Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Agrandissement d’Hydro-Québec | Le Fonds est prêt

[ad_1]

La Caisse de dépôt est prête à se joindre aux projets d’expansion d’Hydro-Québec, qui souhaite investir plus de 100 milliards pour doubler sa production d’électricité au cours des 10 prochaines années.




« La CDPQ est toujours ouverte à considérer des opportunités d’investissement qui soutiennent la transition énergétique tout en respectant ses critères de rentabilité », a répondu un porte-parole en réponse aux questions de La presse sur les projets d’Hydro-Québec.

L’entreprise publique souhaite s’associer à des investisseurs institutionnels pour financer les investissements majeurs prévus dans son plan de décarbonation de l’économie rendu public la semaine dernière. Hydro-Québec devra financer entre 12 et 16 milliards de nouvelles dépenses par année, soit le triple de ses besoins actuels. Un tiers de cet argent proviendra de ses fonds propres et les deux tiers devront être financés d’une manière ou d’une autre.

Le PDG d’Hydro-Québec, Michael Sabia, assure qu’il n’est pas du tout inquiet de pouvoir financer ces investissements importants, car les marchés financiers sont bien disposés envers le secteur des énergies renouvelables. Il a toutefois indiqué que le mode traditionnel de financement d’Hydro-Québec, soit l’émission d’obligations, serait modernisé. « Ce n’est pas une critique, précise-t-il, mais il existe d’autres façons de faire. »

C’est l’ancien collègue de Michael Sabia à la Caisse de dépôt Maxime Aucoin, aujourd’hui vice-président exécutif, Stratégies et Finances, à Hydro-Québec, qui est chargé de trouver ces partenaires financiers et de nouer des alliances innovantes.

Nous discuterons avec tout le monde pour trouver les meilleures façons de structurer le financement.

Michael Sabia, dans une interview radio

L’intérêt de la Caisse de dépôt pour les infrastructures énergétiques est déjà évident. Pas plus tard que la semaine dernière, elle a annoncé l’acquisition d’un réseau de transport d’électricité de 695 kilomètres au Brésil pour la somme de 108 millions de dollars canadiens. L’an dernier, la Caisse a acquis un réseau de transport d’électricité de 1 100 kilomètres entre le Brésil, le Pérou et l’Uruguay.

Hydro-Québec souhaite étendre son réseau de transport d’électricité de 5 000 kilomètres au Québec et construire de nouvelles installations de production d’hydroélectricité. Au total, son plan d’expansion prévoit des investissements de 100 milliards d’ici 2035, auxquels il faut ajouter 50 milliards dans l’entretien et la maintenance du réseau de transport et de distribution.

Un précédent

Hydro-Québec souhaite également s’associer financièrement aux communautés autochtones pour réaliser ses projets, plutôt que de leur offrir une compensation. « Le temps des compensations est révolu », a-t-il déclaré en annonçant les projets. C’est une vieille mentalité. »

Hydro-Québec se dit prête à faciliter l’acquisition par les communautés autochtones d’intérêts financiers dans les futurs parcs éoliens, centrales hydroélectriques et autres infrastructures qui seront construites sur leurs territoires.

« Ces investissements en actions pourraient faire l’objet d’un soutien financier d’Hydro-Québec ou d’autres sources de financement privées ou gouvernementales. » Le soutien offert par Hydro-Québec aux communautés qui souhaitent investir dans les projets pourrait prendre la forme d’un « financement concessionnel », indique le plan. Il n’a pas été possible d’obtenir plus de détails à ce sujet auprès d’Hydro-Québec.

Il existe déjà un précédent pour le nouveau type de relation qu’Hydro-Québec souhaite établir avec les communautés autochtones. Le Conseil Mohawk de Kahnawake sera copropriétaire avec Hydro-Québec de la partie québécoise de la ligne de transport qui reliera Québec à la ville de New York, ce qui procurera des revenus à la communauté pour une période de 40 ans.

Malgré le recours à des partenaires pour financer en partie les investissements futurs, Hydro-Québec devra emprunter massivement pour réaliser ses projets, dans un contexte de taux d’intérêt élevés.

En 2022, l’entreprise publique a émis pour environ 5 milliards de titres de créance, à un taux d’environ 4 %.

Apprendre encore plus

  • 51,5 milliards
    Il s’agit de la dette à long terme d’Hydro-Québec au 31 décembre 2022, dont la quasi-totalité est garantie par le gouvernement du Québec.

    Source : Hydro-Québec



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button