Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Biden revigoré pour 2024 après des sondages locaux favorables

[ad_1]

(Washington) « Ce sont les électeurs qui votent. Pas les sondages. » Joe Biden s’est senti revigoré par une série d’élections locales mardi aux Etats-Unis, qui n’ont toutefois pas levé les doutes, alimentés par de mauvaises enquêtes d’opinion, sur ses chances d’être réélu.


L’optimisme retrouvé du président américain repose sur un constat clair : la défense du droit à l’avortement mobilise les électeurs en faveur des démocrates, et met à mal l’opposition républicaine, y compris dans les Etats traditionnellement conservateurs.

Dans l’Ohio, un État industriel du nord que son prédécesseur Donald Trump a remporté facilement à deux reprises, les électeurs ont approuvé mardi l’inclusion du droit à l’avortement dans la Constitution de l’État.

Andy Beshear, gouverneur démocrate du Kentucky, a été réélu en faisant campagne sur la défense du droit à l’avortement, face à un candidat républicain soutenu par Donald Trump – qui avait pourtant largement battu Joe Biden dans cet État du centre-est en 2016 comme en 2020. .

En Virginie, sur la côte est, les démocrates ont assuré le contrôle du parlement local, un pied de nez au gouverneur républicain Glenn Youngkin, parfois considéré comme un futur candidat à la présidentielle, et qui avait tenté de rallier les électeurs autour d’un projet restreignant le droit à l’avortement.

Joe Biden, rarement connu pour être aussi réactif, a rapidement appelé mardi soir différents candidats vainqueurs. Le démocrate, qui fêtera ses 81 ans dans quelques jours, s’est également félicité du référendum dans l’Ohio dans un communiqué.

« Ce soir, dans tout le pays, la démocratie a gagné et les Trumpistes ont perdu. Ce sont les électeurs qui votent. Pas les sondages. Maintenant, ensemble pour gagner l’année prochaine », a-t-il écrit sur son compte candidat X, distinct de son compte présidentiel.

Ses partisans ont savouré leur revanche, après la publication dimanche de sondages sévères pour Joe Biden, battu par Donald Trump dans des Etats clés, et toujours impopulaire auprès d’Américains profondément pessimistes, notamment sur l’économie.

Plusieurs communicants de la Maison Blanche ont échauffé leurs comptes personnels sur un ton souvent vengeur.

Droit à l’avortement

« Mieux vaut voter que s’inquiéter », a écrit Ben LaBolt, directeur des communications de la Maison Blanche. De nombreux représentants du camp Biden ont souligné que l’élection du gouverneur du Kentucky avait prédit, à cinq reprises, le résultat de l’élection présidentielle.

C’est la deuxième fois que les démocrates défient les prévisions les plus pessimistes.

Lors des élections parlementaires fédérales de l’automne dernier, le parti de Joe Biden a fait mieux que les sondages, qui prédisaient une marée républicaine.

Là encore, il est apparu que le droit à l’avortement restait une préoccupation centrale de nombreux électeurs, après que la très conservatrice Cour suprême ait dynamité la garantie constitutionnelle qui le protégeait depuis 1973 partout aux États-Unis.

L’un des comptes de campagne de Joe Biden s’est donc réjoui, mercredi, de publier une vidéo dans laquelle Donald Trump se vante d’être à l’origine de ce renversement de jurisprudence impopulaire.

Si les sondages de mardi ont encouragé le camp Biden à un certain triomphalisme, ils ne font pas disparaître tous les problèmes du démocrate.

Il est jusqu’à présent incapable – comme Donald Trump – de susciter un réel enthousiasme auprès de l’électorat, notamment en raison de son âge.

Ses politiques économiques et sociales sont populaires, et les sondages de mardi semblent indiquer que le programme des démocrates, à bien des égards, est attractif. Mais une élection présidentielle, c’est avant tout un pari sur un homme ou une femme, et sur l’avenir.

CNN a demandé mardi aux électeurs de l’Ohio de donner également leur avis sur les deux rivaux probables pour le 15 novembre 2024, dans le cadre de son sondage à la sortie des urnes.

Seul un quart des personnes interrogées pensent que Joe Biden devrait se présenter à nouveau, et seulement un tiers le pensent pour Donald Trump.



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button