Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Alouettes-Argonauts | Une rivalité réinventée

[ad_1]

(Toronto) Montréal et Toronto. Canadiens et Maple Leafs. Sir Pathétik et Drake.




Il existe une rivalité certaine et naturelle entre le Québec et l’Ontario. Samedi, au BMO Field de Toronto, un autre chapitre de la rivalité s’écrira lors de la finale de l’Est entre les Alouettes de Montréal et les Argonauts de Toronto.

Et comme l’histoire est déjà chargée, les deux camps s’accordent sur le fait que ce match aura une connotation particulière.

Pour le Québécois Kristian Matte, l’effet d’affronter des ennemis jurés, surtout dans un contexte de séries éliminatoires, ne s’est jamais dissipé, même après 14 saisons.

« J’ai grandi à Montréal, il y a toujours eu les Canadiens et les Maple Leafs, et encore aujourd’hui, c’est une grande chose. Mais venir en Ontario, que ce soit les Argonauts ou les autres équipes, c’est toujours spécial. Il y a une rivalité entre les deux provinces et j’adore ça», a-t-il expliqué en point de presse vendredi après-midi.

Même s’il est arrivé à Montréal il y a moins d’un an, l’entraîneur-chef des Alouettes Jason Maas comprend à quel point les rencontres individuelles ont un caractère sans précédent pour les partisans et les joueurs de l’équipe. Québécois au sein de la formation. « Nous n’avons jamais été gênés de dire qui nous représentions sur le terrain », a-t-il affirmé.

Depuis son entrée en fonction l’hiver dernier, sa mission a été de donner aux partisans une raison d’être fiers de leur équipe. Et ce type de match, admet-il, est une opportunité parfaite : « Nous représentons les Montréalais et les Québécois. Nous savons que nous sommes en Ontario. Il existe une véritable rivalité entre le Québec et l’Ontario. Je pense que c’est une bonne chose car cela nous motive. Nous n’avons jamais été gênés de parler de la fierté de jouer pour le Québec et de représenter le Québec. »

Une bonne équipe

Pour Marc-Antoine Dequoy et David Côté, ce choc contre les Argos comporte forcément un fardeau.

Mais pas nécessairement parce que Toronto représente l’ennemi juré.

Cela reste un match éliminatoire. Il y a si peu d’équipes à l’Est qu’elles deviennent toutes rivales dans une certaine mesure. On se concentre sur l’adversaire, sur Toronto. L’aspect rivalité fait bonne presse, mais en réalité, nous sommes juste concentrés.

Marc-Antoine Dequoy

Et les Alouettes devront effectivement être concentrés, car leurs adversaires ont connu la meilleure saison de leur histoire avec une fiche de 16 victoires et 2 défaites, en plus d’avoir battu Montréal à trois reprises en autant de matchs.

«Depuis mon arrivée dans la ligue, Toronto est la meilleure équipe de l’Est», a déclaré Côté en entrevue téléphonique jeudi. Ils ont toujours été bons, ils sont arrivés en finale, ils ont été meilleurs que nous. Et c’est un petit quelque chose de jouer contre eux, parce qu’on sait qu’on est très proche d’eux. »

Selon le botteur des Alouettes, l’envie de battre les Argonauts à tout prix n’est pas nécessairement motivée par la proximité et le passé entre les deux villes, mais plutôt par l’envie de vaincre la meilleure équipe.

« Nous voulons les battre à chaque fois que nous jouons contre eux, mais à chaque fois nous ratons un petit quelque chose. C’est donc plutôt ce qui renforce la rivalité. D’autant plus que cela fait deux ans qu’on les affronte en finale de l’Est. »

Et le Québécois est lucide : « Il y a la rivalité Toronto-Canadien qui est très présente, mais je ne pense pas qu’elle soit aussi valable chez les Alouettes. »

Après tout, comme l’a rappelé le demi défensif des Argos et ancien des Alouettes Adarius Pickett, « à ce stade de la saison, ce n’est qu’un autre adversaire ».

Les Argos sont prêts

Alors, peu importe la langue utilisée dans la province ou la façon de préparer la poutine, il faut s’attendre à une bataille de tranchées lors de la finale de l’association de la LCF.

Les Alouettes ont une bonne défense, mais les Argonauts ont une bonne attaque.

Ils font beaucoup de bonnes choses et ils ont une tonne de grands athlètes. Des jeunes et des seniors qui sont dans la ligue depuis longtemps. (…) Même si nous avons gagné nos trois matches, ils étaient tous serrés. Il faudra donc arriver préparé.

Chad Kelley

L’unité offensive des Alouettes s’est réveillée lors du dernier match contre les Tiger-Cats, mais la défense des Argonauts l’attend.

«(Cody) Fajardo peut courir, cela apporte une autre dimension à leur attaque et nous devons respecter cela», a expliqué le secondeur Wynton McManis. Mais nous resterons nous-mêmes. Nous allons être physiques. Et nous n’offrirons aucun cadeau. »

Il ne reste plus qu’une danse entre les deux équipes pour déterminer qui rentrera chez lui la tête entre les jambes. On verra si les Alouettes prendront leur envol ou si les Argonauts poursuivront leur croisade. Dans tous les cas, la rivalité perdurera.



[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button