Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

180 logements locatifs abordables réservés aux étudiants universitaires à Trois-Rivières

[ad_1]

Un imposant immeuble en construction situé aux coins des boulevards Jean 23 et Récollets accueillera les étudiants l’été prochain puisque 180 logements seront construits et gérés par un organisme à but non lucratif appelé l’Unité de travail d’implantation de logements étudiants (UTILE).

Financé notamment par le gouvernement, la Ville et l’association étudiante de l’UQTR, l’objectif numéro un de ce projet est d’offrir des logements propres et abordables. Pour un studio ou un quatre et demi, les prix de location sont généralement 20 à 30 % moins chers que l’offre du marché locatif coûtant respectivement 629 $ et 949 $, incluant les commodités de base comme l’électricité, l’eau chaude, certains appareils électroménagers et le WIFI.

«Nous finalisons le montage financier avec nos partenaires privés et fédéraux et nous prenons le projet de A à Z. Nous faisons la construction, puis nous les louerons, les gérerons, nous assurerons leur entretien et maintiendrons leur abordabilité pour les générations futures», a expliqué la directrice générale de l’UTILE, Lauren Levesque.

Une arrivée qui s’avère bénéfique pour la Ville de Trois-Rivières.

« Premièrement, établir les besoins, dresser un portrait de la situation et aussi avoir des objectifs communs. « Cela répond à un besoin étudiant, oui, mais aussi, cela libère des places sur le marché locatif pour tous les citoyens de Trois-Rivières », a ajouté le maire de la ville, Jean Lamarche.

Pour l’Université du Québec à Trois-Rivières, il s’agit d’un premier pas en avant, qui prévoit avoir besoin d’au moins 1 000 logements supplémentaires dans les prochaines années pour répondre à la demande étudiante. 180 unités est un début.

Surtout pour les étudiants internationaux dont le premier réflexe est de vivre dans des résidences étudiantes ou au moins de rester à proximité du campus – des options quasi inexistantes depuis plusieurs années.

« Nous sommes obligés de nous adapter au prix du marché que nous proposent les autres hébergements environnants. Il y a des étudiants qui se retrouvent à payer 900 $ pour un quatre et demi aux alentours du Cégep juste parce que ça va être compliqué pour leur arrivée», a illustré la vice-présidente de l’Association étudiante du Cégep de Trois-Rivières, Odile Djaman.

Un deuxième projet du même type est en préparation au sein de l’organisation et les discussions avec les différentes parties impliquées, tant politiques que financières, ont commencé.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button