Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Avant le crash : celui qu’on aime détester

[ad_1]

J’ai eu un instant peur que les auteurs lui fassent faire le pire, faisant écho à ce qu’on entend trop souvent dans l’actualité.

C’est au personnage de François Lecompte que les auteurs deAvant l’accidentÉric Bruneau et Kim Lévesque-Lizotte, se sont réservés certaines des scènes les plus profitables et les plus spectaculaires, permettant d’apercevoir une nouvelle facette de l’immense talent d’Émile Proulx-Cloutier.

J’ai aussi tout aimé de cette deuxième saison, qui se termine lundi à 21 heures sur ICI Télé, et dont le dernier épisode est disponible depuis une semaine sur ICI Tou.tv Extra.

Un thriller efficace, des personnages qui se dirigent droit vers un mur sans vraiment s’en rendre compte, happés par une ambition destructrice.

Parti en disgrâce d’Olstrom, puis revenu honteux, chassé par la mère de son fils, avec qui il entretenait la relation la plus toxique, on peut dire que François a frappé son Waterloo cette saison.

Un malheur qu’il ne doit qu’à lui-même ?

« Dans la vie, nous sommes responsables de nos décisions. François en a eu de très mauvaises dans sa vie. Ce n’est pas la faute des autres. Mais le rôle de la fiction est de nous montrer le côté étrange de l’humain, pour qu’on voit que nous ne sommes pas seuls à vivre cela et que cela existe», répond Émile Proulx-Cloutier, à qui j’ai parlé quelques jours avant la finale. .

L’acteur est conscient que la détresse de son personnage a pu trouver un écho chez de nombreuses personnes qui ont vécu ne serait-ce qu’un dixième de ses interrogations.

« Ce sont des humains qui ont appris à fabriquer des armures beaucoup trop épaisses. Ne laissez personne voir qui nous sommes, apprenez à laisser notre fragilité devenir une arme. Il y a quelque chose de pervers là-dedans, qui est un héritage de l’éducation, du système, de mauvaises décisions malsaines. »

Il a également vu de la compassion dans les yeux des personnes qui lui parlaient de son caractère, mêlée de culpabilité d’avoir eu pitié de lui.

« Cela génère une fascination. On est attiré par ce type, qui se donne beaucoup de permissions et un excès épouvantable. En même temps, il nous repousse. C’est aussi ce que nous permet la fiction », poursuit-il.

On devine l’énergie que l’acteur a dû délivrer, notamment dans la scène où François s’enferme dans la salle de bain pour déchaîner toute sa rage contre Évelyne (Karine Vanasse) au téléphone, déterminante pour la suite.

L’acteur, qui travaille avec le réalisateur Stéphane Lapointe depuis la première saison de Faits diversavoue avoir eu le luxe de prendre le temps pendant le tournage, de donner le meilleur de lui-même en toute liberté.

« On aurait pu s’arrêter au bout de trois prises, on avait ce qu’il nous fallait. Mais avec Stéphane, nous avons la chance de continuer à tourner. Dans le cas de la scène de la salle de bain, c’est la cinquième ou sixième prise que nous avons conservée. »

En tournant Avant l’accidentÉmile Proulx-Cloutier tournait au même moment dans Les moments parfaitsdans un rôle complètement opposé, celui de Louis Thomas.

« J’ai joué aux deux, parfois dans la même journée ! D’une certaine manière, ça faisait du bien », admet l’acteur.

Émile, qui dit être complètement sorti de sa zone avec le personnage de François, souligne l’importance du processus d’audition pour les rôles non conventionnels.

« Je ne crois pas que j’étais dans leur haut 5 acteurs potentiels pour ce rôle. Je l’ai eu parce que j’ai auditionné. Si certains acteurs avaient accès aux auditions, on verrait chez eux des aspects qu’on ne soupçonnerait pas. Il est important de se laisser surprendre, même par des acteurs un peu moins connus. »

Pour vous dire à quel point j’ai adoré cette saison, je pourrais aussi parler du duo singulier que formaient Marc-André et Isabelle (Éric Bruneau et Karine Gonthier-Hyndman); de la quête de Florence (Ireland Côté) pour trouver un sens à sa vie ; les expériences olé olé et la réconciliation inattendue mais crédible de Patrick (Mani Soleymanlou) avec Marie-Michèle (Myriam Fournier) ; le retour inattendu de Dominique (Marie-France Marcotte) et la métamorphose diabolique d’Évelyne (Karine Vanasse) ; de la recrue prometteuse, Clara (Valérie Tellos, une actrice à suivre).

Avant l’accident : une troisième saison

Bonne nouvelle : les auteurs deAvant l’accident ont commencé à écrire une troisième saison. Même si l’épisode de lundi aurait pu constituer une fin, les fans prendront certainement une autre saison.

En revanche, comme nous le savons déjà depuis plusieurs mois, Les moments parfaits se terminera à la fin de l’automne à TVA, même si les auteurs étaient prêts à poursuivre.

« La consolation est que cela n’a pas été interrompu en plein vol. Ils ont eu le temps de conclure l’histoire. On laisse les personnages sur une courbe accomplie et achevée», confie Émile Proulx-Cloutier, qui aurait volontiers continué.

Je n’ai pu m’empêcher de demander à l’acteur et musicien s’il s’inquiétait de l’avenir de la télévision québécoise. Comme d’autres, il a été interpellé par la suggestion de Denis Dubois (ancien vice-président du contenu original chez Quebecor Contenu) d’établir une plateforme commune qui regrouperait toutes les œuvres québécoises, imposée par le gouvernement.

« Nous étions plusieurs à en rêver secrètement. J’en ai même discuté avec un homme politique il y a quelques années. Nous avons un rapport à la concurrence qu’il faudrait revoir complètement et plutôt penser à concurrencer Netflix et les gros calibres d’ailleurs. »

Pour répondre à cette chronique, écrivez-nous à avis@lesoleil.com. Certaines réponses pourront être publiées dans notre rubrique Opinions.

[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button