Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Biden promet à Israël un soutien « indéfectible » et une aide militaire en discussion

[ad_1]

Joe Biden a assuré samedi Israël du « soutien indéfectible » des Etats-Unis face à ce qu’il a qualifié d' »horribles attaques terroristes du Hamas », un soutien qui devrait commencer par une assistance militaire.

• Lire aussi : EN DIRECT | Affrontements sanglants : Gaza et Israël mènent une guerre sans réserve

• Lire aussi : Guerre Israël – Hamas : « il y a un danger que cette guerre devienne régionale »

• Lire aussi : Bande de Gaza : une succession de guerres avec Israël depuis 15 ans

Les contacts à haut niveau entre responsables américains et israéliens se sont intensifiés après une offensive surprise lancée depuis la bande de Gaza par le mouvement islamiste palestinien, et les deux parties ont notamment eu une « discussion approfondie » sur les besoins d’aide militaire de l’État juif, » a déclaré un haut responsable de la Maison Blanche.

Il a expliqué qu’une annonce du côté américain était possible dès dimanche, mais a reconnu que l’exécutif était confronté à une situation institutionnelle compliquée, puisqu’une des chambres du Congrès est paralysée après le limogeage de son leader républicain.

« Le Congrès a probablement un rôle à jouer ici, et sans Président de la Chambre des Représentants, c’est une situation sans précédent qu’il faudra gérer », a déclaré cette source.

Le président américain, qui s’est entretenu plus tôt avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a évoqué une « tragédie humaine » lors d’un discours court et solennel à la Maison Blanche.

La flambée de violences samedi a fait « plus de 200 morts » et « plus de 1 000 blessés » côté israélien, selon l’armée, qui accuse le Hamas d’avoir « massacré des civils », et 232 morts côté palestinien, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza depuis 2007.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s’est entretenu avec son homologue égyptien Sameh Shoukri dans l’espoir que le Caire, intermédiaire clé entre Israël et le Hamas, contribuera à mettre fin à l’offensive de ce dernier, selon le département d’État.

Le déclenchement de cette guerre est un casse-tête pour plusieurs raisons pour l’administration Biden.

Tout d’abord, cela met à mal le grand projet du président américain dans la région, à savoir parvenir à une normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite, deux des plus anciens alliés des États-Unis au Moyen-Orient, qui partagent une même préoccupation envers le développement. du programme nucléaire iranien.

Le haut responsable américain cité précédemment a estimé qu’il était « prématuré » de tirer des conclusions sur la question.

Par ailleurs, l’offensive du Hamas a donné l’occasion aux opposants républicains de Joe Biden de relancer leurs critiques sur sa politique jugée trop indulgente envers l’Iran, qui ont officiellement salué samedi cette opération.

Certains responsables de droite ont notamment repris leurs vives critiques à l’égard d’un récent échange de prisonniers entre les Etats-Unis et l’Iran, qui a conduit au transfert à Doha de fonds iraniens gelés, pour un montant de six milliards de dollars.

Un sénateur républicain, Rick Scott, a estimé qu’en autorisant ce transfert, Joe Biden avait « financé » l’attaque du Hamas.

Un porte-parole de la Maison Blanche a qualifié cette affirmation de « mensonge flagrant », affirmant que « pas un centime » des 6 milliards de dollars n’avait été dépensé, et soulignant que l’argent ne pouvait de toute façon pas être dépensé. être utilisé uniquement pour des dépenses humanitaires.

« Ce n’est pas le moment pour un acteur hostile à Israël de chercher à exploiter ces attaques à son propre bénéfice. Le monde entier regarde», a prévenu samedi Joe Biden, dans une possible allusion à l’Iran et au Hezbollah chiite libanais.

« Il est trop tôt pour dire » si l’Iran est « directement impliqué » dans cette offensive spectaculaire du Hamas, et les Etats-Unis n’ont « aucune indication » en ce sens pour l’instant, a déclaré le haut responsable. Un responsable de la Maison Blanche lors d’un échange avec la presse.

Ce responsable, qui a souhaité rester anonyme, a toutefois ajouté qu’il n’y avait « aucun doute » sur le fait que le Hamas était « financé, équipé et armé » entre autres par le régime de Téhéran.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button