Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Actualités israéliennes : les Canadiens espèrent que leur famille à Gaza pourra s’échapper

[ad_1]

Alors que l’aide humanitaire est enfin autorisée à arriver à Gaza, les familles canadiennes coincées dans la région espèrent que leurs proches pourront déménager.

Depuis près de deux semaines maintenant, les Canadiens de la bande de Gaza, pris dans la guerre entre Israël et le Hamas, sont bloqués. Affaires mondiales Canada estime qu’environ 35 000 citoyens canadiens vivent en Israël. Depuis qu’Israël a déclaré la guerre au Hamas dimanche, plus de 1 300 Canadiens ont quitté le pays à bord de vols militaires organisés par le gouvernement fédéral.

À Gaza, alors que le nombre de morts continue d’augmenter, l’inquiétude des Canadiens coincés dans la région augmente également, notamment sept membres d’une famille élargie attendant de pouvoir rentrer chez eux.

Salem Abuwarda a déclaré à CTV National News que sa fille Shanaz, 11 ans, son fils Wasim, 15 ans, et sa femme Nisreen sont tous citoyens canadiens et tentent de quitter Gaza depuis près de deux semaines.

Il a récemment reçu une vidéo de sa fille Shanaz, 11 ans, appelant à l’aide.

« Il n’y a pas assez de nourriture, il n’y a pas assez d’électricité et il n’y a pas assez d’eau », dit Shenaz dans la vidéo. « S’il vous plaît, s’il vous plaît, aidez-nous. J’ai très peur. Je n’arrive jamais à dormir la nuit, il y a des bombes partout. Je veux retourner dans mon pays d’origine, je rêve de revoir mes amis et ma famille. »

Salem dit que cela lui brise le cœur d’entendre sa fille désemparée et effrayée alors qu’il est incapable d’être là pour elle. Il dit que sa fille a même peur d’aller aux toilettes parce qu’elle pense qu’elle va se faire bombarder.

Salem dit que sa famille entend des bombes toutes les deux minutes à Gaza et qu’il craint pour leur sécurité – ajoutant qu’ils restent le plus loin possible des fenêtres, entassés avec six autres familles dans un immeuble construit pour deux personnes.

De plus, la femme de son frère Mouhammed et ses trois enfants sont également bloqués à Gaza.

« Mon fils, c’est un fils fort, mais hier matin, quand il m’a appelé en pleurant, il m’a dit ‘Papa, s’il te plaît, aide-moi. Papa, fais quelque chose. Papa, appelle le gouvernement, fais quelque chose. Papa, appelle mon école, peut-être mon l’école peut m’aider », a déclaré Mouhammed à CTV National News.

« J’ai dit : ‘Ne vous inquiétez pas… tout ira bien.' »

Salem dit que le gouvernement canadien devrait faire davantage pour faire sortir sa population de Gaza.

« Ils ont récupéré des gens d’Israël. De Cisjordanie. Et qu’en est-il des Canadiens dans la bande de Gaza ? Ce sont aussi des Canadiens, donc vous devez prendre soin d’eux. »

Alors que Salem et Mouhammed ressentent de la peur et de la frustration pour leurs proches, la violence continue à Gaza.

Plus de 30 corps ont été retrouvés jeudi matin alors que des bombardements quasi constants se poursuivaient dans le centre du territoire.

Dans la ville de Gaza, l’horrible explosion dans un hôpital de mardi a mis la pression sur d’autres établissements médicaux du sud pour qu’ils accueillent davantage de patients.

À l’hôpital Nasser de Gaza, les médecins soignent les blessés à la lumière des téléphones portables, car l’électricité est coupée dans le bâtiment. L’absence d’électricité signifie que les médecins ne peuvent pas utiliser de ventilateurs ni d’autres systèmes de survie.

Le Dr Mohammad Qandeel, directeur des urgences à l’hôpital Nasser, a déclaré à CTV National News que l’aide était désespérément nécessaire.

« Davantage d’enfants, plus d’enfants, plus de femmes mourront et risquent la mort sans aucune aide médicale », a-t-il déclaré.


Avec des fichiers de La Presse Canadienne

[ad_2]

En LOcal

Back to top button