Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Acariens, acariens, moisissures… attention à ces allergies méconnues qui surviennent en automne

[ad_1]

L’automne est bien amorcé et les personnes allergiques profitent d’un petit répit grâce aux pollens du printemps et de l’été. Cette saison regorge également d’autres risques d’allergies contre lesquels il vaudrait mieux se protéger.

Ne déclarez jamais la victoire trop rapidement. Si l’on peut croire que les risques allergiques disparaissent avec les beaux jours, les substances peuvent encore être à l’origine de désagréments pour les personnes qui y sont sensibles, rappelle Futura Sciences.

Attention au pollen

L’un des premiers risques d’allergie de l’automne n’est pas différent de l’été : le pollen. L’ambroisie aux feuilles d’armoise, l’armoise, le plantain, la pariétaire… sont autant de plantes dont les pollens pullulent durant cette saison.

« Certains pollens de cupressacées (cyprès, genévriers, thuyas, etc.) et de graminées pourraient éventuellement gêner les personnes les plus sensibles du pourtour méditerranéen entre les averses de pluie » note le Réseau national de surveillance des allergies (RNSA).

Les allergènes viennent aussi de l’intérieur

Au-delà du pollen, les allergies sont plus spécifiques à la saison. C’est par exemple le cas de acariens, qui profitent du manque de ventilation dans les maisons, généralement moins aérées, pour conserver la chaleur. « Attention, lorsque le chauffage est rallumé, ce sont les acariens et les moisissures qui pourraient déranger les allergiques ! prend en charge le RNSA.

C’est également le cas des moules qui apprécient particulièrement humidité que le froid permet, ajouté au confinement des habitats durant cette période.

Comment traiter les allergies ?

L’Institut Pasteur rappelle que la seule manière de traiter à long terme une allergie au pollen est désensibilisation. Il s’agit de mettre l’allergène en contact avec l’organisme à faible dose pour l’habituer à sa présence et pour qu’il ne « surréagisse » plus.

De plus, le processus de désensibilisation étant assez long, un traitement symptomatique est nécessaire pour soulager les patients. Lors des pics polliniques, il est recommandé de se laver régulièrement les narines qui filtrent les allergènes inhalés ainsi que les vêtements portés en extérieur.

En règle générale, il est conseillé de laver régulièrement la literie et l’intérieur du logement pour éviter de laisser des allergènes à l’intérieur. N’étendez pas votre linge à l’extérieur, n’aérez pas en milieu de journée et ne surveillez pas le site du RNSA pour rester informé des périodes et des zones les plus propices au développement d’allergies.

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button