cette initiative, réclamée également depuis longtemps par le Bloc québécois, permettra d’éviter le recours à du personnel de remplacement lors d’une grève, afin de protéger les droits des travailleurs. Le Québec possède déjà une loi similaire, mais elle ne s’applique pas aux entreprises de compétence fédérale comme celles des secteurs bancaire, aérien, ferroviaire, portuaire et des télécommunications. Cela sera utile dans des situations comme celle de l’Iqaluit Housing Authority, où les grévistes ont manifesté pendant quatre mois pendant qu’ils regardaient d’autres personnes faire leur travail.

Paul Journet, La presse

Dure semaine pour Dominique Ollivier et l’OCPM

Bilan de la semaine politique | Le carnet des collines

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

La présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal, Dominique Ollivier, a dirigé l’OCPM de 2014 à 2021.

Celui qui contrôle les finances publiques de Montréal a démontré ces derniers jours son manque de souci de contrôler les dépenses et de respecter les contribuables. Lorsqu’elle présidait l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), elle a autorisé et engagé elle-même des dépenses que personne n’ose défendre aujourd’hui, comme des écouteurs à 900 $… Suite aux révélations médiatiques de Quebecor, c’est toute l’OCPM qui est éclaboussée. Isabelle Beaulieu, successeur de Mmoi Ollivier n’a pas fait mieux. Pire dans cette histoire : son secrétaire général Guy Grenier a été embauché alors qu’il avait auparavant été démis de ses fonctions de directeur général de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu en raison de dépenses douteuses. Heureusement que l’OCPM n’organise pas de consultation sur ses travaux…

Paul Journet, La presse

Citation de la semaine

Nous voulons faire une pause de six mois. Nous ne remettons pas cela à plus tard. Nous avons demandé à des experts de la Caisse de dépôt d’évaluer le projet de tramway québécois, qui est passé de 3-4 milliards à plus de 8 milliards, et d’examiner d’autres projets possibles : train léger sur rail, métro. Mais nous voulons un projet de transport structurant pour le Québec.

Le premier ministre François Legault, qui a décidé de retirer le projet de tramway des mains du maire de Québec, Bruno Marchand, et de confier un mandat à la Caisse de dépôt, pilote du Réseau express métropolitain

Numéro de la semaine

Bilan de la semaine politique | Le carnet des collines

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le ministre des Finances, Éric Girard

0,7

Il s’agit du faible pourcentage de croissance économique attendu au Québec en 2024, selon la mise à jour économique du gouvernement Legault. C’est la moitié de ce qui était prévu dans le budget de mars. « Les six prochains mois seront très difficiles. Nous ne sommes pas en récession, mais certainement dans une période extrêmement difficile qu’on pourrait qualifier de stagnation», a déclaré le ministre des Finances, Éric Girard.

Oops !

Bilan de la semaine politique | Le carnet des collines

IMAGEZ LA PRESSE

« Bulletin du jour » envoyé aux journalistes par le cabinet du Premier ministre

Surprise mercredi matin dans la boîte courriel des correspondants parlementaires à Québec. Le cabinet du Premier ministre a envoyé par erreur le « bulletin du jour », ces lignes de presse que ministres et députés doivent répéter devant les caméras sur des sujets brûlants. « Nous ne supprimerons jamais les missions de l’État ni les services aux citoyens », peut-on lire, une réponse toute faite à ceux qui prétendent que la mise à jour économique conduira à « l’austérité ». Rappelons que la croissance des dépenses sera en moyenne de 2,2 % dans les années à venir – seulement 1,6 % l’an prochain – un niveau comparable aux années Couillard… Le lendemain, le cabinet du Premier ministre a fait de l’humour avec sa bourde, relayant de fausses lignes de presse. aux journalistes. Un exemple ? Le premier ministre « annoncera la tyrolienne Québec-Lévis » !

Perdu dans la traduction

Bilan de la semaine politique | Le carnet des collines

PHOTO KELLY CLARK, LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, aux côtés du ministre Jean-François Roberge, qui représentait le Québec au Conseil de la fédération à Halifax cette semaine

La conférence de clôture du Conseil de la fédération a donné lieu à un drôle de moment lundi à Halifax. Jean-François Roberge – qui a remplacé François Legault, étonnamment absent en raison d’un « conflit d’horaire » – s’est exprimé en français pour défendre les compétences des provinces. Après son intervention, la première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, a souligné auprès de la ministre québécoise qu’elle et ses collègues n’avaient pas accès à la traduction. «Je pense que c’est normal que je puisse parler en français lors du Conseil de la fédération», a répondu M. Roberge en anglais. Ce court extrait, largement diffusé sur X, a donné à l’échange des allures d’affrontement. Cependant, une version plus longue nous a permis d’entendre l’interprète présenter ses excuses puisque le service de traduction simultanée venait de connaître des problèmes techniques… C’est une partie de l’histoire qui s’est perdue dans la traduction.

L’art de se gratter la tête





Nous ne connaîtrons probablement jamais la fin de l’histoire. Il faudra se fier à la parole du député libéral Ken McDonald, que la whip conservatrice Kerry-Lynne Findlay a accusé d’avoir fait un doigt d’honneur lors du vote sur la motion visant à abolir la tarification du carbone sur le chauffage résidentiel. «Je me suis gratté le côté de la tête avec deux doigts», s’est défendu l’élu visé par l’accusation. «Il est très inhabituel de se gratter le côté de la tête avec son majeur lors d’un vote», a répondu le conservateur, dont le parti a chahuté Ken McDonald lorsque celui-ci s’est levé pour s’opposer à la motion. Le député de l’Atlantique a déjà brisé les rangs des libéraux en votant avec l’opposition sur une motion contre la tarification du carbone. Et sinon, pour mémoire, en juin dernier, le libéral Mark Gerretsen avait été surpris en train de lever le majeur par le même député conservateur. Il a reconnu ses torts et s’est excusé.

Du carbone dans l’engrenage

Bilan de la semaine politique | Le carnet des collines

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES DE LA PRESSE CANADIENNE

La ministre du Commerce international, Mary Ng

Un traité de libre-échange « réveillé ». Le Parti conservateur laisse entendre que l’adoption du projet de loi sur la renégociation de l’accord commercial entre le Canada et l’Ukraine pourrait rencontrer des résistances de sa part, au motif que le texte fait référence à « la tarification du carbone ». La semaine dernière, la ministre du Commerce international, Mary Ng, a exprimé son étonnement que ce pacte soit considéré comme « réveillé ». L’épithète revenue sur la table du comité a été utilisée il y a quelques semaines par le député conservateur Stephen Ellis. « Une des choses qui préoccupe « Pour moi (…) au-delà des mesures incroyablement « réveillées » qui sont intégrées à cet accord de libre-échange (…), c’est qu’il place l’Ukraine dans une position de négociation difficile », a-t-il déclaré à la Chambre. L’ambassadrice d’Ukraine au Canada, Yulia Kovaliv , a assuré jeudi en commission que l’accord était tout à fait souhaitable pour Kiev. Et celle dont le pays est en guerre depuis février 2022 a évité de se retrouver dans les tirs croisés partisans entre libéraux et conservateurs.

Note discordante à la CAQ

Note discordante à la Coalition Avenir Québec (CAQ). La députée d’Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, s’est abstenue d’appuyer un amendement présenté par le ministre Christian Dubé lors de l’étude de sa vaste réforme de la santé. Le libéral André Fortin plaide pour l’ajout de représentants de la MRC aux conseils d’administration. M. Dubé a refusé puisque son projet de loi prévoit déjà la nomination des élus municipaux. Cela n’a pas empêché le libéral de revenir à la charge : « Si vous arrivez à faire dire à un seul député régional que ce n’est pas une bonne idée (…), je tomberai de ma chaise », a lancé M. Fortin. Il a visé juste, Suzanne Blais préférant s’abstenir, ce qui est inhabituel. La représentativité régionale est une question sensible alors qu’aucun des trois députés caquistes de l’Abitibi-Témiscamingue n’a été nommé ministre responsable.

Cela a été réparé en une semaine

Un lapsus du ministre du Travail Seamus O’Regan, jeudi, a permis de lever le voile sur les négociations entre les libéraux et les néo-démocrates sur le projet de loi anti-briseurs de grève. Le député Alexandre Boulerice a éclaté de rire lorsque le ministre a déclaré en point de presse que le Conseil canadien des relations industrielles aurait 15 jours pour prendre une décision. Le gouvernement a finalement fixé le délai à 90 jours. Les néo-démocrates auraient souhaité un délai plus court. La négociation de cet article « a pris environ une semaine, donc il a le droit de rire », s’est exclamé le ministre. Comme dans toute négociation, les choses ont bougé à la dernière minute, une semaine avant le dépôt du projet de loi, alors que les discussions avaient commencé des mois auparavant.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button