Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Atteint de la maladie de Parkinson, Marc Gauthier était candidat en 2008 à la mairie de Saint-Michel-de-Rieufret en Gironde.

[ad_1]

« Ensemble, autrement » : ce titre de liste paraît banal dans le contexte des élections municipales. Mais il revêt un caractère bien particulier dans cette petite commune du Sud-Gironde. Et le cas est peut-être unique en France : la tête de liste, Marc Gauthier, souffre de la maladie de Parkinson…

« Ensemble, autrement » : ce titre de liste paraît banal dans le contexte des élections municipales. Mais il revêt un caractère bien particulier dans cette petite commune du Sud-Gironde. Et le cas est peut-être unique en France : la tête de liste, Marc Gauthier, souffre de la maladie de Parkinson.

J’ai la maladie de Parkinson. Ne vous enfuyez pas, ce n’est pas contagieux.

« Après la surprise de ma candidature, mon apparence un peu rigide doit aussi vous surprendre. Sans trop entrer dans les détails, je me dois de vous faire part d’un élément important de mon quotidien afin que nous entamions cette rencontre et, pourquoi pas, ce mandat sur des bases saines et honnêtes. J’ai la maladie de Parkinson. Ne vous enfuyez pas, ce n’est pas contagieux. Maladie neurologique dégénérative, heureusement non mortelle, mais malheureusement irréversible. »

Grâce à un stimulateur neurologique

Attention, le candidat ne met pas en avant cette maladie et décline son programme comme tout le monde. Mais à l’occasion de sa première réunion publique avec ses dix colistiers égaux, il s’est exprimé librement et ouvertement sur sa situation.

Marc Gauthier explique également que l’implantation fin 2004 d’un stimulateur neurologique a permis une nette amélioration de son état. « Oh, je sais ce que vous pensez probablement _ nous n’allons pas voter pour une équipe dont l’avance est malade _ ; Aussi, sur ce point, je tiens à vous rassurer. Même si la précision de mes gestes est loin d’être parfaite, même si le son de ma voix est faible, même si mon visage paraît dur, mon cerveau fonctionne parfaitement bien. »

>Retrouvez toutes nos archives sur la maladie de Parkinson dans notre moteur de recherche

Limiter les subdivisions

Les questions d’urbanisme constituent l’un des quatre thèmes de sa profession de foi. Qu’il s’agisse de l’école jugée prioritaire avec la standardisation du restaurant scolaire et la restructuration de la garderie ou encore la création du centre associatif, l’aménagement du terrain de sport et la création d’équipements adaptés aux clubs sportifs.

Enfin, Marc Gauthier souhaite limiter les lotissements privés « pour conserver le calme et le charme de notre village ». De par sa situation géographique, la commune est également confrontée à des enjeux régionaux comme les gravières ou la LGV. « Même si c’est du domaine privé, nous essaierons de ne plus autoriser l’ouverture de nouvelles gravières », indique-t-il.

« La maladie apprend à vivre »

Architecte de 47 ans, Marc Gauthier est père de deux garçons âgés de 12 et 9 ans. Lorsqu’on lui demande si la maladie a un impact sur le programme d’un candidat et sur ses motivations, sa réponse est affirmative. « La maladie, quelle qu’elle soit, apprend paradoxalement à vivre. Chaque matin, je me dis : « Hé, encore une belle journée devant toi ». Je souhaite partager cette énergie et, sans prétention, mes connaissances dans de nombreux domaines relatifs à mon métier. »

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button