Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Science et technologie

Bien avant GTA 6, à quoi ressemblait le tout premier opus de Gran Theft Auto ?

[ad_1]

Début décembre, Rockstar dévoilera le premier trailer de son prochain blockbuster GTA626 ans après la sortie contrastée du premier épisode.

Saviez-vous que RGT était… écossais ? L’une des sagas les plus puissantes du jeu vidéo n’est pas née à New York ou à Los Angeles, villes prises comme modèles par les développeurs. Elle a fait ses premiers pas à Édimbourg au milieu des années 1990, développée par le studio DMA Design, rebaptisé Rockstar North en 1999.

Alors que GTA6 pointe enfin la tête, le mois de novembre est aussi l’occasion de célébrer la sortie du tout premier épisode, un OVNI vidéoludique, arrivé en novembre 1997 sur PC, puis sur Playstation quelques semaines plus tard.

À l’époque, Grand Theft Auto n’est pas encore la franchise acclamée qui s’est vendue à des dizaines de millions d’exemplaires. Avec ce jeu, DMA Design propose un titre déroutant, controversé et critiqué.

Vue aérienne et contrôle subtil

Cependant, le studio s’est fait un nom dans l’industrie, avec une ambiance bien différente : en 1991, il a publié le jeu de réflexion Lemmings, une véritable révolution pour l’époque. Après avoir capitalisé sur cette franchise (avec 4 nouveaux épisodes), l’équipe se lance dans son nouveau titre. L’idée est ambitieuse puisque vous incarnez un gangster, totalement libre de vos déplacements, dans trois villes désormais bien connues des joueurs : Liberty City, Vice City et San Andreas.

Violent, le jeu permet déjà de tirer sur des piétons ou de les écraser sans vergogne. On retrouve déjà des mécaniques connues comme le carjacking ou la musique qui change selon les radios. En revanche, le jeu n’est pas encore en 3D (ce sera le cas avec GTA 3) mais en vue aérienne.

Gran Theft Auto, premier du nom – Capture

Si la franchise propose déjà cette grande liberté, son gameplay est plus original : un bouton pour avancer et des flèches directionnelles pour le diriger. Pas vraiment intuitif. A l’époque de la première Playstation et de ses graphismes impressionnants, le jeu fait un peu pâle figure. « C’est tellement moche et vide que personne ne fera les 200 missions », a déclaré Joypad, l’un des principaux magazines de l’époque. « GTA s’avère absolument inclassable. En fait, vous passez votre temps à chercher votre chemin», déplore Player One, un autre magazine spécialisé.

En réalité, le jeu, bien que pas suffisamment abouti, montre néanmoins son potentiel. Le deuxième épisode, sorti en 1999, bénéficiera de meilleures audiences.

Mais, comme un autre jeu violent, Carmaguédon, RGT a cet aspect sulfureux qui l’a déjà rendu célèbre. Le titre s’échange presque en secret, les enfants le jouent en cachette. En janvier 1998, le sénateur Philippe Darniche interrogeait même le ministre de l’Intérieur sur « l’existence et la vente dans notre pays de logiciels de jeux vidéo défiant toute morale humaine et civique ».

« Spécialement destinés aux jeunes, ils visent à inciter ‘virtuellement’ les adolescents aux violences urbaines et aux combats de rue après s’être identifiés à un ‘héros’ mandaté par la mafia et qui n’est autre qu’un trafiquant de drogue », précise-t-il.

Le débat n’est pas nouveau et il reviendra avec l’incroyable succès de GTA 3, qui fera connaître l’éditeur Rockstar Games dans le monde entier. Sans transiger sur son immoralité, la saga fête donc cette année ses 26 ans avec un nouveau titre à venir, pour lequel on attend toujours une date de sortie.

Thomas Leroy Journaliste BFM Affaires

Meilleurs articles

[ad_2]

Gn Ca tech

Back to top button