Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

5 pièges à éviter lors de la planification de la retraite

[ad_1]

Planifier sa retraite est un processus important qui peut parfois paraître complexe, surtout lorsque l’on veut s’assurer de pouvoir en profiter au maximum.

• Lire aussi : « Je me relève aujourd’hui à 75 ans sans rien devant moi » : les personnes âgées aussi prises à la gorge

Voici les cinq pièges à éviter présentés dans l’émission « À vos affaires » du planificateur financier Jean-Sébastien Jutras.

Ne pas utiliser les régimes de retraite des employeurs

« Parfois, il y a des gens qui vont épargner seuls et préparer leur retraite, mais parfois leur employeur direct leur proposera des systèmes qui feront en sorte, par exemple, qu’ils mettent 4 % de leur salaire et que l’employeur met aussi 4 %. .»

« Les organisations autorisent également l’achat d’actions en plus de cela. Il faut que les gens réalisent que ces systèmes existent et les mettent en place le plus rapidement possible car c’est un retour garanti.»

Misez trop sur le RRQ et le PSV

« Ils sont importants dans l’équation, mais penser que c’est la seule chose ou que cela suffira (peut-être pas la meilleure idée). »

« Si on regarde la pension de vieillesse aujourd’hui, c’est 8 300 $ par année et la Régie des rentes du Québec, ça dépend de combien on a cotisé, mais la moyenne est autour de 7 000 $ par année. 10 000 ou 15 000 dollars par an ne suffisent pas pour vivre le style de vie que nous avons aujourd’hui.

Ne pas prendre en compte l’inflation

« Si par exemple on a un coût de la vie net de 50 000 $ par année et qu’on se dit que c’est ce dont on aura besoin chaque année à la retraite, notre retraite n’est pas demain, donc ces 50 000 $ n’auront pas du tout la même valeur dans 20 ans. ou 30 ans.

« Si l’on considère aujourd’hui comme acquis que j’ai besoin de 50 000 $ par année pour ma retraite, il est certain qu’il y en aura une pénurie. L’Institut québécois de planification financière donne un chiffre par année d’inflation qu’il faut considérer, souvent autour de 2,3 %.

Ne pas envisager de soins de longue durée

« Il faut au moins y penser, car aujourd’hui une personne peut vivre jusqu’à 88 ans, mais cela ne veut pas dire qu’elle est en bonne santé. Si, par exemple, nous sommes en bonne santé jusqu’à 82 ans, il y a plusieurs années où nous ne le sommes pas et donc cela coûte plus cher.

« On dit que notre coût de la vie diminue avec les années et c’est vrai à la retraite, mais souvent dans les 5 ou 6 dernières années, il peut y avoir une (augmentation). Cela doit être pris en considération.

Ne pas connaître les bases de la fiscalité

« Comprendre le système dans lequel nous jouons est important. Si nous connaissons le fonctionnement de base de la taxe, nous prendrons peut-être des décisions différentes.

« Beaucoup de gens me disent qu’ils ne veulent pas toucher aux REER parce qu’ils disent qu’ils économisent de l’argent aujourd’hui et qu’ils rembourseront plus tard. C’est un report et ça peut être bien de le faire, mais il faut le comprendre.

Voir l’explication complète dans la vidéo ci-dessus

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button