Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

949 $ par mois pour un nouveau quatre et demi

[ad_1]

C’est la date à laquelle les candidatures doivent normalement être acceptées pour la Canopée, le nouveau bâtiment de 179 portes construit à Trois-Rivières-Ouest. L’Unité de travail pour l’implantation de logements étudiants (L’UTILE), un organisme à but non lucratif dont le siège social est à Montréal, pilote le projet avec l’AGE-UQTR et est propriétaire de l’immeuble.

Les studios seront loués à 629$ par mois et les quatre et demi à 949$. Internet et le chauffage seront inclus, mais le stationnement coûtera 80 $ supplémentaires par mois. Ces tarifs ont été établis en essayant de maintenir le logement le plus abordable possible, notamment en rentabilisant l’espace et en bénéficiant de programmes gouvernementaux.

Le prix moyen d’une maison de deux chambres à Trois-Rivières est actuellement de 713 $, soit plus de 200 $ de moins, selon un récent sondage de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Le directeur général de L’UTILE, Laurent Lévesque, souligne qu’il n’y a souvent rien d’inclus à 713$ par mois, et qu’on ne parle pas de nouvelle construction. Par ailleurs, il considère que les logements qui font baisser la moyenne sont souvent occupés depuis de nombreuses années par les mêmes locataires, et ne sont donc pas vraiment accessibles aux étudiants. De plus, le jour où un locataire stable quitterait un logement bon marché, il y aurait sans doute un nouveau loyer majoré.

« C’est vraiment difficile de comparer. C’est des pommes contre des oranges », dit-il, confiant d’obtenir un excellent rapport qualité-prix.

29,3 millions de dollars

La Canopée est également située à dix minutes de marche du campus de l’UQTR, selon le site Internet. Le projet de 29,3 millions de dollars bénéficie notamment d’une aide de 4,2 millions de dollars de la Ville de Trois-Rivières, sous forme de subvention et de remboursement de taxes foncières, et d’un prêt de 650 000 $ de l’AGE UQTR.

Le coordonnateur des finances et du développement des services à l’AGE UQTR Jérémy Mignot mentionne que le besoin sera de 1000 logements étudiants d’ici 7 ans.

« Quand on pense que la première dépense d’un étudiant est le logement, et non ses études, c’est vraiment une situation inquiétante pour l’association », dit-il.

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, y voit un projet qui permettra de libérer des logements pour l’ensemble de la population. Rappelons que le taux d’inoccupation est actuellement inférieur à 1%. Il voit également une opportunité de lutter contre les maisons de chambres illégales à proximité des établissements d’enseignement.

« Oui, nous voulons lutter contre cela, mais nous devons offrir des options aux étudiants qui y vivent déjà », déclare le maire.

Rencontre

Différents intervenants se sont également réunis pour discuter de la question du logement étudiant, lundi matin à Trois-Rivières. Les associations étudiantes, le maire, les établissements d’enseignement et les fonctionnaires notamment ont pu échanger sur leurs préoccupations et les solutions possibles.

La vice-présidente à la vie étudiante de l’AGE du Cégep de Trois-Rivières Odile Djaman a été attentive aux enjeux touchant les étudiants internationaux. Elle mentionne que très souvent, ils louent sans connaître le marché et sont obligés de s’adapter au prix des logements qui surchauffe parfois.

De plus, les logements situés à proximité des établissements scolaires sont souvent assez chers, mais les étudiants étrangers s’y retrouvent par dépit.

« Se loger loin, quand on n’a pas de voiture, ce n’est vraiment pas évident. »

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button