Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

à un mois du sommet, échec des discussions sur le fonds d’aide au Sud

[ad_1]

C’était l’une des grandes avancées de la dernière COP, la conférence des parties sur le climat. En 2022, en Egypte, les représentants de 196 pays sont parvenus à un accord de principe pour créer un fonds destiné à financer « pertes et dommages » – des dégâts causés par le changement climatique – dans les pays les plus vulnérables, et alimentés par les pays les plus riches. Mais ils butent désormais sur sa mise en œuvre concrète.

Clivage Nord-Sud

Lors d’une séance de négociations intérimaire, qui s’est achevée le 22 octobre, les pays du Nord et du Sud n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur les modalités. Les Occidentaux souhaiteraient héberger ce fonds au sein de la Banque mondiale, ce que les pays en développement perçoivent comme une ligne rouge.

Ils critiquent la prédominance des pays du Nord au sein de l’institution et réclament la création d’une nouvelle structure indépendante, même si celle-ci serait plus complexe à mettre en place.

Qui va payer ?

D’autres questions cruciales sont loin d’être résolues. Qui devra payer ? Les Occidentaux aimeraient voir la Chine ou l’Arabie Saoudite franchir également le pas. Par ailleurs, le Nord souhaite réserver le fonds aux pays les plus vulnérables, comme les petites îles. Les pays du Sud réclament un élargissement à tous les pays en développement.

Ces discussions étaient très attendues puisqu’il s’agissait de la dernière séance de négociation du comité en charge de ce sujet avant la COP28 qui se tiendra à Dubaï, aux Émirats arabes unis, début décembre. En l’absence d’accord, une nouvelle session a donc été programmée ; elle aura lieu du 3 au 5 novembre.

« L’ensemble des négociations de la COP28 pourrait dérailler si les priorités des pays en développement en termes de pertes et de dommages financiers ne sont pas suffisamment prises en compte », a prévenu Preety Bhandari, conseiller principal du programme climat et finance du groupe de réflexion World Resources Institute, dans un communiqué. Très souvent lors des COP, la question de la justice climatique entre le Nord et le Sud est l’un des principaux points de tension lors des négociations.

[ad_2]
Fr1

Back to top button