Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Asie du Sud-Est : lutte contre le fléau du diabète

[ad_1]

Alors que ce mardi 14 novembre marque la Journée internationale du diabète, concentrons-nous sur l’Asie du Sud-Est. Avant la crise sanitaire, les chiffres étaient déjà alarmants : les habitants d’Asie du Sud-Est représentent près de 20 % des plus de 460 millions de personnes souffrant de diabète dans le monde. En Malaisie, le corps médical et les autorités tentent de trouver des solutions pour inverser la tendance. Entre éducation et taxe sur le sucre…

Lors d’un déjeuner au restaurant, Reme, la cinquantaine, scrute attentivement la carte de l’établissement. Ce Singapourien, résidant à Malaisie depuis des années, a été diabétique : «  J’ai toujours bu beaucoup de coca. Je me suis réveillé, je l’ai bu, j’ai déjeuné, j’ai dîné, je l’ai bu aussi… Il m’a vraiment suivi partout et tout le temps. Et puis d’un coup, un jour, j’ai dû aller aux toilettes toutes les demi-heures ! Alors au bout d’un moment, je me suis demandé « mais pourquoi dois-je aller aux toilettes si souvent ». Et depuis, je dois régulièrement prendre ma tension, vérifier mon taux de cholestérol et tout ce qui va avec. « , il explique.

En Malaisie, les médecins pointent surtout du doigt diabète type 2. Il représente 95% des cas de la maladie. Lorsque l’organisme n’est plus sensible à l’action de l’insuline. La cause principale : le surpoids et la sédentarité. Ce qui ne surprend pas Rémy.  » Nous allions à l’école à pied, c’est ce que je faisais. Mais maintenant, les parents t’emmènent en voiture, nous pouvons prendre le train, ta nourriture peut être commandée et envoyée à ton domicile. « .

Lire aussiDiabète : 500 millions de personnes touchées dans le monde

«  L’âge des patients diabétiques est de plus en plus jeune »

Face à l’augmentation des cas de diabète, le gouvernement malaisien a décidé d’augmenter à nouveau la taxe sur le sucre, de 40 à 50 sen le litre. Cet argent permettra de soutenir la lutte contre le diabète, et notamment les centres de dialyse, selon le Premier ministre.

Mais selon plusieurs associations, cela ne suffirait pas à décourager la consommation. Dans son cabinet de Kuala Lumpur, le Dr Tan Wan Shin est encore habitué à diagnostiquer la maladie et les patients sont plus jeunes qu’avant. «  L’âge des patients diabétiques est de plus en plus jeune car avec toutes les technologies qui arrivent en même temps, les gens deviennent de plus en plus sédentaires. Le métabolisme commence à diminuer et pourtant nous consommons de plus en plus d’aliments transformés. C’est pour cette raison que les patients sont de plus en plus jeunes. En fait, tout le monde peut souffrir de diabète donc il faut faire plus de prévention, de diagnostic… Mais pas vraiment dans le sens où l’on l’entend, c’est-à-dire détecter le plus tôt possible l’insuline « rapide ». On peut le vérifier dans le sang : trop élevé, cela signifie que vous avez une résistance à l’insuline, c’est le principal mécanisme qui conduit au diabète « , il dit.

Le diabète peut également entraîner d’autres problèmes de santé tels que des maladies rénales et cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et même la cécité. Selon Azizan Binti Abdul Aziz, président de l’Association médicale malaisienne, les Malaisiens devraient également vérifier régulièrement leur état de santé. «  Si vous allez dans les cliniques et les hôpitaux publics, vous verrez qu’il y a beaucoup d’affiches, beaucoup de choses qui tentent d’éduquer les gens. Pour moi, que vous soyez diabétique ou non ne devrait pas poser de problème. Si les patients prenaient l’habitude de se faire examiner chaque année, ce serait formidable, et vous pourriez même détecter vos problèmes de santé beaucoup plus tôt, si quelque chose ne va pas. A à moins que vous n’ayez pas accès aux contrôles de santé des travailleurs ou autre, cela ne devrait pas être une excuse « , dit-elle. En Malaisie, on estime que près d’une personne sur cinq souffre de diabète, et une proportion d’entre elles l’ignorent.

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button