Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

A 97 ans, elle se bat pour être enterrée près de son mari

[ad_1]

Une femme de 97 ans se bat pour être enterrée aux côtés de son mari décédé il y a 5 ans. Pierrette Caron a enterré son époux, Claude Caron, dans l’ancien cimetière de l’hôpital Saint-Michel-Archange situé sur la propriété de l’Institut universitaire de santé mentale de Québec, un cimetière dont personne ne semble aujourd’hui être responsable.

En 2018, Mme Caron a pu enterrer son mari dans le terrain familial de ce dernier dont le père exerçait la psychiatrie à l’hôpital Saint-Michel-Archange. A l’époque, il était courant que les salariés aient accès à une parcelle de ce cimetière. Elle ne peut désormais plus avoir l’assurance qu’elle pourra y être enterrée.

En pleine forme pour ses 97 ans, elle nous a retrouvés au cimetière pour nous raconter son histoire. Accompagnée de sa nièce, Nicole Côté qui l’aide dans ses démarches, elle confirme qu’elle n’abandonnera pas tant qu’elle n’aura pas atteint son objectif : Je veux être enterrée là où est enterré mon mari, nous avons été à plusieurs endroits et puis ils refusent de nous faire un trou, dit en riant la presque centenaire.

Claude Caron est décédé en 2018.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

Sa nièce dit avoir frappé à toutes les portes depuis septembre 2022. Elle a contacté les autorités de la paroisse Saint-Ignace-de-Loyola, la coopérative funéraire La Seigneurie, l’Institut universitaire de santé mentale de Québec et le diocèse de Québec, des démarches qui n’a donné aucun résultat.

Les dix œuvres de Madame Caron

Dans le diocèse, le diacre permanent, Denis Racine, tente de les aider. Il a toutefois constaté que le cimetière s’est retrouvé dans une sorte de vide administratif et juridique après la fusion des deux paroisses. Selon ce dernier, le CIUSSS de la Capitale-Nationale, qui est responsable de l’Institut universitaire en santé mentale, ne peut donner son consentement à un éventuel enterrement. Je suis référé au service juridique de CIUSSS qu’eux aussi, semble-t-il, n’ont aucune compétence en la matièreil a dit.

Le diacre estime que la seule option est que personne ne s’oppose à l’enterrement de Mme Caron le moment venu. Si personne n’est responsable du cimetière, alors personne ne s’oppose à un enterrement.il dit.

Claude et Pierette Caron se regardent avec amour.

Claude et Pierette Caron sont mariés depuis plus de 60 ans.

Photo : avec l’aimable autorisation

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale, à qui nous avons demandé leur position, après avoir expliqué la solution envisagée par le diocèse, a confirmé par écrit qu’il ne s’opposerait pas à un éventuel enterrement.

Dans une situation où une autorité compétente au sens de la loi (paroisse, usine et/ou corporation religieuse) gère et accepte une demande d’inhumation et que cette dernière a l’autorité légale pour agir sur ce cimetière, que tout soit fait conformément aux lois et règlements en vigueur, le CIUSSS de la Capitale-Nationale ne s’y opposerait paspeut-on lire dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Ces deux entités doivent maintenant se parler et partager des informations afin de confirmer à Mme Caron qu’elle pourra visiblement rejoindre « son » Claude le moment venu.

J’ai passé des années avec lui puis la fin je ne sais pas comment ça se termine, mais je veux être avec luidit celle qui est mariée depuis plus de 60 ans

Madame Caron espère une réponse claire dans les plus brefs délais, elle n’a pas de temps à perdre.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button