Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Bernard Lemaire, cofondateur « visionnaire » de Cascades, est décédé

[ad_1]

Bernard Lemaire n’est plus. L’un des cofondateurs de Cascades, reconnu pour son engagement envers le développement durable et pour sa gestion alors innovante empruntant à la gestion participative, est décédé à l’âge de 87 ans. La direction de l’entreprise a indiqué avoir appris la nouvelle mercredi. La cause de son décès n’a pas été communiquée.

L’équipe de Cascades pleure un entrepreneur aux réalisations exceptionnelles, a déclaré le président-directeur général de Cascades, Mario Plourde, lors d’une conférence téléphonique pour discuter des résultats trimestriels de l’entreprise. « Même si Bernard a pris sa retraite depuis plusieurs années, il reste le cœur et l’âme de l’entreprise et il n’a jamais cessé de nous inspirer. »

Bernard Lemaire est décrit par Cascades comme ayant été un homme visionnaire, généreux et charismatique, qui a convaincu d’innombrables personnes pour contribuer à faire de l’entreprise un leader dans la récupération et la fabrication d’emballages et de solutions d’emballage. hygiène durable.

Le premier ministre François Legault a rendu hommage à M. Lemaire, le qualifiant de « grand entrepreneur » et de « visionnaire ». « Bernard Lemaire a été l’un des symboles de l’émergence du Québec à l’international dans le monde des affaires. »

J’ai eu la chance de travailler avec lui et je peux confirmer qu’il s’est démarqué par son management humain, proche des gens, et son esprit entrepreneurial.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, dit garder un bon souvenir des moments où il a travaillé avec l’entrepreneur. « J’ai eu la chance de travailler avec lui et je peux confirmer qu’il s’est démarqué par son management humain, proche des gens, et son esprit entrepreneurial. »

le développement durable

Bernard Lemaire est né à Drummondville en 1936. En 1960, il se joint à l’entreprise familiale de récupération de ferraille, Drummond Pâte et Fibre. Étudiant en génie civil, il quitte l’Université McGill pour travailler avec son père à Drummondville. Sous l’impulsion de l’aîné de la famille – il avait alors 27 ans – les Lemaire fondent Cascades en 1964 pour relancer une ancienne usine à Kingsey Falls dans le but de fabriquer du papier à partir de fibres recyclées.

On disait de Bernard Lemaire qu’il était en avance sur son temps en fondant une entreprise sur le principe du développement durable avant même que l’expression ne soit créée. Il a réussi son pari et démontré qu’écologie pouvait rimer avec économie, et de manière rentable. Ces jeunes entrepreneurs francophones osent alors faire une percée dans une industrie, celle des pâtes et papiers, largement contrôlée par un établissement industriel riche et anglophone.

Adolescent, déboucheur dans l’entreprise familiale, il ne voyait pas de déchets, mais plutôt des matières de valeur à valoriser, aimait-il dire. «Nous avons collecté toutes sortes de choses et nous avons décidé d’acheter une usine de papier à Kingsey Falls», a-t-il résumé en entrevue avec Devoir. Quant à la croissance de l’entreprise à ses débuts, « nous avons acheté des usines en difficulté, utilisé du matériel, nous les avons réparés, puis nous avons gagné de l’argent avec ça ».

En 1982, Cascades prend un tournant décisif en devenant une entreprise publique et en réalisant sa première émission publique d’actions. Les premières actions sont négociées en janvier 1983. L’entreprise devient alors la première à recourir au Régime d’épargne en actions mis en place par Jacques Parizeau, alors ministre des Finances. Cascades réalise alors un chiffre d’affaires de 32 millions de dollars. En 1964, elle ne comptait qu’une dizaine d’employés et un chiffre d’affaires de 300 000 $. Aujourd’hui, l’entreprise génère un chiffre d’affaires de plus de 4,5 milliards et emploie environ 10 000 personnes.

À partir de 1985, sa diversification géographique s’amorce en Europe et aux États-Unis. En 1992, deux acquisitions majeures ont lieu : Rolland et Les Industries Paperboard International. Puis celle des Papiers Perkins en 1995.

Une gestion innovante

Mais outre la croissance spectaculaire de ce qui est devenu l’un des grands fleurons de l’économie québécoise, l’engagement de Bernard Lemaire envers ses employés a été sa marque de fabrique, voire sa grande contribution à l’avancement de la gestion.

Son modèle de gestion participative n’était alors utilisé que par une poignée d’entreprises à travers le monde. Le style de management choisi se veut convivial, axé sur l’autonomie des équipes de direction. À ses yeux, la croissance ne peut se construire qu’avec les salariés. « Le meilleur investissement que nous puissions faire est dans les employés. »

Dans une biographie signée Christian Bellavance publiée par Québec Amérique en avril 2019, Bernard Lemaire était présenté comme un bâtisseur et une figure marquante de Québec Inc. Un titre inclus dans Le devoir ce qui était censé être bien mérité. Il apparaît dès le départ que sa philosophie de gestion visant à mettre l’accent sur la participation et l’autonomisation accrues des salariés, ainsi que sur le partage des bénéfices, était au premier plan de son engagement. « Il s’agit d’en faire LEUR usine », résume-t-il.

C’est en 1967 que Papier Cascades commence à générer des profits. Conscients de l’aide que leur apportent les salariés, surnommés les Cascadeurs, les frères Lemaire ont alors mis en place un programme d’intéressement, lit-on sur Wikipédia. On peut aussi imaginer que dans le cadre d’une telle philosophie, l’entreprise pourrait également attacher beaucoup d’importance à la formation.

Décrit comme un entrepreneur en série, Bernard Lemaire a d’abord mené le sauvetage de l’ancienne papeterie de Kingsey Falls, et du village par la même occasion. D’un sauvetage en expansion, Cascades a fini par participer à la création de 150 entreprises différentes, résume un texte de La presse. Il a également essuyé des échecs, comme celui de la relance ratée de l’usine de pâtes ITT à Port-Cartier en 1991.

Annonçant sa retraite en 1992, Bernard Lemaire a ensuite dirigé le développement de Cascades pendant près de trois décennies avant de passer le relais à Laurent, puis à Alain. Il supervisera ensuite la croissance du secteur de l’énergie, sous la direction de Boralex, à la suite d’une prise de contrôle inversée orchestrée en 1995 par la division Énergie de Cascades. Avoir bâti de toutes pièces deux géants du Québec Inc., Cascades et Boralex, demeure sa principale source de fierté, a-t-il déclaré lors d’une entrevue avec La presse.

Sur la scène politique, M. Lemaire avait à un moment donné pris parti en faveur de la souveraineté du Québec, pour ensuite reconnaître qu’il y avait peut-être une solution à cette question si le Canada anglais acceptait de reconnaître un certain statut particulier au Québec. .

Bernard Lemaire a été nommé Officier de l’Ordre du Canada en 1988. En 2002, la distinction de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur lui a été décernée par le Président de la France.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a souligné la contribution du fondateur de Cascades à l’économie verte. Rappelons que le recyclage fait partie intégrante de la stratégie de l’entreprise. «Bernard Lemaire a vu, avant beaucoup, tout le potentiel de l’économie verte», a-t-elle souligné sur X (anciennement Twitter).

Avec La Presse Canadienne

A voir en vidéo



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button