Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Banc d’essai Audi Q6 e-Tron (prototype) | Audi contre-attaque

[ad_1]

La participation, avant le début de la production, à l’une des sessions de développement et de validation d’un futur modèle ne peut être refusée. Même si plusieurs de ses caractéristiques sont encore classées confidentielles, le Q6 e-Tron ne cache pas les défis posés par sa nouvelle architecture et les concurrents auxquels il compte affronter.


Les îles Féroé – un archipel de 52 889 habitants et quelque 100 000 moutons – ont vu défiler sur leurs routes un cortège de Q6 e-Trons en tenue de camouflage l’été dernier. Ce SUV entièrement électrique qu’Audi commercialisera dès l’année prochaine inaugure une toute nouvelle architecture modulaire baptisée PPE (Premium Platform Electric).

Co-développée par Audi et Porsche, cette plateforme profitera à terme non seulement à ses designers, mais aussi à l’ensemble de la division luxe du groupe Volkswagen (Bentley, Lamborghini). Tout ce beau monde pourra allonger, raccourcir et styliser cette architecture avec la carrosserie de son choix. Selon les données obtenues auprès du groupe VW, cette architecture permet de faire varier l’empattement de 2890 à 3080 millimètres et la garde au sol de 152 à 217 millimètres. Les chenilles (avant et arrière) sont également extensibles.

Variations sur le même thème

La plateforme PPE profitera au maximum des avantages de l’électrification (espace intérieur, centre de gravité), mais veillera également à minimiser les faiblesses inhérentes à ce type de propulseur (principalement le poids). Et tout comme les e-Tron GT et RS, ce prochain Q6 adoptera des batteries d’une tension de 800 V afin de réduire le temps de charge. Leur capacité devrait se situer entre 90 et 100 kWh. Audi n’a toujours pas officialisé cette information. Pas plus que l’autonomie électrique de ce modèle qui, selon les premières estimations, pourrait osciller entre 480 et 523 km.

Les moteurs seront également repris des e-Tron GT et RS, mais optimisés dans leur architecture. Tout indique, du moins en Amérique du Nord, que seul le mode de transmission Quattro (quatre roues motrices) sera offert. L’Europe aura droit à une version entraînant uniquement les roues arrière. Plus économe en énergie, cette dernière bénéficierait également d’une répartition des masses plus avantageuse que celle du Quattro (52:48 contre 50:50 pour la deux roues motrices). Deux autres versions (S et RS) apparaissent dans les spécifications de ce modèle. Des deux, c’est la RS qui risque d’être la plus marquante avec une puissance de près de 600 chevaux et quelque 700 lb-pi de couple. Dans sa configuration de base, le Q6 e-Tron produira l’équivalent de 376 chevaux, tandis que le S en aura 110 de plus.

La flexibilité de son architecture permet au futur Q6 e-Tron de combiner toutes les dernières technologies sans trop de complications (nous y reviendrons). Parmi les fonctionnalités proposées (de série ou en supplément ?), on retrouve notamment une suspension pneumatique, un système de direction aux quatre roues et une vectorisation de couple.

Ces deux dernières avancées visent à rendre cette Audi plus agile à conduire tout en créant l’impression d’être au volant d’un véhicule plus léger qu’il ne l’est réellement. À ce propos, Audi se garde pour le moment de communiquer sur le poids de ce nouveau modèle.

Le Q6 e-Tron a des dimensions extérieures à peu près équivalentes à celles du Q5, mais un espace intérieur qui ferait honte au massif Q7. Soucieuse de ratisser le plus large possible, la marque aux anneaux doublera sa gamme Q6 e-Tron avec une version Sportback. Encore plus épuré grâce à la courbe de son toit, il s’annonce plus performant (un coefficient aérodynamique réduit augmente l’autonomie) sinon aussi fonctionnel. Les différences seront particulièrement visibles au niveau de la garde au toit (avant et arrière), mais aussi au niveau du volume du coffre, qui est inférieur d’environ 10 %.

Premières impressions

Lors de ces séances sur les routes désertes de l’archipel, les restrictions étaient nombreuses. Impossible de dépasser, encore moins d’effectuer des mesures d’accélération ou de relance. Le convoi avançait cependant à un bon rythme, ce qui a permis de vérifier certains éléments dynamiques du véhicule, à commencer par la suspension. Celui-ci, à commande électronique, affiche une flexibilité exquise et maintient l’assiette en parfait équilibre, même dans les virages brusquement négociés. Cependant, la direction nous a semblé trop surassistée. Déconnecté, il s’avère incapable d’imprimer entre nos mains le relief de la route. Le Q6 e-Tron de série proposera une configuration grâce à son logiciel Audi Select, mais reste à savoir s’il gagnera en fermeté et en réactivité. En revanche, le freinage s’est avéré être la belle surprise de cet essai. Facile à moduler, efficace et robuste.

Au moment de ce premier contact, Audi avait soigneusement masqué le tableau de bord. Ses formes et ses caractéristiques seront dévoilées quelques semaines plus tard lors du Salon de la Mobilité de Munich. C’est d’ailleurs à l’occasion de cette première fois aux yeux du public que la carrosserie du Q6 e-Tron s’est débarrassée des bandes de couleurs criardes (ou tendances, selon) qui la recouvraient.

Hormis l’ajout d’un écran d’infodivertissement, certains seront surpris par le conservatisme prudent de l’habitacle. Contrairement à l’iX de BMW (voir nos rivales), cette Audi prend soin d’accompagner et de ne pas perturber le client dans sa transition vers le tout électrique.

Même si l’on regrette que plusieurs d’entre elles rentrent dans l’écran central, les commandes sont ordonnées et faciles à identifier. En revanche, on sera surpris de retrouver, dans l’accoudoir de la porte, ceux qui activent les phares. Puisque nous abordons le sujet, soulignons que le Q6 e-Tron entend innover en utilisant les phares et les lumières comme dispositifs de sécurité passive. Ainsi, la réglette lumineuse proposera une fonction lui permettant de faire défiler des pictogrammes similaires à ceux des panneaux de signalisation routière pour les autres automobilistes. Une avancée que la marque allemande souhaite approuver, y compris en Amérique du Nord où les législateurs faisaient jusqu’ici preuve d’un conformisme poussiéreux en matière d’éclairage.

Audi Q6 e-Tron (2025)

Prix

À partir de 80 000$ (estimation)

Remises gouvernementales

Aucun

Autonomie

Entre 480 km et 523 km

Nous aimons

  • Le confort des suspensions
  • Dégagement intérieur
  • Des innovations « lumineuses »

On aime moins

  • La direction légère et le manque de sensations
  • Une architecture complexe et non éprouvée
  • Plusieurs commandes physiques enfouies dans l’écran central

Notre verdict

Dans quelques mois, nous y verrons plus clair.

Partagez votre expérience

La presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Cadillac Lyriq, GMC Sierra, Lucid Air, Porsche Cayenne, Subaru Crosstrek, Toyota Tacoma. Si vous possédez ou êtes en attente de livraison d’un de ces véhicules, nous serions ravis de vous entendre.



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button