Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Algérie. 38 personnes condamnées à mort en appel pour lynchage en 2021

[ad_1]

La cour d’appel d’Alger a condamné lundi à la peine de mort 38 personnes pour le lynchage à mort d’un homme pris à tort pour un pyromane après avoir contribué à éteindre des incendies meurtriers en 2021, selon l’agence officielle APS. .

Ces peines seront commuées en réclusion à perpétuité car un moratoire sur l’application de la peine de mort est en vigueur depuis 1993. Le lynchage, qui a eu lieu durant l’été 2021 dans la région de Kabylie (nord-ouest du pays), avait soulevé une vague d’indignation dans tout le pays.

Sur les 94 personnes jugées dans cette affaire, outre les 38 condamnations à mort, la Cour a acquitté 27 personnes et condamné les autres à des peines allant de trois à 20 ans de prison, selon l’APS. Les condamnés à mort ont notamment été reconnus coupables « d’actes terroristes et subversifs portant atteinte à la sécurité de l’État, à l’unité nationale et à la stabilité des institutions ; de participation à un homicide volontaire avec préméditation ; de complot. »

Battu puis brûlé vif

En première instance, en novembre 2022, 49 personnes ont été condamnées à la peine de mort, sept ont été acquittées et les autres ont été condamnées à des peines allant de deux à dix ans de prison.

En moins d’une semaine, en août 2021, des incendies avaient tué au moins 90 personnes en Kabylie et ravagé des milliers d’hectares. Après avoir appris qu’il était soupçonné d’avoir déclenché un incendie, un peintre de 38 ans, Djamel Bensmaïl, venu aider les villageois à éteindre les flammes, s’est présenté volontairement à la police pour fournir des explications sur sa présence sur les lieux.

Des images relayées par les réseaux sociaux montraient une foule encerclant le fourgon de police et extrayant le jeune homme du véhicule. Djamel Bensmaïl avait été battu puis brûlé vif, et des jeunes avaient pris des selfies devant son cadavre. Les images du lynchage sont alors devenues virales, commentées notamment via le hashtag #JusticePourDjamelBenIsmail. Les auteurs des selfies ont tenté de brouiller les traces, mais les internautes de tout le pays ont compilé des vidéos et pris des captures d’écran pour s’assurer que le crime ne reste pas impuni.

[ad_2]
Fr1

Back to top button