Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

176 étapes | Ariane Moffatt et Fanny Britt unies par la marionnette

[ad_1]

En 2021, Fanny Britt et Ariane Moffatt s’associent sur la douce chanson Phèdre dans la forêtpublié sur l’album Incarner. Le dramaturge et l’auteur-compositeur-interprète ont réitéré l’expérience, mais pour un projet bien différent. Et plus ambitieux. Ils ont respectivement signé les textes et la musique de la plus récente pièce du Théâtre de l’Œil, 176 étapes. Rencontre.




Lorsque Simon Boudreault, directeur artistique du Théâtre de l’Œil, l’a approchée pour écrire la prochaine pièce de sa compagnie, Fanny Britt n’a pas hésité.

«Ça m’a tout de suite tentée», se souvient la dramaturge, qui a eu très peu d’expérience en théâtre de marionnettes dans sa carrière.

Cette proposition d’écrire pour un public de 6 à 10 ans arrive « juste au bon moment ». A l’époque où son plus jeune fils quittait tranquillement l’enfance.

176 étapes | Ariane Moffatt et Fanny Britt unies par la marionnette

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Fanny Britt

Je pense que ça a été mon premier réflexe : une envie de rester encore un peu dans le monde de l’enfance.

Fanny Britt, dramaturge

C’est dans l’univers d’Octave, un garçon solitaire, et de Delphine, une petite fille en difficulté d’apprentissage, qu’elle s’immerge. Deux enfants issus d’horizons très différents qui deviennent amis.

« En apparence, Delphine est une enfant très libre, très extravertie, bien dans sa peau, drôle… Octave semble un peu plus coincé. Il a peur de beaucoup de choses. Il y a beaucoup de règles dans sa tête qui sont très difficiles à transgresser », explique l’auteur.

Au fil de leur amitié naissante – et parfois conflictuelle, explique Fanny Britt – ils apprendront mutuellement à repousser leurs peurs.

Le piano d’Octave et Ariane

Octave étant « un pianiste qui joue à merveille de son instrument », la musique, d’Ariane Moffatt, occupe une place importante dans 176 étapes.

« Le point central, bien sûr, c’est le piano. Il y a beaucoup d’interventions au cours desquelles Octave s’entraîne», explique l’auteur-compositeur-interprète interrogé sur l’univers musical de la pièce.

Mais, comme Ariane Moffatt, il y a aussi la présence de synthétiseurs, qui illustrent une certaine transformation dans Octave. À cela s’ajoutent la harpe et les cuivres.

176 étapes | Ariane Moffatt et Fanny Britt unies par la marionnette

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Ariane Moffatt

C’est la toute première fois qu’Ariane Moffatt crée une musique pour une pièce de théâtre. Aimerait-elle renouveler l’expérience ? « Oui ! Être au service d’autres mondes, c’est super enrichissant », répond-elle, souhaitant retravailler pour le théâtre ou même pour le cinéma.

Ariane Moffatt a trouvé le projet d’autant plus stimulant qu’il s’adresse directement aux enfants de l’âge de ses garçons. « C’est une source de motivation, d’inspiration ! »

Aussi pour les enfants plus âgés

Peu avant de recevoir La presse à la Maison de la culture Claude-Léveillée, où l’équipe de 176 étapes Je le répète, Ariane Moffatt et Fanny Britt ont assisté à une séquence devant un public composé de jeunes et d’adultes. C’est la réaction de ce dernier qui a particulièrement marqué le dramaturge. «On sentait qu’il y avait beaucoup d’émotions de la part des anciens enfants», résume-t-elle.

Certains thèmes abordés sont susceptibles de trouver un écho auprès d’un public plus âgé. «Aujourd’hui, ça m’a frappé pendant la routine. Je me suis dit : « Mon Dieu ! Je me parle toute seule dans cette pièce », réalisa Fanny Britt. Qu’en est-il de ? « Le plaisir de créer. »

176 étapes | Ariane Moffatt et Fanny Britt unies par la marionnette

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Octave et sa mère avec leur designer, Richard Lacroix

La mère d’Octave est un personnage très rigide, explique Fanny Britt. « L’une des choses qu’elle veut contrôler chez lui est le désir de créer, car elle a peur qu’il s’emporte, que cela ne fonctionne pas pour lui, qu’il soit déçu, que cela soit rejeté. »

Cependant, Octave tente de lui expliquer la beauté de créer et ce que cela lui apporte. « Avant, il n’y avait rien, et maintenant, il y a quelque chose », illustre le personnage, avec ses mots d’enfance.

La pièce parle beaucoup du « choix de créer », ajoute Ariane Moffatt. « Se donner le droit d’avoir une voix qui touchera peut-être quelqu’un. »

Habituée à s’adresser à un public jeune, notamment à travers ses livres, dont Truffe Et Louis parmi les fantômesFanny Britt se préoccupe également de l’accès des enfants à la culture et aux arts du spectacle.

« Toutes les structures créatives, et même les structures médiatiques traditionnelles, s’effondrent. Il est plus important que jamais d’entretenir la rencontre entre (les) êtres humains qui créent et (les) êtres humains qui sont en train de se créer », estime-t-elle.

Un morceau comme 176 étapes peut ouvrir le débat sur une multitude de sujets, affirme-t-elle : « la dyslexie, la différence à l’école, l’anxiété, le deuil, la perte d’un parent, la nature de l’amitié ».

C’est le cas de cette pièce, mais de bien d’autres aussi, conclut-elle.

176 étapesà la Maison Théâtre, du 15 au 25 novembre, puis en tournée ailleurs dans la province



[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button