Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

au moins 60 décès supplémentaires lors de la canicule début septembre

[ad_1]

Au moins 60 décès de plus que la normale ont été enregistrés en France lors de la canicule qui a touché 17 départements du 3 au 11 septembre, selon les estimations de Santé publique France publiées mercredi 4 octobre, un bilan qui reste à consolider. « Au moins 60 excédents de décès toutes causes confondues (+2,2%) ont été estimés lors de cette canicule dans les départements concernés »a indiqué l’agence de santé dans un communiqué.

Cet épisode de chaleur tardive, exceptionnel par son intensité et sa durée selon Météo France, a touché près de 30 % de la population métropolitaine, dans 17 départements d’Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Centre-Val de Loire, Normandie, Pays de la Loire, Hauts-de-France, Île-de-France et Nouvelle-Aquitaine.

Plus de 500 décès en trop depuis le début de l’été

Phénomène dont la fréquence est amplifiée par le réchauffement climatique, une canicule se définit par une période de chaleur prolongée sans interruption pendant plusieurs jours. Les impacts sur la mortalité varient selon les départements en raison notamment de la durée (nombre de jours en canicule) et de l’intensité (températures) de l’épisode, mais aussi de la période d’occurrence et du type de population touchée. Aucun accident du travail mortel n’a été notifié par la Direction générale du travail à Santé publique France pour ce quatrième épisode caniculaire, a encore précisé l’agence sanitaire.

Lors de la première canicule de l’été (7 au 13 juillet), au moins 80 décès excédentaires toutes causes confondues ont été estimés en France, lors de la deuxième (17 au 26 juillet), au moins 30, et lors de la troisième (11 au 26 août). ), près de 400 de plus que la normale. Ces estimations sont encore préliminaires à plusieurs égards. Ils s’appuient par exemple sur des données de mortalité qui ne sont pas encore complètes.

Un rapport consolidé attendu cet automne

Surtout, ils n’évaluent pas avec précision les décès directement dus aux vagues de chaleur. Pour l’instant, ils permettent seulement d’indiquer dans quelle mesure tous les décès ont dépassé la normale durant cette période. Santé publique France publiera à l’automne une évaluation consolidée de l’impact sanitaire des différentes canicules et plus généralement de l’exposition de la population française aux fortes chaleurs tout au long de la période estivale 2023.

La chaleur de l’été, y compris hors périodes de canicule, a causé la mort de 30 000 à 35 000 personnes en France entre 2014 et 2022, selon une précédente étude de l’agence sanitaire. L’Europe est le continent qui connaît le plus grand réchauffement, jusqu’à 1°C de plus que la moyenne mondiale.

[ad_2]
Fr1

Back to top button