Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

« Agent immobilier, c’est des montagnes russes émotionnelles »

[ad_1]

Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

Le plaisir d’être moi-même. Être agent immobilier me permet d’être exactement au travail comme dans la vie. Cela n’a pas toujours été le cas. En réalité, je n’exerce comme agent immobilier que depuis 2016. J’ai d’abord travaillé dans la communication, occupant même des postes à responsabilité dans de grands groupes pharmaceutiques ou agroalimentaires. J’adorais cette activité mais c’était un environnement de travail très poli, on me reprochait parfois d’être trop émotif, expressif… Et j’ai beaucoup voyagé, au point de ne plus vraiment voir mes enfants. Alors à la naissance de mon dernier enfant, j’ai eu envie de changer de milieu professionnel. Aujourd’hui, je peux être moi-même. J’ai la chance de ne plus me poser de questions, c’est une vraie liberté. J’aime les interactions avec les clients et la forme d’intelligence humaine qu’il faut développer. Être moi-même me permet de communiquer plus facilement, plus simplement.

Comment ça se passe au travail ?

Comme dans toute agence immobilière. Que ce soit un appartement à 200 000 € ou une maison à trois millions d’euros, pour moi ça ne change rien. J’observe peut-être un niveau d’exigence un peu plus élevé et une demande de confidentialité plus forte, mais sans plus. Le rythme est très rapide, avec toujours beaucoup de tâches à accomplir. Mais c’est le rythme des affaires. Les journées se répartissent entre permanences téléphoniques à l’agence, visites, rendez-vous chez le notaire, prospection… L’essentiel, ce sont les clients. Nous vous apportons accompagnement et conseils, notre objectif est de satisfaire au mieux les demandes. Il faut donc être attentif, compréhensif et capable de détecter les non-dits. De plus, les clients sont souvent très conscients du marché et maîtrisent le sujet. Pour créer un lien avec eux, il ne suffit pas de discuter d’immobilier. Au contraire, je pense que je leur parle davantage de leurs loisirs et de leurs passions. Lorsque je leur rends visite chez eux, par exemple, j’essaie d’identifier des indices sur leurs passe-temps. Je regarde le décor ou les œuvres d’art pour en savoir plus sur leur personnalité. Ce contact à créer est la partie la plus intéressante de mon travail.

À qui faites-vous confiance ?

Je sais que je peux compter sur ma famille. L’amour et la confiance de mon mari et de mes enfants m’aident au quotidien, y compris dans mon travail. J’ai également une grande confiance en mon équipe à l’agence. Mes six collègues ont des personnalités très complémentaires et sont toujours enthousiastes. Mais ce n’est pas facile tous les jours. Être agent immobilier est un peu une montagne russe émotionnelle. Une vente peut être interrompue du jour au lendemain, il peut y avoir des joies, des déceptions… Chaque dossier est une sorte d’aventure, il faut savoir rebondir.

Une scène qui vous a marqué récemment ?

Mon métier m’amène parfois à des situations très chargées en émotions, souvent à des étapes importantes de la vie des clients comme le deuil, la séparation mais aussi le mariage ou la naissance. Au début de l’été, j’ai accompagné un couple de sexagénaires dans la vente de leur appartement. Ils ont eu quatre enfants, tous ont quitté la maison. Le couple avait donc envie d’un nouveau projet de vie et recherchait un bien plus petit. Leur appartement était très joli et la vente s’est faite rapidement. Lors de la signature, je leur ai remis un petit livret avec des photos du logement. Le client l’ouvrit et fondit en larmes. J’étais un peu gêné mais elle m’a dit : « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point cela me rend heureux. » En fait, elle pleurait à la fois de nostalgie et de joie à l’idée de sa nouvelle vie. C’était très émouvant. Mon travail d’accompagnement prend tout son sens lorsque j’accompagne les clients dans des moments clés comme celui-ci.

Quelque chose qui changerait votre vie en ce moment ?

Je ne dirai qu’une chose, et sans autre commentaire : fluidifier la circulation à Paris pour gagner du temps et surtout de l’énergie ! (Des rires.)

Et pour demain, une idée pour changer le monde ?

Je pense qu’on pourrait accorder plus d’importance à la transmission. Elle peut être matérielle : transmettre un patrimoine bâti est riche de sens, d’histoire et de valeurs. Mais il me semble essentiel de transmettre nos propres expériences à notre entourage. Nous avons tous quelque chose à apprendre des autres. Être plus attentif et communiquer pourrait nous permettre de mieux nous connaître.

[ad_2]
Fr1

Back to top button