Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Accusé du meurtre de sa mère : il devra subir une évaluation psychiatrique

[ad_1]

Un homme atteint d’un trouble psychotique qui aurait tué sa mère en Estrie devra subir une évaluation psychiatrique pour déterminer son aptitude à subir son procès, a ordonné le tribunal.

• Lire aussi : Meurtre possible en Estrie: une femme retrouvée inconsciente, un suspect arrêté

• Lire aussi : Meurtre en Estrie: l’homme accusé du meurtre de sa mère avait déjà été déclaré non criminellement responsable des actes de violence commis contre elle

Carl Gauthier-Beauregard, 39 ans, a été accusé ce week-end du meurtre non prémédité de sa mère, Danielle Beauregard.

L’homme de 30 ans devait être présent physiquement lundi au palais de justice de Granby, mais en raison de son « état mental très perturbé » et pour des raisons de sécurité, les autorités pénitentiaires ont opté pour une comparution par vidéoconférence, a-t-on rapporté au tribunal.

Carl Gauthier-Beauregard, 39 ans, aurait assassiné sa mère, Danielle Beauregard, 64 ans. Il a été arrêté par la police dans la soirée du samedi 11 novembre. Un véhicule de la Sûreté du Québec se trouvait devant la résidence du duo le dimanche 12 novembre.

Laurent Lavoie / JdeM

Vêtu d’une veste noire et d’un pull, Gauthier-Beauregard a néanmoins semblé calme lorsque la juge Julie Beauchesne lui a ordonné de se rendre à l’Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel pour y être évalué, après une demande de la défense. L’affaire devrait revenir devant le tribunal le 20 novembre.

Rappelons que samedi soir, les policiers se sont rendus dans une résidence de la rue Principale Ouest à Sainte-Anne-de-la-Rochelle, où ils ont découvert la victime de 64 ans.

Le meurtre aurait pu dater de plusieurs heures, puisqu’il est mentionné dans l’acte d’accusation qu’il s’est produit entre mercredi et samedi.

Non pénalement responsable

Carl Gauthier-Beauregard avait déjà agressé sa mère en octobre 2020. Il a toutefois été déclaré non responsable criminellement des voies de fait et des menaces contre elle.

Alors qu’il était en psychose, Gauthier-Beauregard a notamment frappé sa mère à la tête et crié qu’il allait « aller chercher un pistolet pour le tireur», apprend-on des rapports de la Commission d’examen des troubles mentaux (CETM) consultés par Le journal.

Quatorze couteaux, une épée, deux armes d’imitation et un fusil à plomb muni d’une lunette avaient, entre autres, été saisis à titre préventif.

En janvier 2021, la CETM concluait que l’accusé représentait « un risque important pour la sécurité publique nécessitant un encadrement judiciaire », malgré l’avis contraire de son psychiatre traitant.

Le médecin indiquait même alors « ne voir aucun risque pour la mère ».

Aucun médicament

Gauthier-Beauregard est ensuite libéré sous certaines conditions et retourne vivre avec sa mère. Aucun médicament n’avait été prescrit.

Puis, en décembre 2021, la Commission a conclu que Carl Gauthier-Beauregard ne représentait plus un risque pour le public et l’a libéré sans condition.

« Les infractions qui l’ont amené devant la Commission sont des événements isolés », a-t-elle déclaré.

–Avec la collaboration de Camille Payant

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button