Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Actualités israéliennes : Trudeau sous pression concernant sa réponse à la guerre

[ad_1]

OTTAWA –

Le Premier ministre Justin Trudeau a reconnu vendredi des points de vue divergents et des craintes communes parmi ses députés libéraux sur la guerre entre Israël et le Hamas, lorsqu’il a également fait face à une foule hostile lors d’une visite dans une mosquée.

Certains députés libéraux se joignent aux appels lancés par des groupes musulmans pour que le Canada fasse pression en faveur d’un cessez-le-feu dans la région, tandis que d’importants groupes juifs canadiens ont demandé à Trudeau de retirer un commentaire antérieur qu’ils considèrent comme donnant du crédit à l’affirmation du Hamas selon laquelle Israël était responsable de l’attaque contre Israël. un hôpital de la ville de Gaza.

« Tout le monde souffre, tout le monde est en deuil, tout le monde a peur de ce que cela signifie », a déclaré Trudeau aux journalistes vendredi à Brampton, en Ontario, lorsqu’on lui a demandé si son caucus était en désaccord sur la façon dont les libéraux devraient réagir.

Israël a déclaré la guerre au Hamas après que le groupe militant a tué 1 400 Israéliens lors d’une attaque effrontée le 7 octobre. Le Hamas, que le Canada considère comme une organisation terroriste, contrôle la bande de Gaza.

Les tensions se sont accrues au Moyen-Orient alors qu’Israël a riposté par des frappes aériennes et coupé l’accès du territoire palestinien à l’eau, à la nourriture et à l’électricité. Les Nations Unies affirment que cela viole le droit international humanitaire.

Les députés libéraux ont exprimé toute une gamme de points de vue sur le conflit, plusieurs appelant à un cessez-le-feu la semaine dernière. Les néo-démocrates fédéraux, qui ont conclu l’année dernière un accord de confiance et d’approvisionnement avec le gouvernement libéral minoritaire, réclament également un cessez-le-feu.

La députée libérale de la région de Toronto, Salma Zahid, qui préside le Groupe d’amitié parlementaire Canada-Palestine, a déclaré vendredi qu’elle avait travaillé avec 33 députés pour envoyer une lettre au premier ministre exposant certaines demandes.

La lettre a été signée par 23 députés libéraux d’arrière-ban, huit députés néo-démocrates et les deux députés du Parti vert. Il demande au Canada de se joindre à l’appel à un cessez-le-feu immédiat, d’aider à faciliter l’ouverture d’un couloir humanitaire et de défendre le droit international.

« Le droit international est clair : les civils innocents et tous ceux qui ne participent pas aux combats ne doivent en aucun cas être attaqués et doivent être épargnés et protégés. » la lettre disait.

Jeudi, une douzaine de députés musulmans, juifs et arabes du caucus libéral se sont réunis jeudi pour discuter du conflit.

« Même si nous ne sommes pas toujours d’accord sur les événements au Moyen-Orient, nous convenons que toutes les communautés doivent et méritent de se sentir en sécurité au Canada », ont déclaré certains députés sur la plateforme X, anciennement connue sous le nom de Twitter.

Vendredi, Trudeau s’est rendu dans une mosquée de la région d’Etobicoke à Toronto, une visite dont le bureau du premier ministre n’a pas informé les médias à l’avance et qui, vendredi soir, ne figurait toujours pas sur son itinéraire public.

Un journaliste de Global News a publié une vidéo sur X, la plateforme de médias sociaux anciennement connue sous le nom de Twitter, qui montre un bref moment de la visite, au cours duquel certaines personnes rassemblées dans la mosquée crient « honte » et exhortent un facilitateur à ne pas laisser Trudeau prendre la parole à la tribune. La vidéo montre Trudeau s’adressant aux dizaines de personnes rassemblées, les remerciant de lui avoir permis de « prier à vos côtés dans cette période difficile ».

Une autre vidéo publiée en ligne par le député libéral Shafqat Ali montre le groupe assis tranquillement pendant que Trudeau discute de la défense des civils à Gaza et de l’importance de respecter ses voisins dans les moments difficiles.

Une autre vidéo publiée par le journaliste sur les réseaux sociaux montrait des manifestants rassemblés devant la mosquée alors que Trudeau partait, appelant le premier ministre à faire pression en faveur d’un cessez-le-feu.

Omar Farouk, président de la mosquée, a confirmé la présence de Trudeau, mais n’a pas fourni d’autres commentaires sur la manière dont cela s’est passé.

Le bureau du premier ministre a confirmé que Trudeau avait assisté à la réunion de l’Organisation internationale musulmane de Toronto vendredi. Dans une déclaration écrite, le porte-parole Mohammad Hussain a déclaré que Trudeau était allé « montrer son soutien aux personnes touchées dans la communauté musulmane par les événements horribles au Moyen-Orient ».

Trudeau a également fait face à des pressions croissantes pour exprimer sa position sur le responsable de l’explosion meurtrière de mardi dans un hôpital de Gaza, que les responsables du territoire palestinien dirigé par le Hamas avaient rapidement imputé à une frappe aérienne israélienne.

Interrogé à ce sujet par un journaliste mardi, Trudeau n’a pas répondu, déclarant plutôt à un journaliste en français que l’incident n’était « pas légal ».

L’armée israélienne a nié toute implication, et la Maison Blanche a depuis déclaré qu’une évaluation des services de renseignement américains avait conclu qu’Israël n’était pas responsable.

B’nai Brith Canada, les Amis du Centre Simon Wiesenthal et le Centre pour Israël et les Affaires juives ont tous demandé à Trudeau de clarifier sa position, arguant que les premiers commentaires « ne peuvent être interprétés que comme donnant du crédit au faux récit du groupe terroriste du Hamas ». « 

Interrogé à nouveau sur l’attribution de l’attaque de vendredi, Trudeau a réitéré qu’il essayait toujours de comprendre les faits. « Nous travaillons avec nos alliés internationaux pour nous assurer que nous pouvons déterminer exactement ce qui s’est passé. »

Trudeau n’a pas non plus voulu dire directement si son caucus est divisé sur la manière dont le Canada devrait réagir au conflit Israël-Hamas.

« Les Canadiens de tous horizons, qui sont représentés au Parlement, reflètent les craintes et les préoccupations très réelles de chacun », a-t-il déclaré.

« Notre travail en tant que parlementaires est, oui, de parler au nom de nos communautés… (mais aussi) de rassurer tout le monde sur le fait que nous sommes ici au Canada et que nos différences doivent et resteront une source de force. »

Le député conservateur Michael Chong, porte-parole du parti en matière d’affaires étrangères, a averti plus tôt cette semaine que la solidarité du Canada avec Israël au lendemain de l’attaque du Hamas le 7 octobre serait « mise à l’épreuve » dans les jours à venir, affirmant que tout le monde devrait « résister à la tentation de appeler à un cessez-le-feu. »

Israël s’est engagé à « détruire » le Hamas. Bob Rae, l’ambassadeur du Canada auprès des Nations Unies, a également déclaré lors d’un discours prononcé mercredi soir à Ottawa que le Hamas « doit être détruit », comme le rapporte le Toronto Star.

Trudeau n’a pas voulu dire si son gouvernement partage cette position spécifique. Au lieu de cela, Trudeau a noté que le Canada considérait depuis longtemps le Hamas comme une organisation terroriste et a appelé à la protection des civils et au retour des otages.

« Les actions du Hamas sont absolument indéfendables et Israël a pleinement le droit de se défendre conformément au droit international », a-t-il déclaré.

Trudeau a également déclaré que le Canada restait attaché à une solution à deux États à l’escalade du conflit israélo-arabe.

« Le Canada reste ferme et inébranlable dans son engagement en faveur d’une solution à deux États. Le monde et la région ont besoin d’un État palestinien pacifique, sûr, prospère et viable aux côtés d’un État israélien pacifique, prospère, démocratique et sûr – Israël », a-t-il déclaré. .

Pendant des décennies, Ottawa a appelé à des négociations qui aboutiraient à un État palestinien souverain existant aux côtés d’Israël, utilisant les frontières qui existaient en 1967, avant qu’une guerre et des colonies ne conduisent au contrôle israélien des territoires palestiniens. Le Canada considère depuis longtemps la Cisjordanie et Jérusalem-Est comme des territoires palestiniens occupés par Israël.

Israël s’est retiré unilatéralement de la bande de Gaza en 2005 et le Hamas a pris le contrôle de ce territoire deux ans plus tard. Depuis lors, Israël et l’Égypte, qui borde Gaza au sud, ont restreint la circulation des marchandises et des personnes, citant le Hamas qui importe des armes. Les Palestiniens estiment que le blocus constitue une punition collective imposée par Israël.

Ces restrictions ont été renforcées jusqu’à ce qu’Israël appelle un « siège total » de l’eau, de la nourriture et de l’électricité entrant à Gaza, à quelques exceptions près.

Vendredi, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a partagé un plan qui semblait suggérer qu’Israël n’avait pas l’intention de reprendre le contrôle à long terme de Gaza. Mais Gallant n’a pas précisé qui, selon Israël, dirigerait Gaza si le Hamas était renversé.

Trudeau n’a pas précisé quel plan le Canada aimerait voir pour Gaza une fois qu’Israël aura terminé ses opérations.

« Nous continuerons bien sûr à traiter les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présenteront et nous aurons ces conversations le moment venu », a-t-il déclaré.


Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 20 octobre 2023. Avec des fichiers de The Associated Press et de Mickey Djuric à Ottawa.



[ad_2]

En polices

Back to top button