Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Amère journée du souvenir : les vétérans américains appellent au cessez-le-feu à Gaza | Moyen-Orient, l’éternel conflit

[ad_1]

A Washington, entourés d’élus démocrates, d’anciens soldats américains réclament un cessez-le-feu à Gaza. Réunis devant le Capitole, ils affirment que « cette méthode consistant à déshumaniser tout un peuple pour justifier la violence, et à expliquer que c’est un mal nécessaire pour éradiquer le terrorisme, ne fonctionne pas ».

Ils demandent donc à l’administration du président Joe Biden de faire pression sur son allié israélien pour encourager la fin des combats dans l’enclave palestinienne bordant la Méditerranée.

Tout ancien militaire vit avec un mélange de traumatismes et de sentiments de culpabilité, en plus de la certitude d’avoir été trompé lors d’opérations militaires passées.

Jeremy Rubin s’est enrôlé dans les Marines après le 11 septembre 2001 ; en 2010, il est envoyé en Afghanistan pour renforcer l’occupation militaire américaine. Il pose la question : Comment se fait-il que 20 ans après la guerre contre le terrorisme, nous n’ayons toujours pas compris que tuer pour la sécurité est impossible ?

Selon lui, le bain de sang à Gaza ne mènera ni à l’émancipation des Palestiniens ni à la sécurité d’Israël et ne fera qu’alimenter la colère contre l’Etat juif.

La voix pleine de remords, il décrit les missions qu’il a dû effectuer en Afghanistan : M. Rubin explique qu’il a dû préparer des colis meurtriers qui visaient des étrangers, sur la base d’informations fiables.

Lorsque j’accompagnais mes Marines et que nous marchions d’un air menaçant à travers les terres afghanes sous le regard des agriculteurs effrayés, je savais que je n’étais pas du côté de la libération.

Matt Stys fait partie des vétérans qui réclament un cessez-le-feu.

Photo : Radio-Canada / Azeb Wolde-Giorghis

Matt Stys, quant à lui, a combattu en Irak pendant 13 mois. Il était chef d’équipe dans le 101e Division aéroportée de l’armée américaine.

On nous a appris à déshumaniser les Irakiens pour mener à bien notre mission. Je me sens coupable de mon implication en Irak. Je partage mon expérience pour sensibiliser. Nous voyons à nouveau le même scénario à Gaza, il existe une meilleure solution que la guerre, il existe simplement une diplomatie qui fonctionne.

Daniel Lakemacher.

Daniel Lakemacher, un ancien soldat en poste à Guantanamo, tient une pancarte exigeant un cessez-le-feu à Gaza.

Photo : Radio-Canada / Azeb Wolde-Giorghis

L’histoire se répète pour Daniel Lakemacher, qui était stationné dans l’une des bases les plus controversées des forces américaines.

J’ai travaillé sept mois à la prison de Guantanamo, et j’entends le même discours qui déshumanise un groupe de personnes pour justifier un massacre collectif, en nous expliquant qu’il faut éradiquer l’ennemi.

Soutien politique

A leur tour, les élus démocrates venus les soutenir, parmi lesquels Summer Lee, Delia Ramirez et Cori Bush, se sont relayés sur une tribune installée pour l’occasion, pour appeler à un cessez-le-feu. Les élus étaient également présents pour manifester leur solidarité avec Rashida Tlaib, la représentante démocrate du Michigan, d’origine palestinienne, qui a été censurée après avoir déclaré du fleuve à la mer, libérez la Palestine.

Rashida Tlaib sourit pour la photo.

La démocrate Rashida Tlaib est l’une des premières représentantes musulmanes élues à la Chambre.

Photo : Reuters/Rebecca Cook

Au total, 234 élus, dont 22 démocrates, ont voté en faveur d’une résolution qui l’accuse de promouvoir de faux récits et d’appeler à la destruction d’Israël. Après la motion de censure, Rashida Tlaib a alors rétorqué : Essayer de m’intimider ou de me censurer ne fonctionnera pas, car ce mouvement de cessez-le-feu est plus grand que moi.

Les élus ont décidé de censurer la seule Palestinienne au Congrès parce qu’elle a osé être en désaccord.

La représentante démocrate du Missouri, Cori Bush, a déclaré que le 11 novembre était également le jour où l’on rendait hommage à la douleur et aux traumatismes que subissent encore les anciens combattants.

Elle ajoute du même souffle que leurs témoignages et perspectives sur le conflit actuel entre Israël et le Hamas sont inestimables.

Ce faisant, Mme Bush a attaqué l’administration Biden et son soutien aux pauses humanitaires.

Que se passe-t-il après la pause humanitaire, les bombardements reprennent ? Nous appelons maintenant à un cessez-le-feu.

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button