Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Abattage de cerfs à Longueuil : les citoyens demandent à la Ville de faire marche arrière

[ad_1]

La récente victoire de la Ville de Longueuil contre l’organisme Sauvetage Animal Rescue devant les tribunaux a provoqué l’ire de plusieurs dizaines de Longueillois. Ils se sont présentés mardi soir au conseil municipal pour dénoncer ce qu’ils appellent « une mise à mort cruelle » de cerfs. Alors que la Ville répète qu’elle doit préserver l’équilibre écologique du parc Michel-Chartrand, le conflit s’envenime et le maire est de nouveau menacé de mort.

C’est sûr qu’on ne fait pas ça avec joie du cœur, », répond la mairesse Catherine Fournier pour justifier sa décision d’abattre les cerfs de Virginie surpeuplés au parc Michel-Chartrand. Elle n’a même pas le temps de finir sa phrase avant que les citoyens venus assister au conseil ne la huent. Le président du conseil les rappelle à l’ordre.

Près de 200 personnes ont assisté à la séance du conseil municipal de Longueuil le 14 novembre 2023.

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

Le maire poursuit tandis que plusieurs manifestants quittent la salle en criant : Allez-vous assister au massacre, Madame le Maire ?

Tuer des cerfs avec mes impôts

La Cour d’appel a peut-être donné raison à la Ville de Longueuil à la fin octobre, mais rien n’a changé. Pour les militants des droits des animaux, permettre la chasse contrôlée à l’arbalète pour tuer une centaine de cerfs dans le parc Michel-Chartrand est une hérésie. Pourquoi insistons-nous pour faire quelque chose d’aussi horrible ? demande la citoyenne Nathalie Moseley.

Comme plusieurs manifestants venus prendre la parole au micro lors du conseil municipal, elle estime qu’il y aurait d’autres solutions à considérer, comme la stérilisation des femelles, une méthode utilisée en Colombie-Britannique. (Nouvelle fenetre). C’est ce que nous proposons à la Ville depuis deux ans, et il y a un refus obstiné d’entendre nos arguments.s’indigne la Longueilloise Patricia Tulasne.

Des manifestants avec leurs pancartes.

Des militants des droits des animaux ont manifesté à l’hôtel de ville de Longueuil contre l’abattage de cerfs au parc Michel-Chartrand.

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

C’est un sujet rempli d’émotion. Les gorges se serrent et les larmes apparaissent dans les yeux de nombreuses personnes parées de bandeaux à cornes. Je suis très triste, parce que les cerfs ne sont pas sauvages, ils sont apprivoisésinsiste l’une d’elles, habituée à les nourrir lors de ses promenades dans le parc.

Les manifestants ne veulent pas que leur les taxes sont utilisées pour abattre les animaux. Ils dénoncent le coût de l’opération qu’ils estiment à plus d’un million de dollars.

Le parc Michel-Chartrand n’est pas le Zoo de Granby

Lors de la séance du conseil, Catherine Fournier a tenu à expliquer la genèse de la décision de réduire le troupeau de cerfs de Virginie dans le parc Michel-Chartrand. Elle a insisté sur le fait que plusieurs options ont été analysées par la Table de concertation du parc Michel-Chartrand. Le rapport était sans équivoque : La seule option viable (…) est de procéder dès 2022 à la réduction de la taille du troupeau par un procédé de capture et d’euthanasie.

Le maire reconnaît que le problème touche les gens, mais la ville a des responsabilités.

Ce n’est pas toujours facile en tant que décideur, mais nous devons le faire et prendre des décisions fondées sur la science et le droit est tout le contraire de la barbarie.

Même si la Ville reconnaît que l’opération d’abattage sera d’envergure, on n’en connaît toujours pas les coûts. La mairie explique qu’un nouveau plan d’abattage doit être soumis au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour obtenir un permis, puisque le dernier a expiré en octobre 2023. Le plan sera présenté aux Longueillois d’ici Noël, précise-t-on.

Menace de mort (bis)

Catherine Fournier avait déjà fait l’objet de menaces de mort en lien avec le dossier des cerfs, tout comme l’ancienne mairesse Sylvie Parent.

Catherine Fournier.

La mairesse de Longueuil, Catherine Fournier

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Toutefois, depuis l’arrêt de la Cour d’appel, la mairie confirme que Catherine Fournier a reçu de nouvelles menaces de mort. D’ailleurs, depuis plusieurs semaines, elle est accompagnée par un agent de sécurité lorsqu’elle sort en public.

Les menaces provenaient d’un seul individu, selon la firme, et une enquête serait ouverte par le Service de police de l’agglomération de Longueuil. LE SPAL n’avait pas encore répondu à nos demandes au moment de la rédaction de cet article.

Il n’y a pas que les cerfs qui perturbent le conseil municipal

Outre les défenseurs des droits des animaux, plus d’une centaine d’employés de la Ville de Longueuil se sont présentés au conseil municipal.

Les brigadiers sourient.

Des brigadiers sont venus manifester au conseil municipal de Longueuil dans le cadre des négociations de leur convention collective.

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

Les syndicats regroupés des employés municipaux (SCFP 306), qui représentent notamment les cols blancs, les brigadiers scolaires et les sauveteurs de l’agglomération de Longueuil, demandent à la Ville de meilleures conditions de travail, notamment une semaine de quatre jours, sans réduction des salaire, comme celui qui aurait été accordé aux cols bleus de la Ville, selon le syndicat.

C’est une question d’équité, estime la présidente, Karine Laprise. Les salariés sont sans contrat de travail depuis décembre 2020.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button