Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Aérospatiale : un nouveau campus universitaire ouvrira ses portes à Longueuil

[ad_1]

Le rêve d’une zone d’innovation aérospatiale désignée prend forme à Longueuil. Après avoir attiré des entreprises comme Porter Airlines et H55, l’École de technologie supérieure (ÉTS) ouvrira un campus d’ingénierie. Une nouvelle étape dans le leadership que veut prendre la Ville pour « décarboner le secteur aérien ».

L’ouverture du campus universitaire est prévue pour 2025. Spécialisée dans l’enseignement universitaire et la recherche appliquée en ingénierie et technologie, laÉTS est la première faculté de génie au Québec.

C’est le cœur de son département d’ingénierie aérospatiale qui sera implanté au pied des pistes de l’aéroport de Saint-Hubert. Elle embauchera une dizaine de nouveaux enseignants qui seront basés, dans un premier temps, dans les locaux du Centre des technologies aérospatiales (CTA) affilié au Cégep Édouard-Montpetit.

En fin de compte, leÉTS investira 30 millions de dollars dans un bâtiment pouvant accueillir jusqu’à 500 étudiants du premier cycle et des cycles supérieurs.

Tous nos investissements présents et futurs iront à Saint-Hubert.

Future zone d’innovation désignée

L’écosystème aérospatial de Longueuille est robuste. Selon le dernier recensement industriel DEL, 78 entreprises liées à ce secteur sont actives dans la région.

Il existe de grandes entreprises comme Pratt & Whitneyde la PME, mais aussi l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA) affiliée au Cégep Édouard-Montpetit. L’ENA est le seul établissement au Québec à offrir une formation complète en avionique, construction aéronautique et maintenance aéronautique.

Le maire de Longueuil ne s’en cache pas : l’arrivée deÉTS qui ajoute à l’écosystème aéroportuaire enverra un signal fort au gouvernement.

La mairesse de Longueuil, Catherine Fournier. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Catherine Fournier souhaite que Longueuil soit reconnue avec la Ville Saint-Laurent et Mirabel comme l’un des pôles d’une future zone d’innovation aérospatiale. Au Québec, il existe trois zones d’innovation, désignation conférée par le gouvernement.

Combler la pénurie de main-d’œuvre

Selon la plus récente étude du Comité sectoriel de l’emploi en aérospatiale, près de 38 000 emplois seront à pourvoir dans le secteur du transport aérien et dans le secteur manufacturier. Il faudra donc former davantage de jeunes.

L’ENA forme actuellement 1000 étudiants par an. Cela en fait un bassin extrêmement intéressant pourÉTS qui forme généralement des techniciens déjà qualifiés.indique le directeur général du Cégep Édouard-Montpetit, Sylvain Lambert.

Malheureusement, l’école n’est pas au maximum de sa capacité d’accueil, souligne le directeur. L’ENA pourrait accueillir 1 600 collégiens par an. L’arrivée de l’université va changer la donne selon le directeur.

(L’ÉTS) suscitera l’intérêt et la sensibilisation autour duENA

Où loger et comment s’y rendre

Pour assurer l’attractivité du secteur, il faudra avoir un cadre de vie et pas seulement un campus universitaireindique le directeur deÉTS.

Un projet de résidence étudiante est en préparation, nous dit-on. Une densification du secteur sera nécessaire.

En mars 2023, la Ville de Longueuil a acquis deux terrains adjacents à l’aéroport au coût de 20 millions de dollars. Nous positionnons chacun de nos terrains de manière très stratégique pour répondre aux besoins et créer un milieu de vie intéressant.assure le maire de Longueuil.

Pour un projet éducatif comme le nôtre, il sera important qu’il y ait une mobilité durable et qu’elle soit bien servie.

Actuellement, le secteur aéroportuaire de Saint-Hubert est mal desservi par les transports en commun. Toutefois, la Ville prépare le terrain.

Des navettes vers le métro Longueuil seront en place pour l’ouverture du nouveau terminal Porter Airlines en 2025. Ce terminal pourrait accueillir jusqu’à 4 millions de passagers par an. Nous espérons pouvoir établir une connexion avec le REMindique le maire.

Pour assurer la croissance du secteur, des investissements en transport seront nécessaires, ajoute le directeur du Cégep Édouard-Montpetit. Si l’aéronautique est un secteur d’excellence que l’on veut continuer à cultiver et pérenniser, il est certain qu’il faudra des investissements.

[ad_2]
journalmetro

Back to top button