Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

à Manchester, le Parti conservateur rate le train

[ad_1]

Intervenant dans un débat sur les transports, Henri Murison est en ébullition. « Ridicule ! Absolument ridicule », » précise le directeur du Northern Powerhouse Partnership, un partenariat d’entreprises privées destiné à promouvoir le développement économique du nord de l’Angleterre. À deux sièges de là, le ministre adjoint des Transports, Richard Holden, défend maladroitement l’officialisation imminente par le Premier ministre Rishi Sunak de l’annulation du tronçon de la future ligne ferroviaire à grande vitesse (HS2) entre les villes de Birmingham et Manchester. Un timing délicat alors que les conservateurs tiennent leur conférence annuelle à… Manchester.

« J’en ai marre qu’ils traitent les gens comme des enfants et qu’ils mentent dans les médias. » poursuit Henri Murison, sous le regard approbateur d’autres chefs d’entreprise. Il rappelle que la nouvelle ligne, « En plus d’ouvrir le Nord, cela aurait libéré les lignes ferroviaires de voyageurs existantes pour le transport de marchandises. Le retour sur investissement devait être considérable par rapport aux sommes investies.

A ses yeux, il n’y a aucun doute : « Un défi signifierait que le projet de réseau ferroviaire du nord du pays et, plus largement, le projet Leveling Up (« récupération », projet central dans le programme électoral 2019 de l’ancien Premier ministre Boris Johnson, NDLR) fin. Comment cela reflète-t-il la crédibilité du Royaume-Uni en tant que lieu d’investissement ? ! » Ce responsable est d’autant plus amer que le slogan du congrès conservateur cette année n’est autre que : « Des décisions à long terme pour un avenir meilleur. »

Des coûts en spirale

Approuvées en janvier 2012 par le Premier ministre de l’époque, David Cameron, les dizaines de milliards de livres d’investissements publics dans le HS2 (High Speed ​​​​2) caractérisent la volonté du Parti conservateur de rééquilibrer la croissance vers les anciennes régions industrielles du Nord, longtemps oubliées en faveur de Londres et du sud de l’Angleterre.

Aujourd’hui, Rishi Sunak pointe la spirale des coûts, qui ont plus que doublé pour atteindre 82 milliards d’euros, liés notamment aux multiples modifications du tracé après les plaintes des députés des circonscriptions traversées et à la récente augmentation des tarifs de transport. ‘intérêt. « Rishi Sunak a été décrit comme un pragmatiqueà la pointe des nouvelles technologies, estime Tim Bale, professeur de sciences politiques à l’université Queen Mary de Londres. En fait, ilc’est une idéeologue, un Thatchérien pur et dur qui croit que la route vers le nirvana passe par moins de dépenses et‘impôtc’est vrai ! »

Le « mur rouge » coupe l’Angleterre en deux

Députés et élus conservateurs savent que cette mesure sera mal accueillie par les électeurs du Nord, d’où la morosité qui règne à l’intérieur de l’enceinte ultra-sécurisée du palais des congrès de Manchester. Les promesses de Leveling Up ont permis de conquérir en 2019 une vingtaine de circonscriptions industrielles historiquement remportées par les travaillistes – le fameux « mur rouge » qui, de Liverpool (ouest) à Hull (est), coupe l’Angleterre en deux.

« Si nous restons coincés avec de vieilles infrastructures et que la moitié sud du pays bénéficie de nouvelles lignes, la fracture Nord-Sud deviendra un gouffre, » a soutenu le maire travailliste de Manchester, Andy Burnham. Tout le contraire du Leveling Up qu’on nous avait promis. »

Nul doute qu’avec 15 à 20 points de retard sur le parti travailliste, selon les sondages, les conservateurs auraient préféré éviter la comparaison avec les transformations du système de transport entreprises depuis plusieurs années par la mairie de Manchester. D’ici 2025, l’ensemble des bus et tramways de la ville, auparavant aux mains de multiples opérateurs privés, passeront sous la gestion de la municipalité. Les tarifs des trajets ont été réduits de moitié à 2 £ (2,30 €), avec un plafond journalier de 5 £ (5,75 €) par jour. À Manchester, les décisions à long terme sont l’apanage des travaillistes, pas des conservateurs.

——-

HS2 prend du retard

High Speed ​​​​2 (HS2) est le train à grande vitesse actuellement en construction. Il prévoit de relier Londres aux grandes villes des Midlands et du nord de l’Angleterre, notamment Birmingham et Manchester.

Son objectif est de réduire les temps de trajet, pour créer plus d’espace sur le réseau ferroviaire et plus d’emplois en dehors de Londres.

HS2 fait face à des retards et à une flambée des coûts. La liaison ferroviaire entre Birmingham et Manchester devrait être suspendue. Une autre partie du trajet, entre les East Midlands et Leeds, a déjà été annulée pour 2021.

[ad_2]
Fr1

Back to top button