Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Aide médicale à mourir : la coroner Kathleen Gélinas lance un cri du cœur

[ad_1]

Au lendemain de la publication de son rapport sur le suicide d’une octogénaire à qui on avait refusé l’aide médicale à mourir, la coroner Kathleen Gélinas a lancé un véritable cri du cœur.

• Lire aussi : En détresse : des aînés mettent fin à leurs jours après avoir refusé l’aide médicale à mourir

Elle a imploré le CIUSSS de l’Estrie de mettre enfin en œuvre ses recommandations répétées pour éviter d’autres morts violentes.

«Ce n’est pas mourir dans la dignité, c’est inquiétant», a témoigné la coroner Kathleen Gélinas, qui signe un rapport pour la troisième fois en cinq ans à la suite du suicide d’une personne âgée. « Ce sont des morts très violentes, c’est traumatisant pour la famille et aussi si on regarde un peu avec impatience, pour celui qui prend cette décision. »

Dans les trois cas, ces personnes avaient demandé l’aide médicale à mourir, mais n’y étaient pas admissibles. « Pour ceux qui ne remplissent pas les conditions requises, quel est le soutien, quel est le suivi ? Actuellement, il n’y en a pas », a-t-elle déclaré.

La coroner fait encore ce constat en 2023, alors qu’elle recommande depuis des années au CIUSSS de l’Estrie-CHUS d’assurer un suivi et un soutien psychologique aux personnes qui demandent l’aide médicale à mourir et qui n’y sont pas admissibles. .

«Aujourd’hui, je m’attends à ce que cela change, je m’attends à ce qu’il y ait vraiment un tollé», a insisté Mme Gélinas.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a refusé la demande d’entrevue de TVA Nouvelles pour fournir des explications à la population.

«Ils doivent expliquer pourquoi ils n’ont pas suivi ces recommandations», estime la députée solidaire de Sherbrooke Christine Labrie. J’aimerais aussi comprendre parce qu’ils doivent s’occuper de la population, ils en ont la responsabilité. Tout le monde n’est pas admissible à l’aide médicale à mourir, mais lorsqu’une personne souffre, nous avons la responsabilité de soulager sa souffrance physique et psychologique.

«C’est un silence complètement inacceptable», a commenté la porte-parole des aînés du Parti libéral du Québec, Linda Caron. Il faut se soucier des aînés, il faut donner suite aux recommandations du coroner. Les personnes âgées de 70, 75, 80 ans doivent être prises en charge, elles ont aussi droit à des services de soutien psychologique pour surmonter leur détresse.



TVA Nouvelles

Le chef péquiste Joël Arseneau a également des questions. « Si l’établissement refuse actuellement de répondre aux médias, refuse de prendre sa responsabilité de rendre des comptes à la population desservie, eh bien je pense que c’est un cas où la ministre responsable des aînés doit exiger du CIUSSS que ce soit justifié,  » il a mentionné.

Mercredi, la ministre responsable des Aînés Sonia Bélanger a indiqué avoir pris note du plus récent rapport du coroner. « Je veillerai à ce que le message soit bien compris dans l’ensemble du réseau. Ces personnes doivent être accompagnées, leurs besoins doivent être évalués, leur risque de suicide évalué et les services doivent être organisés. Je pense donc que c’est important, nous devons vraiment tirer les leçons de cette situation qui est extrêmement malheureuse.



TVA Nouvelles

Selon le rapport annuel 2022-2023 de la Commission des soins de fin de vie, 7 663 Québécois ont fait une demande d’aide médicale à mourir au cours de l’année. Plus de 460 ne répondaient pas aux critères d’éligibilité.

« J’espère que ni moi ni mes collègues n’aurons à rédiger davantage de rapports et d’autres recommandations de ce type. Il est temps d’agir », a conclu le coroner Gélinas.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button