Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Bernard Lemaire, star de la télé

[ad_1]

Tout le monde ne le sait pas, mais Bernard Lemaire, le fondateur de Cascades, était aussi une star de la télévision.

• Lire aussi : Bernard Lemaire, cofondateur de Cascades, est décédé

• Lire aussi : Hommes politiques et entrepreneurs rendent hommage à Bernard Lemaire

Mais une star appelée Raymond Laflamme pour les besoins de la série L’or et le papier, diffusé à Radio-Canada et en France (sur France 3). Ce Raymond Laflamme, interprété par l’acteur Raymond Bouchard, était en réalité Bernard Lemaire, qui vient de mourir à l’âge de 87 ans. Ce personnage, qui était la copie de Lemaire, a profondément marqué Raymond Bouchard, tout comme le « véritable « Bernard Lemaire a eu un impact sur tous ceux qui ont travaillé avec lui à Kingsey Falls et dans les autres usines Cascades.

Bernard Lemaire a pris sa retraite lorsque les dernières diffusions de la série ont été diffusées en France. Il vient d’avoir 56 ans lorsqu’il passe la main à ses frères Laurent et Alain. Mais c’est de Bernard dont se souviennent particulièrement les Français qui ont travaillé pour Cascades. Il avait bouleversé leurs habitudes. Tout au long du tournage, Raymond Bouchard a pris un malin plaisir à amplifier le comportement de Bernard Lemaire, voyant à quel point ce patron québécois surprenait les acteurs français. Cela a tout autant surpris les téléspectateurs de France 3.

C’est Andréanne Bournival, alors directrice des programmes à Radio-Canada, qui a eu l’idée d’une série inspirée par la fondatrice de Cascades, authentique visionnaire du recyclage et de la gestion. Bernard Lemaire croyait autant à la gestion participative qu’il avait une confiance aveugle dans le recyclage, deux pratiques dont on parlait peu à l’époque.

Bernard Lemaire, co-fondateur de Cascades, en 2019

Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

LES PORTES DISPARAIENT

Par exemple, pour favoriser les relations entre la direction et le personnel, il a exigé que tous les gestionnaires de Cascades gardent les portes de leurs bureaux ouvertes. À un gestionnaire qui n’avait pas respecté cette directive, Bernard Lemaire lui-même, aidé d’un collègue, avait enlevé la porte de son bureau pour l’envoyer en entreposage.

Bernard Lemaire était convaincu que le « management participatif » était la clé du succès de toute entreprise moderne. Il n’avait certainement pas tort si l’on en juge par les progrès de Cascades, qui recycle le papier depuis 1962. Le style de gestion de Bernard Lemaire, qu’il a inculqué à ses frères Laurent et Alain, a fait des miracles. En 1964, une dizaine de personnes travaillaient à l’ancienne usine de papier « recyclé » de Kingsey Falls et le chiffre d’affaires de Cascades ne dépassait pas 300 000 $. Aujourd’hui, Cascades génère des revenus de près de 5 milliards de dollars et compte 10 000 employés au Canada, aux États-Unis et en Europe.

C’est cette épopée industrielle, l’une des plus remarquables au Québec inc., que raconte la série. De l’or et du papier. En 1990, elle remporte le Gémeaux de la meilleure série, le réalisateur Jean Beaudin, de la meilleure réalisation, et Marina Orsini et Raymond Bouchard remportent les Gémeaux des meilleurs rôles principaux féminins et masculins. Le soir du gala, Raymond Bouchard a dédié son trophée à Bernard Lemaire. Il le méritait.

UN SPECTACLE IRRÉSISTIBLE

Depuis le 17 septembre, je n’arrive pas à répondre à un seul appel Révolution, qui est sûrement la meilleure émission de variétés de la saison, toutes chaînes confondues. Mel Charlot, qui s’est joint aux juges Lydia Bouchard et Jean-Marc Généreux, est aussi ému que moi devant les performances éblouissantes des participants. Je suis époustouflée par leur talent et, mon Dieu, je crois que Sarah-Jeanne Labrosse, l’animatrice, l’est tout autant que moi. Un spectacle irrésistible.

Bernard Lemaire, star de la télé



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button