Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Après la défaite des Blue Jays, Keefe des Maple Leafs se prononce sur la dynamique du lieu de travail

[ad_1]

La décision des Blue Jays de Toronto de retirer un Jose Berrios efficace en quatrième manche de ce qui s’est avéré être une défaite de fin de saison a été un énorme sujet de discussion sportive depuis le match au Minnesota mercredi dernier.

De nombreux joueurs des Blue Jays ont exprimé des réserves quant à l’appel à insérer Yusei Kikuchi tandis que le manager John Schneider était ému, affirmant que les fans pourraient remettre en question lui ou l’organisation.

Trois jours plus tard, le directeur général des Blue Jays, Ross Atkins, a déclaré lors d’une conférence de presse que la décision appartenait à Schneider et qu’il n’avait subi aucune pression de la part du front-office. Le club tient des réunions de planification d’avant-match auxquelles, selon Atkins, participent Schneider, le personnel d’entraîneurs et Theron Simpson, le coordonnateur de la planification des matchs du club. Shi Davidi de Sportsnet a rapporté qu’il y avait toujours quelqu’un du front office là aussi.

Mardi, l’entraîneur des Maple Leafs, Sheldon Keefe, a été interrogé par Justin Bourne sur la situation des Blue Jays. Bien que Keefe n’ait pas donné de réflexions spécifiques sur les Blue Jays, il a expliqué lorsque Bourne lui a demandé comment il gère ce que les directeurs généraux veulent faire dans le feu de l’action sur le banc.

Après la défaite des Blue Jays, Keefe des Maple Leafs se prononce sur la dynamique du lieu de travail

« C’est vraiment un peu l’art du coaching à bien des égards », a déclaré Keefe sur Réel Kyper et Bourne.

« Vous ne pouvez pas parler spécifiquement de l’arrangement de quelqu’un d’autre ou de chaque situation. Je pense qu’en général, dans n’importe quelle entreprise ou dans n’importe quel domaine de la vie, vous savez pour qui vous travaillez et vous savez quelle est leur vision.

Dans le même temps, Keefe a déclaré qu’une partie du travail d’un entraîneur consiste à prendre des décisions rapides lorsque certains moments dictent un mouvement.

« Je pense qu’à mon poste ou à celui de n’importe quel entraîneur, vous aimeriez penser que vous êtes embauché en partie à cause de votre instinct, surtout dans un jeu comme le nôtre qui est si dynamique et imprévisible et où tant de choses surviennent qui ne peuvent peut-être pas être prédit. Vous devez être capable de vous adapter à la volée et vous devez faire confiance à votre instinct.

« J’essaie d’obtenir autant d’informations que possible, qu’elles soient spécifiquement liées à la vision (du front office) ou qu’elles soient liées à nos adversaires ou au statut de nos joueurs et à la façon dont les gars jouent. Vous devez être capable de prendre des décisions et vous faites confiance à votre équipe d’entraîneurs pour vous aider. Vous obtenez autant d’informations que possible, la rondelle tombe et vous avez quelques secondes pour prendre des décisions. Certaines changent la donne et vous devez en quelque sorte vivre avec elles et je pense qu’avec le temps, vous aimez espérer que vous prendrez plus de bonnes décisions que de mauvaises.

Keefe travaille maintenant pour son deuxième directeur général – Brad Treliving – après le licenciement de Kyle Dubas pendant l’intersaison. Treliving a récompensé Keefe avec une prolongation de deux ans cet été.

Keefe se prépare pour le match d’ouverture de la saison des Leafs mercredi contre les Canadiens de Montréal.

Ce grand moment sportif à Toronto survient moins de 24 heures avant que le président-directeur général des Blue Jays, Mark Shapiro, ne tienne jeudi une conférence de presse de fin de saison très attendue.



[ad_2]

En Sports

Back to top button